Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog du corps

Actualité de la recherche sur le corps en SHS (ISSN : 2269-8337)

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

 

  François Mori/Associated Press

 

Pascal Rossignol/Reuters
LES RENCONTRES D’HIPPOCRATE

La faculté de médecine Paris Descartes lance les "rencontres d’Hippocrate".
Lors de ce cycle de conférences mensuelles "grand public", des personnalités du monde de la santé, des sciences humaines et sociales ou de la politique interviendront sur des thématiques liées à la médecine et à l’éthique.

Ces conférences sont organisées à la faculté de médecine Paris Descartes -15 rue de l’école de médecine - Paris 6è.

L’entrée est libre et gratuite.

 
Le lundi 17 janvier 2011, à 18h30, amphithéâtre Richet.

Avec :
Pr. Laurent LANTIERI, chef du service de chirurgie plastique et reconstructrice - Hôpital Henri Mondor (première greffe totale de la face)
Pr. Bernard ANDRIEU, philosophe du corps.

« Avec l’apparition des nouvelles technologies appliquées au corps humain, la correction d’handicaps est devenue possible. C’est ce que nous montrent les travaux du Pr. Laurent LANTIERI, chef du service de chirurgie plastique et reconstructrice de l’hôpital Henri Mondor de Créteil, auteur de la première greffe totale de la face au Monde en 2010.

Au-delà de ces possibilités, après la reconstruction du corps, il est possible d’imaginer un autre corps, avec d’autres possibilités physiques. Cette médecine d’amélioration, ou cette nouvelle médecine, nous est exposée par le Pr. Bernard ANDRIEU, professeur de philosophie.

Ainsi peut-on imaginer le corps, imaginer la personne, avec l’apport de ces nouvelles technologies. »

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com
Surveiller et jouir : Anthropologie politique du sexe

  

 

"Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe", de Gayle Rubin : Gayle Rubin et le sexe radical

LE MONDE DES LIVRES | 13.01.11 | 16h51  •  Mis à jour le 13.01.11 | 16h51

 

http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/01/13/surveiller-et-jouir-anthropologie-politique-du-sexe-de-gayle-rubin

 

Par Eric Fassin

 

 

 

"'Féministe lesbienne, elle aura travaillé le sexe en anthropologue, par l'observation participante, un peu comme les "subcultures sexuelles"qu'elle étudie, tel le sadomasochisme, travaillent elles-mêmes la société étatsunienne - d'autant plus profondément qu'elles sont souterraines : il s'agit de contre-culture, plutôt que de sous-culture. L'un des articles est ainsi consacré à l'histoire des "Catacombes" de San Francisco, refuge des "hérétiques sexuels du XXe siècle"...

Si Rubin est une figure-clé du féminisme universitaire, sa carrière n'en est pas moins atypique. A l'université du Michigan, en 1969, elle est la première étudiante à se composer un programme de Women's Studies - soit des études féministes qui n'existent pas encore vraiment. Son article fondateur, qu'elle publie à 25 ans en 1974, développe un mémoire prédoctoral. Toutefois, c'est seulement en 1994 qu'elle soutiendra sa thèse, toujours à l'université du Michigan, où elle enseigne aujourd'hui. Entre-temps, elle aura été une actrice cruciale du combat politique pour une utopie sexuelle radicale.

"Le marché aux femmes" inaugure l'anthropologie du genre aux Etats-Unis. Ce texte ambitieux propose une "économie politique du sexe", à partir d'une relecture critique de Lévi-Strauss, mais aussi de Marx et d'Engels, de Freud et de Lacan. Selon elle, "l'échange des femmes" qu'institue la parenté permet de comprendre leur oppression sans la naturaliser - mieux : en la dénaturalisant. "Hommes et femmes sont bien sûr différents. Mais ils ne sont pas aussi différents que le jour et la nuit", écrit-elle. Avec ce texte, traduit en 1998 par l'anthropologue Nicole-Claude Mathieu, on est loin de la "valence différentielle des sexes" selon Françoise Héritier : "loin d'être l'expression de différences naturelles", pour Rubin, la différenciation des sexes requiert un travail social, soit "la suppression de similitudes naturelles" comme la féminité des hommes et la masculinité des femmes.

Ainsi, "le sexe tel que nous le connaissons est lui-même un produit social" : dans le sillage de Beauvoir, Rubin fait entrer le concept de genre, que le féminisme s'approprie alors pour appréhender la construction sociale du sexe, dans l'anthropologie. Elle parle d'un "système sexe/genre", qui transforme la "femelle" (biologique) en "femme" (opprimée) - comme l'esclavage transforme le "Nègre" en "esclave". L'analyse vient de Marx ; mais le détour par la parenté permet de ne pas rabattre le féminisme sur le marxisme, ni le patriarcat sur le capitalisme, en distinguant le "trafic des femmes" de celui des marchandises.

En 1984, Rubin publie un deuxième article, non moins décisif : "Penser le sexe". Ce texte, déjà traduit en 2001 dans un dialogue avec la philosophe Judith Butler, contribue à autonomiser un champ : l'analyse de la sexualité, distincte du genre. Les études gaies et lesbiennes vont alors prendre leur essor. Après l'élection de Ronald Reagan, Rubin y révisait ses formulations antérieures : non plus "penser le genre", mais proposer "une théorie radicale de la politique de la sexualité".

A première vue, rien de nouveau. Certes, le féminisme libéral des années 1960, en refusant l'assignation des femmes à l'espace domestique pour leur ouvrir l'espace public, reconduisait un partage entre les sphères publique et privée, peu propice à la politisation de la sexualité. Toutefois, dès 1970, le féminisme radical bousculait ces frontières : il érigeait la sexualité en enjeu central, prenant pour objet non seulement la contraception et l'avortement, mais aussi l'orgasme, le viol, le lesbianisme, etc. Avec la parenté, Rubin s'y inscrivait.

Les "guerres du sexe"

Cependant, une radicalité nouvelle gagnait du terrain au sein du féminisme, constituant la pornographie et la prostitution en emblèmes de la domination masculine. C'est en 1982, à Barnard College (New York), qu'éclatent au grand jour les sex wars. Non pas la "guerre des sexes" que le conservatisme français imputera dix ans plus tard à l'Amérique du "politiquement correct", mais les "guerres du sexe" qui déchirent alors le féminisme entre deux logiques radicales inconciliables. Si le sexe est politique dans les deux cas, pour le féminisme de la domination, l'oppression passe par la sexualité, tandis que pour le féminisme du désir, c'est la libération qui passe par la sexualité.

Certes, le colloque de Barnard vise à penser ensemble "le plaisir et le danger", soit la tension entre jouissance et violence. Toutefois, en butte aux attaques virulentes de leurs adversaires, qui voient en elles des collaboratrices de la domination, les participantes traitent surtout de libération. Les unes n'hésitent pas à faire alliance, comme la juriste Catharine MacKinnon et l'activiste Andrea Dworkin, avec les conservateurs de la Majorité morale et la répression "antisexe". Les autres finissent par se dire "pro-sexe", dans un front commun des minorités sexuelles où le féminisme radical céderait la place à un libéralisme respectueux de la diversité des pratiques et des orientations. C'est dans ce contexte que Rubin théorise la distinction entre genre et sexualité. Mais, faute de les articuler ensuite, n'est-ce pas s'exposer à entériner un Yalta du féminisme : àl'hétérosexualité la domination de genre, à l'homosexualité la libération sexuelle ?

Dans Surveiller et jouir, Rubin nous parle d'une culture exotique (les Etats-Unis), et d'un passé lointain (la naissance du sida). Mais elle interpelle notre présent et notre société. La politique du sexe travaille en effet la France depuis la fin des années 1990, en écho aux controverses étatsuniennes. Faut-il choisir entre la liberté sexuelle et l'égalité entre les sexes - pour le désir, ou contre la violence ? Le discours de la libération sexuelle s'entend d'ordinaire d'un point de vue préféministe (Philippe Sollers), antiféministe (Michel Houellebecq) ou postféministe (Marcela Iacub). Reste à voir si, à la manière de l'écrivaine Virginie Despentes, un féminisme "pro-sexe", qui ne soit pas une contradiction dans les termes, peut résonner en France. Ce serait une façon de tirer les leçons de l'histoire qu'incarne Gayle Rubin outre-Atlantique".

 

 
.
Surveiller et jouir : Anthropologie politique du sexe [Broché]
Gayle Rubin , Rostom Mesli , Collectif , Flora Bolter , Christophe Broqua

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

http://www.decitre.fr/gi/63/9782070122363FS.gif

 

 

COLLOQUE
A LA RECHERCHE DE L’HOMME VIVANT
une rencontre entre chercheurs, praticiens et artistes
autour de l’anthropologie linguistique de Marcel Jousse (1886-1961)
28 SEPTEMBRE au 1er OCTOBRE 2011
Université Jean-Moulin LYON-3
Centre d’Etudes Linguistiques
(EA 1663)
L’année 2011 est celle du 50e anniversaire de la mort de Marcel Jousse, auteur d'une
oeuvre scientifique originale et féconde, demeurée peu connue, mais qui pourtant
trouve de nombreux échos dans les développements de la science actuelle.
Le groupe de recherches CORPS-À-DIRE (Centre d’Etudes Linguistiques, EA 1663,
Université Lyon‑III) organise un colloque qui lui sera consacré et qui veut être :
« A la recherche de l’homme vivant : une rencontre entre chercheurs, praticiens et
artistes autour de l’anthropologie linguistique de Marcel Jousse (1886-1961) ».
Ce colloque se tiendra à l'Université Jean-Moulin Lyon-III les 28, 29, 30 septembre et
1er octobre 2011.
1. Repères biographiques sur Marcel Jousse (1886-1961)
Dans l'entre-deux guerres, Marcel Jousse (1886-1961), professeur d'anthropologie
linguistique à l'École d'Anthropologie de Paris de 1932 à 1951, va développer une
"Anthropologie du geste et du rythme" qui a pour objet d'étude "l'homme vivant".
Il l’explicitera par ailleurs pour les divers auditoires de ses nombreuses conférences
libres en Sorbonne, à l’École des Hautes Études, ainsi que dans une école de
jardinières d’enfants.
Licencié en lettres classiques, Marcel Jousse est un homme de terrain et un
observateur, passionné d'astronomie et grand lecteur d'Henri Poincaré (1854-1912).
Dans son parcours, il a été successivement, apprenti peintre, instructeur de cavalerie,
professeur d'anglais, lieutenant d'artillerie de campagne puis officier instructeur de
balistique et d'artillerie auprès d'officiers américains pendant la première guerre
mondiale, professeur de français diplomatique.
C’est un disciple-continuateur de l'Abbé Rousselot (1846-1924), fondateur de la
phonétique expérimentale, celui à partir duquel les études phonétiques ne pouvaient
plus se faire uniquement sur des livres mais sur "l'homme vivant et parlant". Il est aussi
fidèle disciple de Pierre Janet (1859-1947), professeur de psychologie expérimentale et
comparée au Collège de France, pour qui "l'homme pense avec tout son corps". Enfin, il
reconnaît en Marcel Mauss (1872-1950), dont il a suivi les cours à l'Ecole des Hautes
Etudes, un de ses maîtres.
Lorsqu'il crée en 1932, avec des anthropologues, des pédagogues et des psychiatres,
l'Institut de Rythmo-pédagogie, il le conçoit comme « une liaison indispensable entre le
chercheur et le praticien ». Attaché à la recherche de l'homme vivant, Marcel Jousse
appelait à la mise en place de laboratoires de prise de conscience, d'une "scientia in
vivo" plutôt qu'une "scientia cum libro".
2. Objet du colloque
2011 offre l'occasion de faire le point sur les prolongements et les résonances de son
programme de recherches en anthropologie linguistique, dans un contexte où les études
scientifiques sur le corps, le mouvement, les émotions et les perceptions sont en plein
essor.
Nous envisageons de réinterroger et réhabiliter ce programme de recherches, d'en
montrer l'actualité et la pertinence, pour ceux qui l’ont suivi par la médiation de ses
proches collaborateurs et auditeurs, ou ont été formés très tôt par ses écrits, comme
pour ceux aux yeux desquels il est apparu, à un moment donné de leur propre parcours
de recherche, comme une source nécessaire.
3. Thématiques et domaines concernés
Les interventions sont prévues autour de 4 axes thématiques permettant d’aborder
l’interprétation et les prolongements de l'oeuvre de Marcel Jousse dans différents
domaines disciplinaires.
THEMATIQUES
AXE I : Marcel Jousse, son contexte et la portée historique de ses travaux
AXE II : Méthodologie, terminologie, fondamentaux. Exégèse du corpus
AXE III : Confrontation avec des approches analogues
AXE IV : Regards de praticiens concernés par l’approche de Jousse
DOMAINES DISCIPLINAIRES CONCERNES (liste non exhaustive) :
anthropologie — arts du corps (théâtre, chant, danse, arts plastiques, cirque ...) —
cinéma — civilisations anciennes — didactique de la grammaire et du texte —
didactique des langues maternelle et étrangères — épistémologie — ergonomie —
ethnopédagogie — histoire de l'éducation et des pratiques pédagogiques — histoire des
idées — histoire des sciences — lettres classiques — linguistique générale et
phonétique — littérature — littérature comparée — mathématiques — mémorisation
textuelle — musicologie — neurologie , audio-phonologie, aphasiologie, neuropsychologie
— philosophie – physiologie de la perception — psychologie cognitive —
psychologie du développement – rhétorique — sciences de l’éducation – sciences de
l’information et de la communication – sciences et techniques des activités physiques et
sportives — sémiotique, etc.
4. Comité scientifique (en cours de constitution) (universitaires et professionnels)
Jean-Claude Anscombre (Directeur de recherche émérite, CNRS-LLI, Univ. Paris-13)
Yves Beaupérin (Enseignant retraité, Institut Européen de Mimopédagogie)
Gabriel Bergounioux (Professeur, LLL, EA 3850, Univ. Orléans)
Gérard Bodé (Chargé de recherche, Service d’Histoire de l’Education, INRP)
Joël Candau (Professeur, LASMIC, Univ. Nice Sophia Antipolis)
Christine Chojnacki (Professeur, Univ. Lyon-3)
Jean-Marc Colletta (Professeur, LIDILEM, Univ. Grenoble-3)
Jacques Cosnier (Professeur émérite, ICAR, Univ. Lyon-2)
Dominique Ducard (Maître de Conférences HDR, CEDITEC, Univ. Paris-12)
Rémy Guérinel (Ingénieur, Institut Pierre Janet)
Michel Le Guern (Professeur émérite, Univ. Lyon-2)
Fabienne Martin-Juchat (Professeure, GRESEC, Univ. Grenoble-3)
Claudine Olivier (Maître de Conférences, CEL, Univ. Lyon-3)
Haun Saussy (Profesor, Yale University)
Edgard Sienaert (Associé de Recherche, Université du Free State, Bloemfontein,
Afrique du Sud)
5. Organisateur : groupe de recherches CORPS-A-DIRE
RESPONSABLE SCIENTIFIQUE : Claudine Olivier (Lyon-3)
RESPONSABLES DE L’ORGANISATION DU COLLOQUE :
Claudine Olivier (Maître de Conférences, Lyon-3, Centre d’Etudes Linguistiques)
Rémy Guérinel, (Institut Pierre Janet)
COMITE D’ORGANISATION : Eliane Damette (ATER, Lyon-3), Mariette Meunier (Professeur,
Lyon-3), Claudine Olivier (Maître de Conférences, Lyon-3, CEL), Yves Beaupérin
(Institut Européen de Mimopédagogie), Rémy Guérinel (Institut Pierre Janet).
6. Conditions de soumission des propositions de communications
Les propositions seront envoyées en pièces jointes sous format word et pdf aux deux
adresses suivantes : olivier.claudine@wanadoo.fr, guerinel@hotmail.com, avec, en objet du
message : proposition colloque Marcel Jousse.
Le document (caractères ARIAL 11, interligne 1, toutes les marges à 2 cm), comportera
les Nom et Prénom, le rattachement institutionnel ou la profession, le titre de la
communication, le(s) domaine(s) concerné(s), l’axe thématique pressenti, les mots-clés,
des éléments bibliographiques, et un résumé d’une page (3000 caractères maximum,
espaces compris) décrivant la problématique et la méthodologie utilisée.
Date limite d'envoi des propositions : 10 mars 2011.
Après examen des propositions, les réponses seront communiquées aux auteurs au
plus tard le 30 avril 2011.
Les textes des articles pour les Actes du colloque seront à remettre au plus tard dans un
délai d'un mois après le colloque, soit pour le 31 octobre 2011.
7. Le groupe de recherches CORPS-A-DIRE (Centre d’Etudes Linguistiques, Lyon-3)
Créé en 2009-2010, à l’initiative et sous la responsabilité de Claudine Olivier, le groupe
de recherches CORPS-A-DIRE (1) s’occupe d’études variationnelles interdisciplinaires sur
les structures langagières et sur l’activité de langage, dans leur rapport avec le corps et
avec l’interaction des sujets parlants.
Il a vocation à établir et développer des relations entre des chercheurs :
1. analystes de la langue et du discours, des contacts de langues,
jurilinguistes, psycholinguistes ;
2. spécialistes de neurosciences, sciences cognitives, ingénierie du
mouvement ;
et des professionnels des arts et techniques du corps (théâtre, chant, mémorisation
textuelle, slam, cirque, etc.), à propos de l'interface corps et langage.
L’ensemble thématique « Geste et rythme : apports et prolongements de l’anthropologie
linguistique de Marcel Jousse » représente un des axes de travail de CORPS-A-DIRE.
Le colloque autour de Jousse, par son périmètre interdisciplinaire, constituera une plateforme
de discussion particulièrement pertinente pour renforcer ces liens en construction
et faciliter de nouveaux contacts.
(1) CORPS-À-DIRE = CORPS parlant, Activités de langage, structures langagières, Domaines Interdisciplinaires de
Recherche et d'Enseignement
8. Quelques liens bibliographiques
OEUVRES DE MARCEL JOUSSE EN ANTHROPOLOGIE LINGUISTIQUE
- Études de psychologie linguistique. Le style oral rythmique et mnémotechnique chez
les verbomoteurs. Paris, Beauschesne,1925.
http://classiques.uqac.ca/classiques/jousse_marcel/Style_oral_verbo_moteurs/style_oral.html
- « Le mimisme humain et l'Anthropologie du langage ». Revue anthropologique, Juillet-
Septembre 1936 : 201-215
http://classiques.uqac.ca/classiques/jousse_marcel/mimisme_hum_anth_langage/mimisme_hum_anth_langage.html
- Mimisme humain et style manuel. Geuthner, Paris, 1936.
http://classiques.uqac.ca/classiques/jousse_marcel/Mimisme_hum_et_style_manuel/Mimisme_hum_et_style_manuel.
html
- « Le bilatéralisme humain et l’Anthropologie du langage ». Revue anthropologique,
n° 4-6, avril-septembre 1940 : 1-30.
http://classiques.uqac.ca/classiques/jousse_marcel/bilateralisme_humain/bilateralisme_humain.html
- Du mimisme à la musique chez l'enfant. Geuthner, Paris, 1935.
http://classiques.uqac.ca/classiques/jousse_marcel/Mimisme_a_la_musique/mimisme_a_la_musique.html
- Mimisme humain et psychologie de la lecture. Geuthner, Paris, 1935.
http://classiques.uqac.ca/classiques/jousse_marcel/Mimisme_hum_et_lecture/mimisme_hum_et_lecture.html
- « Les Lois psycho-physiologiques du Style oral vivant et leur utilisation philologique ».
L'Ethnographie n°23, 15 avril 1931 : 1-18.
http://classiques.uqac.ca/classiques/jousse_marcel/lois_psycho_physiologiques/lois_psycho_physiologiques.html
- L’anthropologie du geste. Gallimard, « Tel », réédition 2008, 1006 p.
- Cours oraux inédits de Marcel Jousse. Deux cédéroms, Association Marcel Jousse,
2002, 20000 pages. Le catalogue des intitulés des cours oraux est en ligne :
http://www.marceljousse.com/catalogue.htm
MARCEL JOUSSE PAR SES CONTEMPORAINS
- Frédéric Lefèvre, Marcel Jousse : une nouvelle psychologie du langage. Roseau d’or,
1927.
- Frédéric Lefèvre, « La psychologie expérimentale. Une heure avec M. Pierre Janet (en
présence de Marcel Jousse) ». Les nouvelles littéraires. Samedi 17 mars 1928.
- Jean Lhermitte, « Langage et Mouvement ». L’Encéphale n°1,1938 : 1-28.
- Antoine Meillet, Marcel Jousse – « Etudes de psychologie linguistique ». Bulletin de la
Société de Linguistique de Paris, Tome 26, Fascicule 3, N° 80, 1925 : 5.
- Joseph Morlaas, « Du Mimage au Langage ». L'Encéphale n° 3, Paris, 1935.
- André Ombredane, « Le langage, gesticulation significative, mimique et
conditionnée ». Revue philosophique de la France et de l’étranger. 1931, III : 217-230.
OEUVRES AYANT INFLUENCE MARCEL JOUSSE
- Jean-François Champollion, Grammaire égyptienne, 1836.
- Pierre Janet, L'automatisme psychologique. Paris, Felix Alcan, 1889.
http://classiques.uqac.ca/classiques/janet_pierre/automatisme_psychologique/automatisme.html
- Pierre Janet, L'Évolution de la mémoire et de la notion du temps. Paris, Chahine, 1928.
http://classiques.uqac.ca/classiques/janet_pierre/evolution_memoire_temps/evolution_memoire.html
- Pierre Janet, Les Débuts de l'intelligence. Paris, Flammarion, 1935
http://classiques.uqac.ca/classiques/janet_pierre/debut_de_intelligence/debut_intelligence.html
- Pierre Janet, L'Intelligence avant le langage. Paris, Flammarion, 1936.
http://classiques.uqac.ca/classiques/janet_pierre/intelligence_langage/intelligence.html
- Auguste-François Maunoury, Petite anthologie ou Recueil de Fables, descriptions,
pensées, épigrammes, contenant les racines de la langue grecque, Paris, 1850.
- Henri Poincaré, La Science et l'Hypothèse, Flammarion, 1902.
http://fr.wikisource.org/wiki/La_Science_et_l'hypothèse
- Henri Poincaré, Science et Méthode, Flammarion, 1908.
http://fr.wikisource.org/wiki/Science_et_méthode
- Rousselot (Abbé), Principes de phonétique expérimentale, 2 tomes, 1897-1908. Paris-
Leipzig, Welter.

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

Livre

Monique Wittig, Le chantier littéraire

 

 

Edition critique annotée avec une préface de Christine Planté, publiée conjointement par les Editions iXe et les Presses Universitaires de Lyon, 228 p., 14 euros. ISBN10 : 2-7297-0833-2

Notes et notices de Benoît Auclerc, Yannick Chevalier, Audrey Lasserre, Christine Planté.

C’est en 1986, à gualala, en Californie, que Monique Wittig termine Le Chantier littéraire, thèse qu’elle rédigea en vue d’obtenir le diplôme de l’École des hautes Études en sciences sociales de Paris. Gérard Genette en était le directeur, Louis Marin et Christian Metz, les lecteurs.
Monique Wittig écrit Le Chantier littéraire à une époque d’intense production. L’année précédente, Wittig publie son roman Virgile, non. Elle travaille parallèlement sur un scénario intitulé Jeanne d’Arc ou Jeanne Romme parce que dans mon pays les filles prennent le nom de leur mère, qu’elle achève en 1988. Elle rédige par ailleurs plusieurs essais théoriques marquants, notamment « Le cheval de troie » (1984), « Le lieu de l’action » (1984) et « La marque du genre » (1985), dont plusieurs sections et concepts seront repris et développés dans Le Chantier littéraire.
Monique Wittig comptait publier Le Chantier littéraire chez P.o.L en novembre 1999, après la publication de Paris-la- politique en mai de la même année, mais le décès de Nathalie Sarraute, en octobre 1999, lui a rendu la chose impossible.

http://www.editions-ixe.fr/

http://presses.univ-lyon2.fr/?q=nod...

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

www.womenareheroes.be

www.jr-art.net

 

http://media.paperblog.fr/i/76/765318/women-are-heroes-jr-L-1.jpeg

Synopsis
Avec son film Women Are Heroes, le photographe JR plonge le spectateur au cœur de vies de femmes exceptionnelles.
Parce qu'elles sont très souvent les premières victimes en temps de guerre et quasiment abandonnées à leur sort en temps de paix, JR rend hommage à ces femmes qui malgré toutes les embûches de la vie gardent le sourire, la force de se battre et l'espoir d'une vie meilleure.
Des favelas de Rio aux bidonvilles kenyans, en passant par les rues d'Inde et du Cambodge, un autre regard se pose sur leurs combats et leurs attentes.
Affichant leurs portraits via d'immenses collages sur les murs de leurs quartiers et villes, JR sublime ces destins hors-normes et met en avant ces personnalités fortes et émouvantes trop rarement reconnues à leur juste valeur.
Women Are Heroes
vous invite à voyager et découvrir ces femmes qui, jour après jour et chacune à sa façon, se battent pour faire de ce monde un monde meilleur.
Avant tout, ce film est un message d'espoir et un vrai voyage à travers l’art de JR


réalisateur :
JR
scénario : JR, Emile Abinal
image : Patrick Ghiringhelli
son : Philippe Welsh
montage : Hervé Schneid
musique : Patrice – Massive Attack – Jean-Gabriel Becker

 

http://freethebold.com/wp-content/uploads/2009/10/JR_WAH4.jpg

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

 

Journée d’études GRER-ICT 14 janvier 2011

Organisée par Florence Binard et Michel Prum

Women, racism and eugenics

 5 rue Watt 75013

Salle 207 2ème étage

 

Matin : modératrice, Claudine Delphis

10h- 10h15  Introduction Michel Prum

10h15-11-15h  Julie Gottlieb

"The Gender of Tolerance and Hate: Women, philo-Semitism, and anti-Semitism in
Britain in the 1930s and 1940s."

Pause 11h15 -11h30

11h 30- 12h-15 Bénédicte Deschamps

“Italian mothers VS US flappers: gender and ethnicity in the Italian-American communities before WWII”

Pause  repas

Après midi : modératrice, Françoise Barret-Ducrocq

14h-15h  Pat Thane

“Gender and the panic about population decline, 1920s-1950s”

15h-15h45 Florence Binard

« Charlotte Cowdroy and ‘Wasted Womanhood’ in the inter-war period in Britain »

15h45-16h Pause

16h – 16h45 Alexandrine Guyard-Nedelec

Discrimination against mature women

16h45 Clôture  Françoise Barret-Ducrocq

 
 
Nous espérons vous y retrouver nombreux.
 
Bien cordialement,
 
Michel Prum
Professeur à l'Université Paris Diderot
Responsable du GRER
Groupe de Recherche sur l'Eugénisme et le Racisme (ICT - UR 337)
Directeur de la collection "Racisme et Eugénisme" (L'Harmattan)
  
Toutes les séances sont le vendredi
UFR EILA - salle 207 (2e étage)
5 rue Watt
75013 Paris
Station Bibliothèque François Mitterrand (ligne 14 ou RER "C")
 
blog du GRER : http://grer-p7.blogspot.com/ (Webmestre : Alexandrine Guyard-Nedelec)
liste de diffusion du GRER : liste interactive sur les thématiques du GRER, colloques, publications, actualité. S'inscrire auprès de Michel Prum pour adhérer à la liste.

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

 

 

http://3.bp.blogspot.com/_JjE89N2EMUI/TR0xRAsjq1I/AAAAAAAAAOQ/KuLgSc6t5cs/s1600/tapa-cuerpo-y-emociones.jpg

 

Revista Latinoamericana de estudios sobre Cuerpos, emociones y sociedad

Arte y Parte: del cuerpo imagen a los cuerpos en conflictos Nº 4, Año 2, Diciembre 2010
Bajo el título “Arte y Parte: del cuerpo imagen a los cuerpos en conflictos”  ya está disponible el Nº4 de la Revista Latinoamericana de Estudios sobre Cuerpos, Emociones y Sociedad. La cuarta entrega –que aparece a un año de la publicación del número preparatorio e inaugural de la publicación– ya está disponible para la comunidad científica y académica latinoamericana en el sitio web de la revista
RELACES reafirma su propósito de amplificar las voces de diversas de las geografías de nuestra región en esta nueva entrega, pone su mirada sobre las dimensiones estética y conflictual desde una sociología de los cuerpos desde y para Latinoamérica. En esta línea, el número que se presenta se estructura en dos ejes que en su cruce, intersecan al cuerpo en el arte, por un lado, y al cuerpo formando parte de conflictos específicos, por otro. Ejes, que en las producciones que se incluyen, aparecen amalgamados y en una línea común que recorre los casos trabajados en cada texto.
Como en la aparición de los números anteriores, debemos agradecer a los autores incluidos en este número por confiar su trabajo a nuestra publicación, así como también a todos aquellos que –en gran cantidad– han enviado sus manuscritos a la espera de una respuesta editorial. Nuestro equipo ya se encuentra trabajando en la evaluación y preparación de los índices de los números futuros, por lo que las notificaciones irán siendo cursadas una vez que los dictámenes estén listos. 
Finalmente, vaya también un agradecimiento especial Consejo Editorial por el valioso apoyo la revista. El trabajo y seriedad en los procesos de evaluación, pero sobre todo, la confianza puesta que le da a RELACES la solidez de una publicación de primer nivel internacional. Nuestro reconocimiento a ellos por el acompañamiento.

 

 

José Luis Grosso – ¡ we are on día de los Reyes Magos!

Cuerpos y emociones desde América latina & Sensibilidades en juego: Miradas múltiples desde los estudios sociales de los cuerpos y de las emociones.

 

Tabla de contenidos
Portada / Índice
Portada / Índice

PRESENTACIÓN
Arte y Parte: del cuerpo imagen a los cuerpos en conflictos

Martín Eynard, Lucas A. Aimar

ARTÍCULOS
Los mensajes con contenidos emocionales dirigidos a las mujeres en dos revistas femeninas progresistas de la segunda mitad del siglo XIX en México

Oliva Lopez Sanchez

Retablos: emociones, afectos y cuerpos en subversión

Susana Vargas Cervantes

La concepción del cuerpo en la Actuación entendida como “interpretación

Karina Mariel Mauro

Las narrativas de los pioneros. Construcción y trasmisión del conocimiento en la danza moderna argentina

Denise Osswald

Corporalidad, espacio y nuevas formas de socialidad en la cinematografía de Luis Ortega

Esteban Marcos Dipaola

‘Cuerpos’ y ‘lógicas autogestivas’: el caso de los trabajadores de empresas recuperadas

Melina Perbellini

Antagonismo social de las luchas socioambientales: Cuerpo, emociones y subjetividad como terreno de lucha contra la afectación

Mina Lorena Navarro Trujillo, Oliver Gabriel Hernández Lara

RESEÑAS
Colonizar los sentidos: ‘calls center’ y las nuevas formas de dominación/resistencia en las relaciones capital-trabajo

María Belén Espoz

Cuerpos, Territorios y Población

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

http://www.cinemovies.fr/images/data/affiches/2010/les-yeux-ouverts-20879-694429013.jpg

 

 

 

http://www.lesyeuxouverts-lefilm.com

 

 

Réalisé par Frédéric Chaudier

Long-métrage français . Genre : Documentaire
Durée : 01h33min Année de production : 2010
Distributeur : Zelig Films Distribution

Synopsis : En s’inscrivant dans la période particulière de la fin de l'existence, le réalisateur Frédéric Chaudier regarde, écoute, accompagne les patients, les bénévoles, les équipes soignantes de la maison médicalisée Jeanne Garnier, à l’heure où ces voyageurs particuliers qui séjournent dans l’établissement, sont appelés à s’éloigner.

Simple, belle et humaine, cette odyssée est une expérience tour à tour tendre, poignante, drôle et émouvante.

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

http://www.renaud-bray.com/ImagesEditeurs/PG/1140/1140173-gf.jpg

 

http://www.puf.com/wiki/Autres_Collections:La_blessure_et_la_force

 

« Philippe Barrier, qui a passé de longues années à faire du diabète son existence même et sa pensée, c'est-à-dire sa force, sa capacité à s'individuer et à être sa blessure, comme disait Joë Bousquet, montre comment la médecine contemporaine en est venue à détruire la relation de soin. Sa démonstration est implacable, magnifique et terrible. Elle donne à voir comment une finalité, prendre soin des malades, se renverse en son contraire : nier leur existence en réduisant celle-ci au contrôle du bon fonctionnement de leurs organes naturels ou artificiels. [...]

Philippe Barrier éclaire du même coup les enjeux d'une question encore bien plus vaste, et les souffrances d'une maladie qui n'est pas seulement celle des corps et des esprits, mais celle du corps social dans son ensemble, celle d'une civilisation que l'on a cru devoir dire " technicienne " - comme si une civilisation pouvait ne pas l'être. [...] »
Bernard Stiegler, préface

 

Table des matières

Préface

Introduction

Première partie. — L’épreuve de la maladie
La maladie comme défaut et comme nécessité
Le travail de la maladie (la maladie au travail). La déclaration
Une restructuration de la morbidité
La guérison hallucinée
Vers la difficile conscience de la maladie
La conscience de la maladie comme problème existentiel…
… et comme ressource autorégulatrice
Une double dissimulation
Un processus morbide de relais
L'hypoglycémie comme épreuve initiatique normative. Phénoménologie de l'hypoglycémie
Un processus morbide de relais (suite)
Les représentations négatives de la maladie
L'hyperglycémie comme figure de la morbidité anomique
La marche de la chronicité
Des complications (« la maladie de la maladie ») à la complexité (l'entrecroisement des possibles)
De concepts voisins
Un premier niveau de prise de conscience normative
Ses effets sur le plan représentationnel, émotionnel et affectif
La prise de conscience de la globalité de la normativité de santé
Des impasses au chemin
De la défiance à la confiance ?
Vers le pire et le meilleur
La guérison comme guérison du désir de guérir

Seconde partie. — « Le normal et le pédagogique »
La relation de soin à l'épreuve de l'auto-normativité du patient
Le soin : relationnel et normatif
Le corps soignant comme corps sacerdotal
La tendance « sacralisante » et hétéronomique du discours médical
Le corps muet du patient
L'art médical
La question préalable de la subjectivité
Une relation bipolaire asymétrique
La tension relationnelle évolutive
Chronologie et clinique de la relation de soin
Le cas de la maladie asymptomatique
L'annonce de la chronicité. Une injonction à la subjectivité volontariste
Le modèle relationnel autoritaire (hétéronomique) et ses conséquences
La tentation techniciste médicale
La présentation hétéronomique du traitement
Un accompagnement pédagogique et normatif
L'hypoglycémie dans le suivi médical diabétique
Une propédeutique à l'autogestion de soin
La question de l'autonomie dans la relation de soin
Une autre objection à l'autonomie de santé
Le suivi
Une perspective programmatique allagmatique
La gestion de la temporalité dans la relation de soin appliquée à la maladie chronique
Une objection, sa possible levée
Vouloir, désir
La sensibilité au pathologique, le désir
Une pédagogie du désir ?
Éducation, instruction, apprentissage
Le désir de se bien soigner est-il un objet possible d'instruction et d'apprentissage ?
Un rapport érotique au soin
Le désir de santé
Inappetance
La libération du désir de santé
Quelques libres recettes
Le paradigme de la congruence
Brève synthèse théorétique : la régulation homéostatique globale
Bartleby, le point aveugle du soin

 

 

A propos des auteurs

L’auteur est philosophe et docteur en sciences de l’éducation. Bien connu des adeptes de l’éducation thérapeutique à laquelle il forme de nombreux médecins et soignants, il enseigne aussi l’éthique médicale et participe à de multiples colloques et publications sur la philosophie de la santé.

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

Parution de la revue

 

Le sujet dans la Cité

Revue internationale de recherche biographique

 

N°1 / décembre 2010

 

Ecouter la souffrance, entendre la violence

 

 

En affichant dès son titre deux notions à haute charge philosophique et politique et en les inscrivant dans une relation délibérément problématisante, la revue Le sujet dans la Cité entend signifier les liens qu’elle se propose d’interroger entre construction de soi et inscription sociale, entre projets personnels et pratiques collectives, entre réflexivité individuelle et délibération sociale, entre éducation et société, entre éthique et politique.

Revue internationale à périodicité annuelle, Le sujet dans la Cité ouvre chacun de ses numéros thématiques à des espaces géographiques et culturels pluriels et à des approches interdisciplinaires, afin de mieux appréhender les enjeux nouveaux qu’offrent les sociétés contemporaines aux rapports mutuels du sujet et de la Cité.

 

En retenant pour son premier numéro le thème de la souffrance psychique d’origine sociale, la revue a voulu faire droit à une question de société très significative des reconfigurations nouvelles opérées dans la vie sociale et collective contemporaine. En effet ce qui se joue dans la question de la souffrance sociale intéresse au plus haut point le rapport de l’organisation du collectif – organisation économique, sociale, politique, mais aussi éducative, médicale, sanitaire, etc. – et de l’individu en tant qu’il en est lui-même la cible et le produit. A ce titre, la souffrance sociale est aujourd’hui le symptôme d’une société qui réduit le vivre ensemble à une juxtaposition de destins individuels confrontés séparément et solitairement à des formes de normativité qui pèsent non seulement sur les conditions matérielles de la vie mais sur l’image et l’estime que les individus ont d’eux-mêmes ; la souffrance sociale est ainsi le lieu vif d’une tension particulière – particulière en intensité et dans l’histoire des sociétés – qui met à l’épreuve de façon inédite la capacité des individus à être sujets de leurs actes et de leur histoire. En un mot,  la souffrance sociale est aujourd’hui une dimension de la vie individuelle et collective qui pose au plus près la question du sujet dans la Cité.

 

 

 

 

Sommaire

 

Editorial  

Christine Delory-Momberger 

 

Article d’actualité  

Gérard Gromer. Le visage au-dessus de l’abîme

                       

Débat   

Michel Agier, Vincent de Gauléjac, Danilo Martuccelli & Guy de Villers. « Le sujet dans la Cité », un espace de controverse 

 

Dossier thématique   

Christine Delory-Momberger & Christophe Niewiadomski. Ecouter la souffrance, entendre la violence

Patrick Coupechoux.           Souffrance psychique et société : de l’individu du roi à l’incarcération du sujet

Didier Vrancken. Corps souffrants, corps parlants dans le nouvel ordre protectionnel

Christophe Dejours, entretien. Le travail entre souffrance individuelle, intelligence collective et promesse d’émancipation

Alain Brossat. Les voix des gens ordinaires. Raconter des histoires qui comptent

Valérie Melin. Souffrance et violence à l’école : le décrochage scolaire, une forme de résistance ?

Patricia Janody. Sur le mythe de fondation de la psychiatrie

Pierre Dominicé. Du silence de la souffrance à la parole des patients

Maud-Yeuse Thomas. De la question trans aux savoirs trans, un itinéraire

Jean-Jacques Schaller. Sexualité et handicap : les assistant(e)s sexuel(e)s. Pour une humanité de la rencontre

 

Traverses

Jane Evelyn Atwood. Photographier la violence

 

Veilles

William Rolle & Gustavo Torres. Le syndrome haïtien dans les Antilles françaises

Renée Dupuis. Les Premières nations du Canada : des non-sujets hors de la Cité

 

Résistances

Franketienne. Vol viol et violence en un champ de souffrances

Joséphine Bacon. Poème

                       

Article jeune chercheur

Antony Endean . Au « cœur » du travail social. L’affectivité chez les professionnels du social entre négation et  négociation.

 

Article proposé à la revue

Ralf Marsault. « On the road again ! » Nomadisme de l’appartenance et citoyenneté européenne : les Wagenburgen de Berlin

 

 

Site de la revue Le sujet dans la Cité. Revue internationale de recherche biographique

http//www.lesujetdanslacite.com

 

 

Commande de la revue aux éditions Téraèdre : http//www.teraedre.com

Voir les commentaires