Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog du corps

Actualité de la recherche sur le corps en SHS (ISSN : 2269-8337)

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

 

     

       

Bodies of Subversion: A Secret History of Women and Tattoo, Third Edition

Bodies of Subversion: A Secret History of Women and Tattoo
Synopsis
Bodies of Subversion was the first history of women’s tattoo art when it was first released in 1997, providing a fascinating excursion to a subculture that dates back to the nineteenth-century and including many never-before-seen photos of tattooed women from the last century. This revised and expanded edition remains the only book to chronicle the history of both tattoos on women and female tattooists, and contains all the information and images that made the original edition the primary reference for the history of women and tattoos, including documentation of:

* Breast cancer survivors of the 90s who tattoo their mastectomy scars as an alternative to reconstructive surgery or prosthetics.
* The parallel rise of tattooing and cosmetic surgery during the 80s when women tattooists became soul doctors to a nation afflicted with body anxieties.
* Maud Wagner, the first known woman tattooist, who in 1904 traded a date with her tattooist husband-to-be for an apprenticeship.
* Victorian society women who wore tattoos as custom couture, including Winston Churchill’s mother, who wore a serpent on her wrist.
* Nineteeth-century sideshow attractions who created fantastic abduction tales in which they claimed to have been forcibly tattooed.

* The book contains 50 new photos and FULL COLOR images throughout including newly discovered work by Britain’s first female tattooist, Jessie Knight; Janis Joplin’s wrist tattoo; and tattooed pastor Nadia Bolz-Weber.
* All-new, sleek design.
* New chapters documenting recent changes to the timeline of female tattooing, including a section on
— Celebrity tattoo artist Kat Von D, the most famous tattooist, male or female, in the world
— the impact of reality shows on women’s tattoo culture
— therapeutic uses of tattooing for women leaving gangs, prisons, or situations of domestic abuse

“In Bodies of Subversion, Margot Mifflin insightfully chronicles the saga of skin as signage. Through compelling anecdotes and cleverly astute analysis, she shows and tells us new histories about women, tattoos, public pictures, and private parts. It’s an indelible account of an indelible piece of cultural history.”
—Barbara Kruger, artist

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

 

www.edtempleton.net / facebook.com/edtempletonofficial

 

Ed started skateboarding in 1985 in his hometown of Huntington Beach, California, with his friend Jason Lee. He turned pro for New Deal Skateboards in 1990. [1] He left New Deal in 1992 to start the short-lived companies "TV" and "Television" with Mike Vallely. [2] In 1993, Ed founded Toy Machine skateboards. [1]

Outside of skateboarding, Ed is an painter, graphic designer and photographer. He began by painting the graphics for his pro-model skateboards on New Deal, and later for his own brands. In 2000, Ed's book of photography Teenage Smokers placed first in the Search For Art competition in Italy, winning $50,000. In the fall of 2001 (and later in 2011),

 

 

Ed's artwork was featured in Juxtapoz magazine [2] and in the 2002 produced an art exhibition, The Essentiel Disturbance, in the Palais de Tokyo (Paris)[3][4] with the catalogue, The Golden Age of Neglect, published by Drago.[5]

Ed Templeton is a featured artist in "Beautiful Losers", a touring art exhibit, collected art book and feature documentary film, which includes the work of various contemporary artists. [6] A lot of the art included in Beautiful Losers provides skateboarding and other urban themes. Templeton and some members of the Toy Machine team skated on ramps (and even a car) setup at the base of the Cincinnati Contemporary Art Center in the summer of 2003 for the temporary showcase of Beautiful Losers. Ed Templeton is also an interviewee and his work and career one of the subjects of the Beautiful Losers film.

In 2008, after eleven years of selection and research, Ed Templeton has published Deformer (also the title of a 1996 documentary film about Templeton directed by Mike Mills), the summary of his personality as an artist in which he speaks of his human and aesthetic growth in the "incubator of suburban outskirts", Orange County, California. [7]

He is also a co-editor of the arts magazine, ANP Quarterly, started in 2005

 

Ed Templeton - Wikipedia, the free encyclopedia

en.wikipedia.org/wiki/Ed_Templeton - Traduire cette page

Edward "Ed" Templeton (born July 28, 1972 in Orange County, California) is a professional skateboarder and a contemporary artist who resides in Huntington

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

En Espagne, la polémique fait rage sur le droit à l'avortement

Le Monde.fr avec AFP | 29.07.2012 à 18h56 • Mis à jour le 29.07.2012 à 20h54

 

 http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/07/29/en-espagne-la-polemique-fait-rage-sur-le-droit-a-l-avortement_1739918_3214.html
 
"Oui à la vie, mais je choisis" et "Prêtres et juges, hors de mon corps" peut-on lire sur le ventre de ces femmes qui manifestaient dimanche pour protester contre ce projet de réforme du droit à l'avortement.

Victoire du droit à la vie pour les anti-avortement, retour à l'ère franquiste pour les autres, le gouvernement espagnol de droite a amplifié la polémique sur l'avortement, en envisageant d'interdire l'interruption volontaire de grossesse dans les cas de malformation.

Une centaine de personnes ont pris part dimanche 29 juillet dans le centre de Madrid à une manifestation pour protester contre ce projet de réforme à l'initiative d'un collectif d'associations pour le droit des femmes.

"Mère, libre !", peut-on lire sur cette pancarte.

Le gouvernement espagnol a confirmé vendredi vouloir modifier à la rentrée la loi votée en 2010 sous le pouvoir socialiste (2004-2011) qui autorise toute femme à avorter jusqu'à 14 semaines. Elle permet aussi une interruption volontaire de grossesse (IVG) jusqu'à 22 semaines dans les cas de "risque pour la vie et la santé" de la mère ou de "grave malformation du foetus" et sans limite de temps, sur avis d'un comité d'éthique, dans les cas les plus graves.

Mais les propos récents du ministre de la justice Alberto Ruiz-Gallardon ont fait l'effet d'une bombe au sein des associations de défense des droits des femmes et pro-avortement. "Je ne comprends pas que l'on empêche un foetus de vivre en permettant l'avortement, pour le simple fait qu'il souffre de handicap ou de malformation", a déclaré M. Ruiz-Gallardon dans une interview dimanche dernier au quotidien de droite La Razon.

LE "TERRAIN" DE L'EXTRÊME-DROITE

"Ce que Gallardon veut, c'est interdire, de fait, l'avortement, dans la droite ligne de l'Irlande, la Pologne ou Malte", affirme Santiago Barambio, président de l'association des cliniques spécialisées dans l'IVG, Acai, et l'un des pères de la loi de 2010 sur l'avortement. "Ce n'est pas une surprise quand on sait que c'est Gallardon père qui avait contesté la précédente loi de 1985" autorisant l'avortement en cas de viol, malformation du foetus ou danger pour la santé de la mère.

Selon M. Barambio, le ministre "occupe le terrain de l'extrême droite ultra-catholique qui est peut-être minoritaire mais très puissante économiquement, comme par exemple l'Opus Dei", organisation catholique implantée dans les hautes sphères politico-économiques de l'Espagne.

65 % DES ESPAGNOLS CONTRE LE PROJET DE LOI

Faux, répond le Forum de la Famille, dénonçant "la dictature des pseudo-progressistes de salon qui s'agenouillent servilement devant le politiquement correct artificiellement défini par des lobbys idéologiques et économiques de bas étage".

Une forte majorité d'Espagnols, soit 81 pour cent, sont contre l'interdiction de l'avortement dans le cas de malformation du foetus, selon un sondage publié dimanche par le quotidien El Pais. Le projet de réforme est rejeté par 65 % de ceux qui ont dit avoir voté pour le Parti populaire (PP, conservateur) à l'élection générale de l'an dernier de même que par 64 % de ceux qui se revendiquent comme des catholiques partiquants, selon ce sondage.

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com
25/07/2012 | 06h21

 

 « Depuis 1973, des travailleuses et travailleurs du sexe aux quatre coins de la planète se regroupent et s’organisent.

Qui sont ces personnes ? Pourquoi et comment s’organisent-elles ? Quels sens confèrent-elles à leurs expériences ? Pourquoi revendiquent-elles la décriminalisation de leur travail ? Qu’ont-elles à dire à propos du syndicalisme, du féminisme, de la lutte contre le sida, de la violence ou des phénomènes migratoires ? Voilà un aperçu des questions auxquelles Maria Nengeh Mensah, Claire Thiboutot et Louise Toupin ont tenté de répondre, tout en situant le mouvement des travailleuses du sexe dans son contexte historique et international. Pour cela, elles ont colligé de nombreux documents témoignant des luttes des travailleuses du sexe de différents continents. Elles nous présentent ici les contributions choisies, signées pour la plupart par des militantes aux origines et aux expériences de travail du sexe variées. On trouvera donc dans cette anthologie unique une sélection importante de documents inédits ou traduits en français pour la première fois.

Luttes XXX nous invite à la rencontre d’un mouvement social méconnu. Ici les voix des travailleuses et travailleurs du sexe, longtemps réduites au silence, s’élèvent, réclament justice. »

Luttes XXX. Inspirations du mouvement des travailleuses du sexe Maria Nengeh Mensah, Claire Thiboutot et Louise Toupin (sous la direction de –). Les éditions du remue-ménage, Montréal, Québec, 455 pages, 2011, 45 €. En savoir + 
– PLAN GÉNÉRAL 1. S'organiser 2. Travailler 3. Bâtir des alliances 4. Se raconter
5. Décriminaliser 6. Agir face au Sida 7. Migrer 8. Se représenter
– DIFFUSION EN EUROPE La Librairie du Québec à Paris/DNM (site), 5° arrondissement, RER B Station Luxembourg.

 

Un extrait du numéro Inrocks Spécial Sexe disponible en kiosque et en ligne ici

"A l’heure où la France envisage d’abolir la prostitution, l’anthologie Luttes XXX apporte un nouvel éclairage sur le mouvement des travailleuses du sexe. Pour la première fois en français, ces textes sont une source militante et riche d’enseignements sur la question.

C’est le projet un peu fou de trois universitaires canadiennes : réaliser pour la première fois une anthologie francophone et mondiale du mouvement des travailleurs du sexe au travers de ses luttes, revendications et aspirations. Constitué de textes écrits par des militantes et travailleuses du sexe, Luttes XXX permet de repenser ce mouvement social apparu au début des années 70 et d’aborder, en s’inspirant de multiples modèles et témoignages, les questions de la prostitution avec un regard neuf.

Une réflexion salutaire à l’heure où la France envisage, via Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, d’abolir la prostitution et de pénaliser le client au mépris des revendications de plusieurs des premiers concernés : les travailleurs du sexe. Rencontre avec Maria Nengeh Mensah, l’une des auteurs de l’ouvrage et professeur à l’Ecole de travail social de l’Université du Québec à Montréal.

Quel a été le point de départ de cette anthologie ?

Maria Nengeh Mensah - Le premier moteur a été la langue : constituer un ouvrage en français sur ces questions. Il existait quelques recueils d’écrits et de réflexions mettant en avant les points de vue des travailleurs du sexe, mais uniquement en anglais. Nous voulions aussi rassembler des points de vue de langue et de pays de facture différente. Certains sont universitaires, d’autres plus littéraires, militants, rédigés à la première personne. Plutôt que de livrer notre analyse sur la question, nous voulions faire circuler ce qui existait depuis plusieurs décennies et apporter un éclairage sociologique en posant la question des travailleurs du sexe comme celle d’un mouvement social, qui s’inscrit à ce titre dans la pérennité et s’articule autour de revendications communes : la légitimité et la citoyenneté, caractéristiques des mouvements sociaux. Cet éclairage dénonce aussi toutes les violences, physiques – très souvent policières – et symboliques, la principale étant, pour les travailleurs du sexe, de ne pas pouvoir penser leur identité. C’est une minorité souvent privée de parole, que l’on entend peu.

Quelles sont les grandes étapes qui ont constitué le mouvement ?

Précisons que, dans l’anthologie, nous avons sciemment laissé de côté les actions, très importantes, réalisées par les travailleuses anglaises parce que nous voulions en priorité mettre en avant des expériences francophones. On trouve donc tout d’abord les mobilisations des années 70, qui s’inscrivent dans le sillage de 68. A Lyon, par exemple, en 1975, des prostituées occupent des églises. Elles se rassemblent pour dénoncer la corruption et la connivence entre policiers et propriétaires d’hôtels, qui empêchent de dénoncer certaines violences. Si un policier te bat et vole ton argent, vers qui se tourner ? Ce genre de rassemblement s’est produit dans d’autres villes françaises et européennes à la même époque. La deuxième vague, qui marque le début de l’expérience discursive, est liée à l’apparition du VIH au début des années 80. Cette lutte symbolise le temps des premières alliances entre personnes prostituées et gays stigmatisé(e)s. Il y a eu une intégration naturelle des travailleuses du sexe, des discriminations qu’elles subissaient, comme le dépistage obligatoire – pour la pute, jamais pour le client. Les investissements financiers réalisés par l’OMS ou l’ONU pour combattre la maladie ont permis, en France et dans de nombreux pays, de faire vivre des associations et de se structurer. On a pu développer des programmes, élargir la question du bouc émissaire à des réflexions plus larges qui touchent la citoyenneté, les rapports de genre. La vague syndicale, loin d’être achevée, pourrait constituer la troisième vague, dans la mesure où le travail du sexe serait vraiment considéré comme travail. Elle n’a pas vraiment commencé, sauf en Argentine. Si aujourd’hui j’ai une carte de membre du Strass, le Syndicat (français) du travail sexuel, cela ne protège pas réellement mes conditions d’exercer.

A quand remonte l’invention du terme “sex worker” ?

L’Américaine Carol Leigh l’aurait employé la première dans un colloque féministe, en 1978. Il réapparaît dans un texte à la fin des années 90 et se propage. Ce terme autorise un nouvel angle d’analyse et une nouvelle façon de penser l’activité : il neutralise la charge morale et idéologique, et permet de se centrer sur l’activité génératrice de revenus. On peut aussi imaginer qu’il recouvre plusieurs types de métiers. On se détache de l’image de la jeune fille qui fait le tapin au coin d’une rue et on réalise que ce travail peut se faire à l’intérieur, en se déplaçant, en recevant. Parler de travail du sexe dénaturalise l’activité. Dans la société, il est communément admis que si une femme n’a pas de revenus pour nourrir sa famille elle peut toujours vendre son cul. En parlant de travail, on voit bien que c’est une activité structurée, qui demande des compétences. Tout le monde n’est pas capable de le faire : si l’on n’aime pas la sexualité, si l’on n’arrive pas gérer son argent, il n’est pas intéressant de travailler dans ce secteur.

A lire aussi : Supprimer la prostitution ? péripathétique 

Pourquoi est-il si difficile de reconnaître le sexe comme un travail ?

On s’imagine émancipé, mais on est toujours très coincé. Le sexe est encore sacré. Il devient ce lieu qui devrait être égalitaire, pur, alors que dans les faits ce n’est pas ça. On peut aussi se demander pourquoi le sexe est perçu comme dangereux. Il y a une réflexion autour de la sexualité qui n’est pas menée. On imagine également que si l’on commence à parler de travail du sexe on banalise les choses, qu’on aura par exemple un kiosque des métiers du sexe dans les écoles. Pourtant, considérer les personnes comme des travailleurs permettrait de lutter contre la violence ou la corruption. Tant qu’il y a criminalisation, on ne peut pas considérer l’exercice comme un travail. La crainte est aussi liée à la notoriété des analyses féministes, qui ont (heureusement) illustré à quel point la sexualité est un lieu de pouvoir, de domination. Un lieu qui place généralement les femmes du mauvais côté du rapport de domination. La prostitution est souvent analysée selon cette grille. Dans notre ouvrage, on essaie de montrer que la revendication des travailleurs du sexe est profondément féministe. Dans le chapitre “Bâtir des alliances”, il y a un texte de Thierry Schaffhauser et de Maîtresse Nikita qui parle de “féminisme pute”.

Pensez-vous que les relations entre les travailleurs du sexe et les mouvements féministes peuvent s’améliorer, que des alliances peuvent voir le jour ?

Oui. Les nouvelles générations de féministes intègrent une réflexion poststructuraliste. Elles ne perçoivent plus le pouvoir comme un poids, dont il n’est possible de sortir que par un rejet absolu. Et l’on n’est plus forcément soit dominant, soit dominé. Elles ont pris des distances par rapport à l’idée du patriarcat. Elles sont plus réceptives aux revendications des travailleurs du sexe, et capables d’imaginer que ce n’est pas un débat pour lequel on est pour ou contre, mais qu’il y a des personnes qui, dans une lutte contre les violences et la reconnaissance des expériences féminines, ont des revendications dont on peut être solidaire. Le législateur m’inquiète davantage. Le resserrement des frontières, la séduction du conservatisme ou la mise en place de politiques de plus en plus conservatrices me font peur. L’alliance avec une gauche féministe est cruciale de nos jours. Il faut donner une crédibilité à la question de base sur l’égalité entre les hommes et les femmes. Quand j’entends votre ministre Najat Vallaud-Belkacem proclamer qu’elle veut abolir la prostitution dans une optique de lutte pour l’égalité hommes-femmes, je me dis qu’on marche à l’envers et qu’il n’y a plus de différence entre le fondamentalisme religieux et le féminisme.

La France pense pénaliser le client, en s’inspirant du modèle suédois.

Qu’en pensez-vous ? Il serait plus intéressant de s’inspirer de la Nouvelle-Zélande, qui a décriminalisé le travail du sexe depuis 2003. Décriminaliser permet d’avoir recours aux autres lois pénalisant l’exploitation, le vol, la coercition… et qui sont déjà prévues dans la législation. Les points de vue émanant des instances de régulation et des travailleurs sont très positifs. Des études sur l’impact de la décriminalisation montrent que cela légitime les travailleurs du sexe et empêche certaines conversations très stigmatisantes. Je trouve fort étrange que l’on ne s’intéresse pas davantage à ces modèles-là".

Luttes XXX – Inspirations du mouvement des travailleuses du sexe de Maria Nengeh Mensah, Claire Thiboutot et Louise Toupin (Les Editions du remue-ménage), 456 pages, 38 €

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

 

vinton cerf

The human body could soon be connected to the web, says 'father of the internet' Vint Cerf

http://www.independent.co.uk/life-style/gadgets-and-tech/news/the-human-body-could-soon-be-connected-to-the-web-says-father-of-the-internet-vint-cerf-7979436.html

 

 

The human body itself could soon be connected to the web, “father of the internet” Vint Cerf has predicted.

 

Speaking exclusively to The Independent in a live, online Q&A yesterday, Cerf said that work was already underway to make the plan a reality after he was inspired to come up with a way of hooking medical implants up to the internet by his wife, who has cochlear implants to help her hearing.

The implants work by deciphering sounds and identifying them to the brain. Cerf said: “I’ve been thinking: ‘well why don’t I just programme TCP/IP into the speech processor so she can interact directly with the internet and get the answers back in her head’?”

Talking about the future of the internet, he said: “[It] is beginning to adopt other media and other forms of interaction than just keyboards and mice, so voice is becoming an important input and output medium, we’re beginning to see gestural kinds of interfaces happening.

“We’re starting to see this augmented reality notion, if you see in the Google Glasses: the idea is that the computer shares with you a view of the world, not only what it can see but also what it can hear and becomes a participant in your interactions with the real world.

During the half-hour interview, in which readers of the Independent also participated, Cerf also talked about Alan Turing, for whom the award he won in 2005 – often referred to as the Nobel Prize in Computing – was named. He said: “Those of us who have degrees in computer science learn very, very early on that Alan Turing was one of the eminences grises in the whole story of computing. He had very fundamental propositions for how computing works.

“The most important one, of course, is the universal Turing machine, which laid out a framework for assessing, for example, the computational cost of doing any particular calculation.” He added that, besides sharing a birthday with Turing, he felt a connection to him because the first computer he ever programmed was derived from one of the former Bletchley Park codebreaker’s designs.

Cerf predicted that Turing would be “impressed, pleased and maybe not even too surprised given the depth of his appreciation of what this kind of engine could do. His understanding of what computing actually means would give him almost instant with the cloud computing environment we see today.”

Asked about how difficult it was to defend a company like Google, which has recently been mired in controversies around users’ privacy online, he said: “We have established a pretty solid track record of offering a substantial array of things that are open and free: the software of Chrome; the software of Android; the software of the Chrome operating system, all of the products and services that are available to users are essentially free of charge to them and it’s a consequence of our very good business model related to advertising.

“I don’t think anyone is forced to use the Google products and we’ve gone out of our way to do what we can to allow people to take anything that they put into the Google system and get it back out again; the freedom and the ability to move information around.

“So, I would challenge anyone who argues that Google has abused its rapid growth. And, of course, there have been some reactions, and you know in Europe the EU has asked questions about our position in the marketplace and that negotiation and discussion continues.

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

 

Fabrica presenta "Doping Thrower", un’installazione d’arte per promuovere la cultura dell’etica sportiva

 

  1. Fabrica | the Benetton group communications research center

    www.fabrica.it/ - Traduire cette page
    Today, July 27th, at the Dray Walk Gallery (the Old Truman Brewery) in the heart of London, Fabrica presents 'Doping Thrower', an art installation devised and ...
  2. Fabrica presenta "Doping Thrower", un'installazione d'arte per ...

    www.socialdesignmagazine.com/.../fabrica-presenta-doping-thrower-...
    il y a 2 jours – Domani, 27 luglio, presso laGalleria Dray Walk(la Old Truman Brewery), nel cuore di Londra, FABRICA presenta DopingThrower,
   

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

Des clichés mettant en avant le talent du photographe hollandais Levi Van Veluw : son travail se base sur des autoportraits de son visage qu’il transforme en objet grâce à un système de combinaisons, notamment sur la nature.

 

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

Représentations historiques et culturelles des restes humains

 

 

HISTORY AND CULTURAL REPRESENTATIONS OF HUMAN REMAINS

 
EXPLORA (CAS–EA 801/Toulouse Natural History Museum) in partnership with the Academy of Medicine (Paris) and the Hunterian Museum (Museums and Archives, Royal College of Surgeons, London)
 
 
 
This series of 3 interdisciplinary conferences to be held at the Natural History Museum of Toulouse (February 4, 2013), the Academy of Medicine in Paris (April, 4, 2013) and the Hunterian Museum in London (June 4, 2013) will examine the relationship between anatomical knowledge and practice and their cultural representations so as to offer an overview of the cultural reception of the exhibition of human remains. The conferences are aimed at scholars from a variety of medical humanities disciplines.
 
MEDICAL MUSEUMS AND ANATOMICAL COLLECTIONS
Natural History Museum­— Toulouse
February 4, 2013
Although modern anatomy owes a lot to comparative anatomy, the fairly recent separation between natural history museums and medical museums in the mid-nineteenth century has tended to obscure this connection. This conference intends to focus on the constitution, rise and evolution of medical museums and the ways in which the constitution of anatomical collections has been represented in literature and the arts. It will look at matters ranging from the use of menageries for anatomical research to the proximity between human and animal remains in medical museums, as well as issues of classification and organisation. The importance of zoological specimens in medical museums and the role played by animal remains in the constitution of private medical collections and pathological museums will be central to this conference, which aims to trace the impact of comparative anatomy on human anatomy and examine the debates raised by anatomists’ methods of investigation, such as those concerning vivisection or the human and humanity, as in the case of criminals or ‘savages’. By analysing the history of this aspect of medical museums together with its reception and popularisation, this conference will focus on the evolution of the representation of humans and animals as objects of medical investigation and look at literature and the arts as significant media playing an active part in the history of medicine.
We invite 20-minute papers that engage with, but are not limited to, the following topics:
-        medical museums and/as cabinets of curiosities
-        medical museums and comparative anatomy
-        animals and/in medical research
-        collecting, preserving, classifying human and animal remains
-        the location and architecture of medical museums
-        medical museums, humans and humanity
-        anatomical collections and the rise of criminal anthropology
-        anatomical collections and the rise of ethnology
-        representations of mad collectors/anatomists/surgeons
Please send 300-word proposals (attached as a .doc-file; in French or English), together with a short biographical note to Laurence Talairach-Vielmas (talairac@univ-tlse2.fr) & Rafael Mandressi (rafael.mandressi@damesme.cnrs.fr). Please write ‘EXPLORA/Medical Museums and Anatomical Collections/Abstract’ as email object. Deadline for submissions: September 1, 2012. Contributors will be notified that their proposal has been accepted by mid-October 2012.

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

 

Desigualdades de gênero no Brasil: reflexões e experiências

resultado do seminário Gênero, Educação e Pobreza, realizado pelo Grupo Transas do Corpo em 2001, o livro mescla discussões teóricas sobre as desigualdades de gênero e relatos de experiências no Brasil. O livro traz textos de Sonia E. Alvarez (professora titular da Universidade da Califórnia em Santa Cruz), Joana Plaza Pinto (colaboradora do Grupo Transas e professora da UFG), Marcelo Paixão (professor da UFRJ); Schuma Schumaher (fundadora e diretora da ONG Rede de Desenvolvimento Humano – REDEH/RJ), Cristina Schroeter Simião (coordenadora de Políticas Institucionais da ADITEPP) e Sandra Regina Monteiro (advogada e sócio-educadora da Rede Mulher de Educação).

 

Mercredi 01 août 2012  |  Salvador - BA (40000-000, Brasill)

Memórias, rumos e perspectivas dos estudos sobre a diversidade sexual e de gênero

Publié le lundi 05 mars 2012 par Marie Pellen

Résumé

O VI Congresso Internacional de Estudos sobre a Diversidade Sexual e de Gênero da ABEH, por deliberação da última assembleia geral realizada em Natal, contará com o tema “Memórias, rumos e perspectivas dos estudos sobre a diversidade sexual e de gênero”. O evento será realizado na Universidade Federal da Bahia (UFBA), em Salvador/BA, dias 1º, 2 e 3 de agosto de 2012, e deve reunir cerca de 500 pessoas, entre palestrantes, apresentadores/as de trabalhos e ouvintes.

Annonce

Apresentação

O VI Congresso Internacional de Estudos sobre a Diversidade Sexual e de Gênero da ABEH, por deliberação da última assembleia geral realizada em Natal, contará com o tema “Memórias, rumos e perspectivas dos estudos sobre a diversidade sexual e de gênero”. O evento será realizado na Universidade Federal da Bahia (UFBA), em Salvador/BA, dias 1º, 2 e 3 de agosto de 2012, e deve reunir cerca de 500 pessoas, entre palestrantes, apresentadores/as de trabalhos e ouvintes.

Os/as pesquisadores/as reunidos/as na Universidade Federal do Rio Grande do Norte decidiram que é chegada a hora de realizar uma reflexão cuidadosa sobre o “estado da arte” dos estudos já realizados em nosso país e, com isso, apontar as lacunas desses trabalhos e quais são as perspectivas para o futuro. Com base nessa decisão, a diretoria da ABEH, responsável pela organização do VI Congresso, elaborou a programação geral, que contará com a realização de uma conferência de abertura e três grandes mesas redondas, além da apresentação de cerca de 300 artigos, subdivididos em 10 grupos de trabalho (Artes, Comunicação, Educação, Histórias, sociabilidades e etnografias, Literatura, Políticas, Religiões, Saúde, Subjetividades e Direitos). Os artigos apresentados serão selecionados por uma comissão científica composta por 36 doutores/as que estudam há vários anos as sexualidades e os gêneros.

A conferência de abertura terá como tema Apontamentos críticos sobre os estudos da diversidade sexual e de gênero. O objetivo será o de tratar sobre quais foram os principais autor@s e perspectivas teóricas que influenciaram os primeiros estudos sobre a diversidade sexual e de gênero, realizar uma avaliação crítica dessas pesquisas e apontar quais são as perspectivas atuais e futuras dos trabalhos sobre essas temáticas. Para realizar essa conferência, convidamos a pesquisadora Jack/Judith Halberstam (Estados Unidos), autor de vários livros e artigos sobre a diversidade sexual e de gênero. Halberstam é hoje um dos mais produtivos e criativos pesquisadores da área.

A mesa redonda Dos pioneiros aos dias atuais: a trajetória e desafios dos estudos sobre a diversidade sexual e de gênero no Brasil deve refletir sobre quais foram as áreas do saber pioneiras nos estudos sobre a diversidade sexual e de gênero no Brasil e sobre quais as outras áreas que nos últimos anos passaram a estudar a temática. O objetivo é o de pensar sobre se e como @s pesquisador@s têm enfrentado o desafio de realizar trabalhos inter/multi/transdisciplinares. Para compor essa mesa, convidamos os pesquisadores Sérgio Carrara (Universidade do Estado do Rio de Janeiro) e Mário Lugarinho (Universidade de São Paulo) e as pesquisadoras Tânia Swain (Universidade de Brasília) e Berenice Bento (Universidade Federal do Rio Grande do Norte). Tod@s possuem ampla experiência nos estudos da área.

Uma avaliação dos estudos sobre a diversidade sexual e de gênero na América Latina hoje é o tema de outra mesa redonda, que deve realizar uma avaliação mais específica sobre os estudos gays, lésbicos, bi, trans, intersex e queer no Brasil e em demais países da América Latina, apontando quais as maiores contribuições desses estudos e quais serão as perspectivas futuras desses trabalhos. Será composta por Mauro Cabral (pesquisador e ativista intersex da Argentina) e Antônio Marquet (pesquisador e professor no México) e Guilherme Almeida (pesquisador transexual da Universidade do Estado do Rio de Janeiro).

Já na mesa redonda Estudos e políticas para a diversidade sexual e de gênero: colaborações e tensões objetivamos discutir as relações entre os estudos da diversidade sexual e de gênero, os movimentos sociais e as políticas identitárias e pós-identitárias. Participantes confirmados são: Ana Cristina Santos (pesquisadora, ativista e professora da Universidade de Coimbra – Portugal), Elisabeth Vasquez (advogada e uma das fundadoras do Movimento Trans do Equador), Rafael de la Dehasa (pesquisador e professor da Universidade de Nova York – Estados Unidos) e Luiz Mello (professor e pesquisador da Universidade Federal de Goiás).

Programa

1 de agosto de 2012

15h - Credenciamento

17h - Abertura oficial

18h às 20h – Mesa 1 – Apontamentos críticos sobre os estudos da
diversidade sexual e de gênero
Conferência de Jack Halberstam (Estados Unidos)

20h – Lançamento de livros, programação cultural e confraternização

2 de agosto de 2012

8h30 às 12h – Mesa 2 – Dos pioneiros aos dias atuais: a trajetória e
desafios dos estudos sobre a diversidade sexual e de gênero no Brasil

Participantes confirmados: Sérgio Carrara (Universidade do Estado do Rio
de Janeiro), Mário Lugarinho (Universidade de São Paulo), Tânia Swain
(Universidade de Brasília) e Berenice Bento (Universidade Federal do Rio
Grande do Norte).

14h às 16h - Apresentação de trabalhos

16h - Intervalo

16h30 às 18h30 - Apresentação de trabalhos

18h30 às 19h – Apresentação cultural

19h às 21h30 - Mesa 3 – Uma avaliação dos estudos sobre a diversidade
sexual e de gênero na América Latina hoje

Participantes confirmados: Mauro Cabral (Argentina) e Antônio Marquet
(México) e Guilherme Almeida (Universidade do Estado do Rio de Janeiro).

22h – Programação cultural

3 de agosto de 2012

8h30 às 12h – Mesa 4 – Estudos e políticas para a diversidade sexual e de
gênero: colaborações e tensões

Participantes confirmados: Ana Cristina Santos (Universidade de Coimbra
– Portugal), Elizabeth Vásquez Blasco (Equador - PROYECTO TRANSGENERO -
Cuerpos Distintos Derechos Iguales), Rafael de
la Dehasa (Universidade da Cidade de Nova York - CUNY) e Luiz Mello
(Universidade Federal de Goiás).

14h às 16h - Apresentação de trabalhos

16h - Intervalo

16h30 às 18h30 - Apresentação de trabalhos

19h – Assembleia geral da Abeh e eleição de nova diretoria

21h – Programação cultural e confraternização de encerramento

 


Lieu
  • Salvador - BA (40000-000, Brasill) (Instituto de Humanidades, Artes e Ciências / UFBA)
Dates
  • mercredi 01 août 2012
  • jeudi 02 août 2012
  • vendredi 03 août 2012
Contact
  • ABEH
    courriel : abehsalvador (at) gmail [point] com
Url de référence
Source de l'information
  • Marta Maia
    courriel : martamaia72 (at) yahoo [point] fr

Pour citer cette annonce

« Memórias, rumos e perspectivas dos estudos sobre a diversidade sexual e de gênero », Colloque, Calenda, publié le lundi 05 mars 2012, http://calenda.revues.org/nouvelle23081.html

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

Les députés ont adopté à l'unanimité le projet de loi sur le harcèlement sexuel

Le Monde.fr avec AFP | 25.07.2012 à 06h59 • Mis à jour le 25.07.2012 à 07h17

 
Des victimes dénoncent l'abrogation de la loi sur le harcèlement sexuel en manifestant le 5 mai à Paris.

Deux mois et demi après l'abrogation du délit de harcèlement sexuel par le Conseil constitutionnel, et après l'adoption d'un nouveau texte au Sénat, l'Assemblée a adopté à l'unanimité et à main levée mercredi 25 juillet, au petit matin, le projet de loi du gouvernement dans une version légèrement modifiée.

Ce texte, présenté par le gouvernement en procédure accélérée, vient combler le vide juridique créé par l'abrogation du délit, le 4 mai, qui avait entraîné l'extinction immédiate des procédures judiciaires en cours.

 

 NOUVELLE DÉFINITION

Le projet de loi propose l'inscription dans le code pénal d'une nouvelle définition du harcèlement sexuel afin notamment de prendre en compte plus largement l'ensemble des situations. La loi devrait donc établir qu'"est assimilé au harcèlement sexuel le fait, même non répété, d'user de toute forme de pression grave, dans le but réel ou apparent d'obtenir un acte de nature sexuelle".

Cette rédaction, légèrement différente de celle du Sénat, devrait permettre de répondre aux craintes, exprimées par les associations féministes, de déqualification des agressions sexuelles en harcèlement sexuel.

 

 PEINES DE PRISON

Les peines sanctionnant le délit de harcèlement sexuel ont été aggravées et portées à deux ans de prison et à 30 000 euros d'amende. Il est bien sûr retenu la création de circonstances aggravantes si les faits par exemple sont commis sur une personne en situation de particulière vulnérabilité. Dans ces cas, les peines seront alors portées à trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende.

Les députés ont également voté un amendement du gouvernement alignant le délit de harcèlement moral dans le travail sur celui de harcèlement sexuel.

 

TEXTE "NÉCESSAIRE ET UTILE"

A la fin de la séance, la ministre des droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, a salué des "débats d'une qualité incomparable". Serge Coronado (EELV) s'est félicité de "l'esprit de responsabilité de tous" et Marc Dollez (GDR) a qualifié le texte de "nécessaire et utile". Pour l'UMP, Guy Geoffroy a indiqué que son groupe votait "sans aucune réserve", mais il a regretté qu'aucun de ses amendements, "tous de bonne volonté, n'ait trouvé grâce aux yeux de la majorité".

Pendant les débats, le groupe centriste UDI, favorable au texte, a guerroyé contre l'"incohérence des peines", faisant valoir qu'"avec deux ans de prison et 30 000 euros d'amende, le harcèlement sexuel est moins pénalisé que le vol (trois ans et 45 000 euros)". Le gouvernement a rétorqué qu'un débat sur un rééchelonnement des peines n'avait pas lieu d'être au détour de la discussion d'un texte de loi.

 

Le texte adopté par les députés étant différent de celui adopté par les sénateurs, il y aura une commission mixte paritaire Assemblée-Sénat en fin de semaine avant une adoption définitive du texte par chacune des deux assemblées, le 31 juillet.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog