Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog du corps

Actualité de la recherche sur le corps en SHS (ISSN : 2269-8337)

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

http://www.atelierbalthazar.com/files/gimgs/32_hugnet5.png

 

"Georges Hugnet (1906 - 1974) est le premier historien du mouvement Dada. Ses études, parues dès 1924 dans des revues telles que Cahiers d`Art et Minotaure, ont retenu l'attention d'André Breton, il intègre le groupe surréaliste en 1932.

Il aura réalisé, auparavant, en 1929, un court métrage, La Perle, dont l'inspiration et la filiation surréalistes, malgré leur valeur poétique, ne sont pas unanimement admises[1]. Il est exclu du mouvement en 1939.

Passée cette expérience collective, Georges Hugnet continue sa recherche de l'absolu poétique et de la beauté graphique par les décalcomanies automatiques à l'encre noire, technique mise au point avec son ami Oscar Dominguez, les photo-montages et collages photographiques, les découpages de journaux et l'assemblage de matériaux divers : objets trouvés, bois flottés, cailloux, algues marines, papiers déchirés, etc. Les œuvres qui en résultent deviennent autant de bestiaires, autant d'herbiers, autant d'univers oniriques considérés comme autant d`expérimentations poétiques graphiques.

 

http://www.lagruyere.ch/uploads/RTEmagicC_surrealisme01.jpg.jpg

Georges Hugnet fut aussi épisodiquement relieur et conçut quelques reliures uniques, qu'il intitule « Livre-Objet » et qui sont devenus des raretés bibliographiques. L'œuvre picturale de Georges Hugnet, largement présente dans les plus grands musées du monde et collections ou fondations privées, est néanmoins seconde par rapport à son œuvre poétique intrinsèque.

L'occupation allemande interrompra ses activités d`éditeur, Les Éditions de la Montagne, pour cause de rationnement du papier ; de même sera interrompue la revue littéraire qu`il dirigeait, L'Usage de la Parole. Georges Hugnet arrête toutes activités artistiques de premier plan pour lutter contre l'occupant et le régime de Vichy. Il devient ainsi un poète « casqué » , selon l'expression chère à Pierre Seghers. Durant cette période, Georges Hugnet, membre du groupe La Main à plume, participe à l'élaboration de nombreux tracts contre les occupants et fabriqua de faux laissez-passer dans son atelier de reliure pour permettre à ceux qui étaient recherchés par la Gestapo de passer en zone libre puis à l'étranger.

C'est aussi à cette époque, qu'il co-fonde une maison d'édition clandestine, dont le premier ouvrage publié est Le Silence de la mer de Vercors. Cette maison devint à la libération les Éditions de Minuit.

 

la Septième face du dé

A travers la diversité de son œuvre, le collage constitue une passion ancienne et durable, qui le place comme l’un des meneurs de l’innovation collagiste. De ce point de vue, sa plus grande réalisation est un recueil de 20 poèmes-découpages publiés en 1936 par Jeanne Bucher : la Septième face du dé. Ce livre compte parmi les publications les plus étonnantes de cette période. Mais il faut également mentionner Huit jours à Trébaumec et 1961, deux autres ouvrages où les collages de Georges Hugnet trouvent une place de choix.

 

 

Chronologie

1906. 11 juillet : Naissance a Paris. Issue d`une famille de la bonne bourgeoise du Faubourg Saint-Antoine, il passe sa petite enfance en Argentine où son père a ouvert une succursale de la Maison Hugnet, une des plus importantes maisons d`ébénisterie, de décoration et d`aménagement du Faubourg Saint-Antoine.
1913. De retour à Paris, il poursuit ses études secondaires à Saint-Louis-de-Gonzague puis à Janson-de-Sailly.
1920. Fait la connaissance de Marcel Jouhandeau qui habite le même immeuble, boulevard de Grenelle à Paris. Par son intermédiaire, il est présenté à Max Jacob à qui il montre ses premiers poèmes et fait ainsi la connaissance de Robert Desnos, Joan Miró, Marcel Duchamp, Pablo Picasso, Tristan Tzara, Man Ray, Jean Cocteau.
1926. Arrive à se faire reformer pour ne pas faire son service militaire. Cette même année, il fait la connaissance de deux Américains, Virgil Thomson et Gertrude Stein, avec lesquels il se lie d`une grande et longue amitié. Publie son premier livre qui est un recueil de jeunesse 40 poésies de Stanislas Boutemer. Des concerts d`œuvres musicales poétiques verront aussi le jour à cette période avec le concours de Henri Cliquet-Pleyel et Virgil Thomson. Reçoit le prix de la Liberté pour sa nouvelle Le Journal d`Antoinette.
1929. 6 juin : Présentation au Studio des Ursulines de son film La Perle.
1930. Publie Le Droit de varech tandis que Robert Desnos fait paraitre Sources du Vent et Salvador Dali son film L`Âge d`Or"

 

http://www.artpointfrance.org/Diffusion/Hugnet.htm.

 

 

http://www.ombres-blanches.fr/Visuels/920/9782351190920_1_75.jpg

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

 

 

http://2.bp.blogspot.com/_kncZ_3iwRNE/S8OhhGL8UxI/AAAAAAAACL8/OXErw5UjJaE/s1600/age+empathie+frans+waal.jpg

Plan du Site du Centre Culturel International de Cerisy-La-Salle : cliquez ici

" Page mise à jour le 14 février 2011
"


 

DU SAMEDI 18 JUIN (19 H) AU SAMEDI 25 JUIN (14 H) 2011

 


 

L'EMPATHIE

 


DIRECTION : Antoine BESSE, Michel BOTBOL, Nicole GARRET-GLOANEC

Avec la collaboration de Nicolas GEORGIEFF et Bernard PACHOUD

http://www.ethicsofempathy.com/resources/_wsb_250x316_decety.jpg


ARGUMENT :

Créée pour rendre compte de l’accès à l’esthétique ou à l’ineffable, la notion d’empathie suscite un intérêt renouvelé du fait des questions qu’elle pose au carrefour de la philosophie, des neurosciences, de la psychologie cognitive et de la psychanalyse.

Définie comme la capacité de se mettre à la place de l’autre, elle est devenue l’un des paradigmes du débat sur la place de l’esprit dans son rapport au corps, à l’interface de la philosophie et des neurosciences.

Au-delà de ces dimensions importantes, ce que l’empathie incarne, c’est l’ambiguïté même de la notion d’esprit. S’agit-il de l’esprit de la psychologie cognitive (celui qui intervient dans la reconnaissance de la différence et du commun entre soi et l’autre ; ce qu’on nomme la théorie de l’esprit pour désigner le mouvement cognitif qui nous permet d’attribuer des états mentaux à autrui) ou s’agit-il plutôt de celui de la psychanalyse (celui qui se caractérise surtout par la place qu’il donne à l’affect et aux fantasmes dans la construction de soi et de l’autre, et dans les relations entre eux).

L’empathie est ainsi impliquée dans les activités les plus élémentaires de l’humain, qui sont également celles qui le spécifient le plus radicalement dans ses composantes réflexives et relationnelles, ainsi que dans la satisfaction de son besoin narratif pour donner sens et faire histoire. Elle l’est aussi dans ce que l’homme produit de plus élaboré: la création "d’instruments" de transmission de l’émotion ou du sens, la mise en mot de l’émotion esthétique, l’art comme expérience unique et/ou comme manifestation de la communauté d’une culture ou d’une civilisation. L’empathie est également essentielle dans toutes les activités qui visent à la reconnaissance et au soulagement de la souffrance de l’autre, tant dans l’empathie miroir (celle qui vise essentiellement à reconnaitre chez l’autre une souffrance psychique qu’il ressent ou qu’il a parfois du mal à appréhender lui-même), que dans l’empathie "interprétative ou métaphorique" (celle qui vise surtout à donner sens narratif à ce que l’autre dit ou montre éventuellement à son insu, en tout ou parties).

C’est aussi l’empathie qui est en cause dans l’intime conviction du juge, l’empathie sociale qui fait communauté, celle qui permet la transmission des valeurs au sein d’un groupe ou d’une société, les formes que celles-ci donnent au "nous" ; enfin c’est elle aussi qui est mise en jeu dans ce qui vise à influencer les individus ou les collectifs qu’ils constituent, du marché au politique en passant par la séduction amoureuse.

Dans toutes ces emplois, l’empathie pose en tout cas une question commune: qu’est ce qui au juste se transmet entre le sujet empathique et celui avec lequel il emphatise? Et comment?

La découverte récente des neurones miroirs (1994), et les nombreux travaux qui se sont succédés ensuite, ont ouvert une nouvelle voie dans la recherche d’une explication au "fossé de la transmission" entre l’un et l’autre.

Créée pour rendre compte du plus ineffable, l’empathie offrirait-elle une nouvelle voie royale pour comprendre la complexité de l’humain à partir de l’exploitation cognitive et psychique de "ce qu’il y a là": la mécanique cérébrale et la neurophysiologie neuronale.

COMMUNICATIONS :

L’empathie entre neurosciences et philosophie
* Jacques COSNIER: Empathie et communication langagière
* Shaun GALLAGHER: Empathie, cognition sociale et phénoménologie
* Jacques HOCHMANN: Histoire de l'empathie
* Bernard PACHOUD: Phénoménologie de l'empathie

L’empathie entre psychanalyse et psychologie cognitive
* Nicolas GEORGIEFF: Empathie et construction de soi
* René ROUSSILLON: Empathie, partage d'affect et homosexualité

* Séminaire SIP (Société de l’Information Psychiatrique)
* Séminaire AFPEP (Association Française des Psychiatres d'Exercice Privé)

Les voies de l’empathie: du neurone à la reconnaissance des émotions
* Nicolas DANZIGER: La perception de la douleur d'autrui: entre reconnaissance et déni
* Jean DECETY: The Neuroevolution of Empathy
* Jacques KRAEMER: L'identification dans le processus de création théâtrale
* Périne RUBY: L'empathie est-elle une aptitude si sociale? Apport de la neuroimagerie

L’empathie esthétique
* Thierry DELCOURT: Les portraits d'Ingres
* Jean-Louis PRADEL: Art et Empathie

Aux confins de l’empathie
* Alexis CUKIER: La nature ambivalente de l'empathie
* Serge TISSERON: L'empathie au coeur du jeu social
* Colvin TREVARTHEN: La reconnaissance précoce

* Séminaire Whaim Francophone: Empathie précoce (SIP)

Empathie, phénoménologie et reconnaissance sociale
* Alain CAILLÉ:
Empathie et échanges sociaux
* Stefan COLLIGNON: Economie et empathie
* Nathalie DEPRAZ: Phénoménologie et reconnaissance
* Jean-Jacques LABOUTIÈRE: Psychopathologie de la reconnaissance sociale

Les bases langagières de l'empathie
* Laurent DANON BOILEAU:
L’empathie chez l'enfant autiste, considérations cliniques et incidences théoriques

RÉSUMÉS :

Jacques COSNIER: Empathie et communication langagière
L'empathie suppose une relation avec autrui, et ses rapports avec les processus de communication sont inévitables, voire constitutifs. L’empathie ordinaire est nécessaire dans les situations de transactions quotidiennes où deux ou plusieurs personnes communiquent soit pour réaliser une activité de loisir ou de travail, soit pour amorcer ou entretenir une relation interpersonnelle. L’interaction conversationnelle est devenue un modèle de base pour toutes les situations d'interaction sociale qui peuvent en être considérées comme des dérivées: entretiens divers, consultations, interviews, enquêtes, relations de service. Ce type de situations nous servira d’exemple. Nous remarquerons que l’accord empathique conversationnel est basé sur deux postulats complémentaires: le postulat de causalité et le postulat empathique. Le rôle analyseur du corps sera particulièrement détaillé.

Publications
Motor mimicry demonstrating empathy: sharing versus exchange mode of communicating, en collab. Brunel, M.-L., Martiny, C., in Frijda N. (ed) ISRE'96, Toronto, 324-327, 1996.
Empathie et autisme: de l’analyseur corporel à la clinique de l’empathie,en coll. avec Berge, C., Cahiers d’acquisition et de pathologie du langage (CALaP), 100-119, 23, 2003.
Les deux voies de communication des émotions, in Colletta, J.-M. & Tcherkassof, A. (eds.), Perspectives actuelles sur les émotions. Cognition, langage et développement, Hayen, Mardaga, 2003.
Empathie et communication, La communication, état des savoirs, Editions Sciences Humaines, 139-143, 2005.
Les gestes de la transmission d’itinéraires entre piétons, in Parcours dans la ville.
 Descriptions de l’itinéraire piéton. 
Dir. J.-M. Barberis - M.-C. Manes Gallo, L’Harmattan, 230-239, 2007.
Le retour de Psyché, Paris, Desclée de Brouwer, 1998.
Le corps et l'interaction, in Chabrol, C. & Orly-Louis, I., (eds), Interactions communicatives, Presses Sorbonne Nouvelle, 91-95, 2007.
Inférences par résonances, Rééducation Orthophonique, 234, 123-129, 2008.

Alexis CUKIER: La nature ambivalente de l'empathie
A partir d'une discussion critique des thèses de Frans de Waal sur la portée morale des origines évolutionnistes de l'empathie — ainsi que des découvertes scientifiques récentes (résonance motrice, régulation affective, hypothèse de co-émergence) et des modèles classiques (projection, interprétation, imitation) et plus contemporains (changement de point de vue, reconnaissance, simulation) sur lesquels il s'appuie — je propose d'interroger à nouveaux frais la nature ambivalente de l'empathie, les multiples paradoxes à l'œuvre dans ses théories et ses usages:
- paradoxe théorique: l'empathie est à la fois affective et cognitive, résonante et interprétative;
- paradoxe social: l'empathie est automatique, identificatrice, égalitaire et, en même temps, sélective, désidentificatrice, inégalement distribuée;
- paradoxe moral: l'empathie est à l'œuvre dans l'aide ciblée et la sympathie comme dans la vengeance et la cruauté;
- paradoxe politique: l'empathie peut être au service de la coopération, de la délibération et de la démocratie tout comme au service de la compétition, de l'idéologie et de la manipulation.
Pour rendre compte de ces critiques et de ces ambivalences, je proposerai un nouveau modèle, l'interaction somatique, ainsi qu'une analyse de la fonction (évolutionniste, psychique et sociale) fondamentale de l'empathie comme levier du contrôle social des affects. C'est par l'expérience — dans l'interaction gestuelle, émotionnelle et langagière — du contrôle ou de la dépossession (internes ou externes) de mon empathie et de l'empathie d'autrui que j'apprends à participer à la trame affective de l'action sociale, à la distribuer, à la diriger ou à m'y soumettre. Je proposerai finalement de considérer ces analyses dans la perspective de l'actuelle "somatisation" des sciences sociales, c'est-à-dire l'inscription de son discours à même les corps et les émotions, et du problème théorique — décisif pour l'anthropologie, la clinique et la philosophie sociale et politique — qu'elle ouvre: que peut changer à notre compréhension de la nature (ambivalente) de l'homme le fait que nous soyons des corps, des animaux, naturellement sociaux?

Allocataire-moniteur en philosophie, Université Paris-Ouest, thèse en cours "Nouvelles perspectives sur l'empathie. Pour une philosophie sociale des corps", sous la direction de Catherine Malabou. Membre du laboratoire Sophiapol (Sociologie, Philosophie, Anthropologie Politiques) et du laboratoire junior "Actualité des concepts d'aliénation et d'émancipation" (ENS-Lyon).
Parutions: "L'être humain: un animal empathique? Pour une resomatologisation des sciences humaines", in Revue Corridor, Amiens, 2010;
"Politiques de l'empathie. A partir de Frans de Waal, L'âge de l'empathie, Leçons de nature pour une société solidaire", Revue Raisons publiques, n°14, 2011;
"De la simulation à la coopération : pour un nouveau modèle de l'empathie", Actes du colloque "Empathie et autisme, des neurosciences aux sciences sociales", 2011;
Patricia Attigui et Alexis Cukier (sous la direction de), Les Paradoxes de l'empathie, CNRS Éditions, coll. "Alpha", avril 2011.

Jean DECETY: The Neuroevolution of Empathy
There is strong evidence that empathy has deep evolutionary, biochemical, and neurological underpinnings. Even the most advanced forms of empathy in humans are built on more basic forms and remain connected to core mechanisms associated with affective communication, social attachment, parental care, and motivation to help. The field of social neuroscience has begun to examine the neurobiological mechanisms that instantiate empathy, especially in response to signals of distress and pain, and how certain dispositional and contextual moderators modulate its experience. Functional neuroimaging studies document a circuit — including the insula, dorsal anterior cingulate cortex, anterior midcingulate cortex, supplementary motor area, amygdala, and periaqueductal gray — that respond to the perception of others’ distress. Activation of this circuit reflects an aversive response in the observer, and this information may act as a trigger to inhibit aggression or prompt motivation to help. Moreover, empathy in humans is assisted by other abstract and domain-general high-level cognitive abilities such as executive functions, theory of mind and language, which expand for the range of behaviors that can be driven by empathy.

Jacques KRAEMER: L'identification dans le processus de création théâtrale
M'appuyant sur les exemples de ma dernière création (1669 Tartuffe, Louis XIV et Raphaël Lévy), et de celle en gestation (Trois Nuits chez Meyerhold), je dirais comment l'identification à un personnage (historique ou de fiction) suscite le désir créatif, est le déclic et accompagne, selon des modalités diverses, le long chemin de l'écriture, de la mise en scène et, enfin, du jeu de l'acteur, donc tout le parcours théâtral, de la naissance du projet à la réalisation scénique présentée au public.

Formé à la rue Blanche et au Conservatoire National à Paris, fondateur en 1963 du Théâtre Populaire de Lorraine, Jacques Kraemer est un des pionniers de la Décentralisation Théâtrale. Acteur, metteur en scène, il a réalisé une centaine de spectacles d'auteurs classiques ou contemporains.
Il est l'auteur d'une vingtaine de pièces de Théâtre: Minette la bonne Lorraine (Seuil), Oncle Jakob, Le Juif Süß, Thomas B. (L'Avant-Scène), Le Golem, Le Home Yid (Editions des 4 Vents), etc...

BIBLIOGRAPHIE :

Allilaire J.-F., Widlocher D., Empathie, communication intersubjective et clinique psychiatrique, Ann. méd. psychol. 1999 ; 157(9) : 599-611.
Beres D, Caliandro S, Kirshner L.A., et al. L’empathie [dossier], Rev. fr. psychanal. 2004 ; 68(3) : 757-992.
Berthoz Alain, Jorland Gérard, L’Empathie, Paris, Odile Jacob, 2004.
Bolognini Stefano, L’empathie psychanalytique, ERES, 2006.
Boulanger C, Lancon C., L’empathie: réflexions sur un concept, Ann. méd. psychol. 2006 ; 164(6) : 497-505.
Caillé Alain, L’amour des autres, La revue du Mauss, La Decouverte, 2007.
Collignon Stefan, Pour la République européenne, Odile Jacob, 2008.
Davoine Françoise, La Folie Wittgenstein, Paris, 1992, "Histoire et trauma", Stock.
Decety Jean, Naturaliser l’empathie, Revue l’Encéphale, 28, 9-20, 2002.
Decety J., Ickes W., The Social neuroscience of empathie, 2009.
Georgieff Nicolas, L’empathie, Revue française de Psychiatrie de l’enfant.
Hochmann Jacques, Histoire de l'autisme, Odile Jacob, janvier 2009, 528 pages.
Lebovici S., "L’Empathie", in Lebovici (ed), L’Arbre de vie. Eléments de psychopathologie du bébé, Eres, 2008.
Pradel J.-L., L’Art contemporain, Larousse.
Revue Française de Psychanalyse, « L’empathie », Tome LXVIII, juillet 2004.
Rizzolatti G., Sinigaglia C., Les neurones miroirs, Paris, Odile Jacob, 2008 ; Cambridge : MIT Press.
Rochat Philippe, Le Monde des bébés, Odile Jacob, février 2006.
Rochat, Philippe, Others in Mind – Social Origins of Self-Consciousness, 234 pp. New York, N.Y.: Cambridge University Press. 2009.
René Roussillon, Jean-Paul Matot, La psychanalyse : une remise en jeu, PUF, 2010.
Tisseron S., L’empathie, Albin Michel, 29 setembre 2010.
Trevarthen, C. (1979), "Communication and cooperation in early infancy : A description of primary intersubjectivity",  in M. M. Bullowa (Ed.), Before speech : The beginning of interpersonal communication (pp. 321-347). New York : Cambridge University Press.
Trevarthen, C. 1993, "The self born in intersubjectivity : An infant communicating", in U. Neisser (ed.), The Perceived Self : Ecological and Interpersonal Sources of Self-Knowledge, New York, Cambridge University Press, p. 121-173.
De Waal Franz, L’age de l’empathie, leçons de la nature pour une société solidaire, Les Liens qui libèrent, 2010.

 

Avec le soutien
de la Société de l’Information Psychiatrique (SIP),
de l’Association Française des Psychiatres d'Exercice Privé (AFPEP)
et du Centre de Recherche Psychanalyse, Médecine et Société (CRPMS) de l 'Université Paris VII

 


 

Pour vous inscrire à ce colloque : cliquez ici


Pour nous contacter : cliquez ici

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

http://www.gralon.net/articles/vignettes/thumb-corps-a-corps---une-exposition-a-dunkerque-4682.gif

EXPOSITION « CORPS A CORPS »

MBA - Musée des Beaux-Arts, Dunkerque
Jusqu’en Octobre 2011

 

http://lh6.ggpht.com/_tQOs2ZKjt7s/TKmVmb-jOCI/AAAAAAAADQM/Ls97Ivo7DoA/affiche_exposition_mba2.jpg

 

Depuis quelques années, le musée des Beaux-Arts propose, à partir de ses collections, des accrochages inédits d’une durée de quinze à dix-huit mois, qui croisent art ancien et art contemporain, beaux-arts, ethnologie, histoire et sciences naturelles, art occidental et art extra-européen.

 

Avant Corps à Corps, trois expositions se sont succédées : Éloge de la couleur (juillet 2006 - septembre 2007), qui a interrogé la couleur, sa place dans la Nature, son rapport à la représentation du monde, son rôle dans la construction de l’œuvre, sa relation à la lumière et l’attrait contrasté pour le monochrome ou la profusion de la palette ; D’Après Nature (septembre 2007 - octobre 2008), qui a proposé quatre approches : la sublimation de la Nature, la nature comme paradis terrestre, la nature « surnaturelle » et la nature immortalisée ; et Par-delà la matière (novembre 2008 - avril 2010), qui a questionné l’origine même de l’art, son rapport au sacré, les modes d’expression de cette spiritualité, la tentation de l’ascèse ou de la jouissance, la relation entre matière et esprit.

Quatrième invitation à explorer la diversité des collections des musées de Dunkerque, Corps à corps met en exergue le corps, objet de tous les fantasmes et désirs, sujet de fascination des artistes depuis des temps immémoriaux.

D’aucuns diront que le sujet a été maintes fois rebattu. Pourtant, les démarches d’artistes de notre temps tendent à prouver que cette fascination est toujours d’actualité puisqu’au cœur de leurs recherches artistiques. À croire que le sujet est inépuisable. Car depuis les représentations des plus classiques, proches d’un réalisme extrêmement codifié, les représentations du corps ont donné lieu à diverses partitions artistiques, à leurs débuts scandaleuses, qui continuent aujourd’hui d’alimenter le débat.

Le corps est l’une des données constitutives de l’existence humaine : c’est dans et avec son corps que chacun de nous naît, vit et meurt. C’est dans et par son corps qu’on s’inscrit dans le monde et que l’on rencontre autrui. À la fois objet matériel qui s’inscrit dans le devenir et le paraître et objet que nous sommes (signe de notre humanité et de notre subjectivité) le corps trouve tout son intérêt lorsqu’on cherche à comprendre ce qu’est l’homme. C’est ce qui intéressait le musée et c’est ce que l’exposition Corps à Corps cherche à montrer : comment le corps, objet de multiples représentations et aussi d’obsessions dans notre civilisation contemporaine, objet aussi d’enjeux extrêmement divers, de l’initiation rituelle à la séduction ou même à la domination, incarne-t-il la personne humaine au sein du monde dans lequel elle vit ?

 

Le Musée des Beaux Arts vous propose une nouvelle exploration de ses collections. À l’honneur cette année : le corps !  Cinq moments forts rythment le parcours : corps et parure ; corps et séduction ; corps et énergie ; corps en fragments ; apparition/disparition des corps. Un voyage dans le temps et l’espace, au travers de peintures, de sculptures, d’objets d’ici et d’ailleurs, de photographies et d’installations contemporaines.

Cet accrochage questionnera la représentation du corps humain à partir des œuvres de la collection de peintures, sculptures, dessins et objets du musée des Beaux-arts ainsi que celle du LAAC de Dunkerque . Il sera enrichi de quelques prêts à d'autres institutions. L’exposition offre un parcours en cinq étapes dont le but est de montrer à travers le temps et l'espace comment les artistes ont appréhendé le corps : Corps, parure et apparence, corps et séduction, corps et énergie, corps morcelé, apparition et disparition du corps

Liste des artistes contemporains présentés dans cette exposition: Tony Oursler, Erwin Wurm, Peter Klasen, Corneille, Jean Messagier, Hugh Weiss, Gianni Bertini, Angèle Etoundi Essamba, Arthur Van Hecke, Wallace Ting, Pierre Mercier, Marina Abramovic, Philippe Favier, Henri Cueco, Christine Deknuydt, Günter Brus, Jan Vercruysse, Elina Brotherus, Pierre-Yves Bohm, Eugène Leroy, Manit Sriwanichpoom, William Eggleston, Bertrand Gadenne, Nicole Tran Ba Vang.

 

INFO AUSSI SUR : http://wanafoto.blogspot.com/2010/10/expo-corps-dunkerque-musee-beaux-arts.html

Plus d'info au Musée des Beaux Arts : 03 28 59 21 65

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

http://www.decitre.fr/gi/58/9782100550258FS.gif

Clinique de l'image du corps

De la pratique aux concepts

Collection: Psychothérapies, Dunod
2011 - 240 pages - 155x240 mm
EAN13 : 9782100550258 - Prix TTC France 24 €

 

L'image du corps est la représentation psychique du corps. Née de la psychanalyse, cette notion est aujourd'hui au centre de la problématique psychomotrice et plus généralement psychothérapeutique. L'image du corps se met en place dès les débuts de la vie, en parallèle au développement somatique. Cette image se trouve figée dans le cadre de certaines maladies psychiatriques. L'auteur élabore une conceptualisation de l'image du corps à partir des théories psychanalytiques et des données de la neurophysiologie sensorielle. Cet ouvrage est le premier à faire la synthèse des connaissances actuelles sur l'image du corps et ses applications pratiques en psychopathologie.

Sommaire Le concept d'image du corps. Définitions. Références théoriques. Différents points de vue. Les sous-composantes de l'image composite du corps. La continuité d'existence. L'identité. Identité sexuée. La peau dans l'image du corps. L'intérieur du corps. Le tonus. La sensibilité somato-viscérale. Les compétences communicationnelles du corps. Les angoisses corporelles archaïques. Vers une compréhension psychomotrice du morcellement. Evaluation et outils thérapeutiques.  Vers un bilan psychomoteur de l'image du corps. Prise de conscience du corps et des affects. Pour aller plus loin.

Biographie des auteurs
Eric W. Pireyre - Psychomotricien. Il travaille en pédopsychiatrie et enseigne la psychomotricité à l'ISRP (Paris). Il a exercé également en service de néonatologie.

Publics

Tous les professionnels du soin psy (psychomotriciens, psychologues cliniciens,  psychiatres) et les professions paramédicales (infirmiers,  orthophonistes...)

Mots-clés

Psychomotricité, Psychopathologie

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/3/2/3/9782130558323.jpg
CORPS ET SCIENCES SOCIALES
présentation critique d'ouvrages
en présence de leurs auteurs


Vendredi 4 mars
2011, de 10h à 13h
à la FMSH - 105 bd Raspail 75006 Paris
salle 214 - Entrée libre et gratuite

Au programme
"Femmes soignantes, femmes soignées"

Béatrice Jacques
Sociologie de l’accouchement,
Paris, PUF, 2007

Yvonne Knibiehler, Odile Hess
 
Histoire des infirmières en France au XXe siècle, Paris,
Hachette, coll.Pluriel, réed., 2008


Lectrices
Clara Xemard-Bernard et Laurence Brunet

Ce séminaire vise à rendre raison de la floraison saisissante depuis le milieu des années 90 en histoire, sociologie, anthropologie, science politique, d’ouvrages consacrés aux questions du corps, de la santé, de l’administration du vivant. Elle incite à inventorier, par delà singularités apparentes et spécificités disciplinaires, les pensés et impensés communs à cette humeur du temps si soucieuse du destin du corps et du biologique. Ce séminaire  se tient sous l’égide conjointe de la MSH Paris Nord et du PRI « Médecine, santé et sciences sociales » de la Fondation MSH-Paris et est intégré dans deux masters de l’EHESS.


Organisatrices scientifiques
Florence Bellivier
professeure de droit, université PARIS X



Dominique Memmi
directrice de recherche en science politique et sociologie, CNRS





>> télécharger le programme complet du séminaire (pdf)

 

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

http://www.kiraoreilly.com/blog/wp-content/uploads/2010/06/orlan-book.jpg

 

ORLAN: A Hybrid Body of Artworks is an in-depth academic account of ORLAN's pioneering art in its entirety. The book covers her career in performance and a range of other art forms. This single accessible overview of ORLAN's practices describes and analyses her various innovative uses of the body as artistic material.

Edited by Simon Donger with Simon Shepherd and ORLAN herself, the collection highlights her artistic impact from the perspectives of both performance and visual cultures.

The book features:

  • vintage texts by ORLAN and on ORLAN's work, including manifestos, key writings and critical studies
  • ten new contributions, responses and interviews by leading international specialists on performance and visual arts
  • over fifty images demonstrating ORLAN's art, with thirty full colour pictures
  • a new essay by ORLAN, written specially for this volume
  • a new bibliography of writing on ORLAN
  • an indexed listing of ORLAN's artworks and key themes.

Table of Contents

Preface 1: Restless Corporealities - Simon Donger

Preface 2: The Matter of ORLAN - Simon Shepherd

The Triumph of the Folds - Christine Buci-Glucksmann

1 SEMINAL ARCHIVES

2 OPEN BODIES

3 HYBRID BODIES

4 CURRENT DIALOGUES

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

http://www.decitre.fr/gi/78/9782915842678FS.gif

 

"Unica Zürn est surtout connue pour avoir été la compagne de l'artiste Hans Bellmer.
C'est un peu court. Peintre, écrivain, poétesse suicidée à 54 ans, elle laisse une oeuvre aussi géniale que singulière, marquée par la folie et une sexualité tourmentée. Aux sources des troubles dont son existence a été sans répit la proie, une mère incestueuse et tyrannique, un frère également incestueux, un père absent et une adolescence passée dans l'Allemagne des années 1930, son pays natal, tombée sous l'influence de l'idéologie nazie.

http://3.bp.blogspot.com/_HjDT3wDzNFA/TAvG6QAwA9I/AAAAAAAAAIw/xhsb6Ko-5xk/s1600/unica-zurn-1955_1170802414%5B1%5D.jpg

Dans cette première biographie en français, Anouchka D'Anna s'emploie à cerner son sujet en explorant les pistes biographiques d'abord, psychanalytiques et stylistiques ensuite. Ce qu'elle met au jour : un génie !"

 

http://storage.canalblog.com/92/41/186162/47567196.jpg

 

http://www.images-chapitre.com/ima1/original/345/1310345_3224119.jpg

http://www.decitre.fr/gi/35/9782070756735FS.gif

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

SOMA-ESTHETIQUE ET ARCHITECTURE

01Soma-esthétique et architecture
une alternative critique
Richard Shusterman
Ed HEAD, n'est-ce pas ? T.10


Notre approche de l'architecture est dominée par le primat de la perception visuelle. Or, notre expérience de l'architecture se constitue à partir d'un point central irréductible à l'œil. Ce point n'est autre que le corps, considéré dans toutes ses facultés perceptives et réflexives.


A travers une philosophie pragmatique toujours située et incarnée, Richard Shusterman propose de repenser la théorie et la pratique architecturale à partir de sa conception du soma comme corps vivant et sentant. La soma-esthétique implique en effet d'améliorer notre aptitude à discriminer les éléments de toute création architecturale, notamment dans ses dimensions kinesthésiques et proprioceptives.


Différentes questions s'éclairent alors, comme celle posée par la notion d'- atmosphère - en architecture. Dépassant l'opposition historique entre autonomie formelle moderniste et posture acritique postmoderne, de telles formes esthétiques et sociopolitiques vécues et réfléchies à la lumière de l'expérience somatique invitent à ouvrir un nouveau chantier critique.

  


PUBLICATION SUITE A LA CONFÉRENCE DONNEE A LA HAUTE ECOLE d'ART ET DE DESIGN DE GENÈVE LE 7 MAI 2010

closeshot



Après des études de philosophie à l’université hébraïque de Jérusalem, puis à Oxford, Richard Shusterman a enseigné quatre ans à Jérusalem la philosophie et la littérature à l’université hébraïque et à l’université Ben Gourion du Néguev, et l’esthétique à l’Académie des beaux-arts Bezalel. Il enseigne actuellement la philosophie à Florida Atlantic University et a suivi une formation de practicien de la méthode Feldenkrais.


Il développe depuis de nombreuses années des travaux dans le domaine de ce qu’il a baptisé la soma-esthétique, discipline qui consiste à porter une attention particulière au corps dans ce qui serait la pratique d’une vie philosophique.


Outre Sous l’interprétation (1994) publié aux éditions de l’éclat, Shusterman a publié L’Art à l’état vif (Minuit, 1992) et Vivre la philosophie (Klincksieck, 2001), Conscience du corps. Pour une soma-esthétique (Ed. de l’Eclat, 2007)

 

http://leblogducorps.over-blog.com/ext/http://leblogdelaville.canalblog.com/

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

http://produit.2xmoinscher.com/aspect/p/livres/XL/t/9782702209479TN.jpg

Cet ouvrage est consacré à Bernard Noël qui fête son 80 ème anniversaire.

Poète, romancier, dramaturge, essayiste, auteur de monographies d'artistes contemporains visiteur d'ateliers d'artistes (roman d'un regard), Bernard Noël est aussi penseur engagé contre ce qu'il appelle la sensure
(c'est-à-dire la privation de sens, la castration mentale).

Il dénonce la société libérale qui nous aliène dans le consensus mou de la réification marchande et dans la servitude volontaire.
Il persiste à être poète-poète de la révolution qui veut redonner sens au sens outragé et aux mots restaurés.

Politique du corps de Bernard Noël répond aux treize questions qui ne demandent pas de réponse de Jacques Sojcher. Deux inédits et des dessins, un pas de deux avec le peintre François Rouan, une lettre à Serge Fauchereau, des textes de Mathieu Benézet , Jean Daive, Eddy Devolder, Michel Surya, un entretien avec Jacques Sojcher avec Paul Otchakovsky-Laurens, un livre d'amitié en somme.
 



nouveauté
EAN: 9.782.7022.0947
2010 | 144 pages | broché, couverture souple avec rabats | 19.00 €

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

 

http://www.lcdpu.fr/Resources/titles/27000100095670/Images/27000100095670L.gif

 

APPEL A COMMUNICATION COLLOQUE INTERNATIONAL

Béthune : 1 & 2 décembre 2011

Corps, prothèses et hybridation  

 

 

Dans le cadre des manifestations de « Béthune capitale régionale Nord-Pas-de-Calais de la culture 2011 », je me permets de vous adresser une invitation au colloque international organisé par l’Université d’Artois (62) et intitulé Corps, Prothèses et hybridation.

Dans son essai intitulé de l’Art du théâtre, le réformateur anglais Edward Gordon Craig, très critique à l’égard du théâtre de son temps et notamment du jeu naturaliste, « authentique » porté par un « ton naturel », un « geste naturel » caractéristiques de l’acteur de la fin du XIXème siècle qui faisait florès sur la scène, proposera d’instaurer sur la scène un « personnage inanimé » qu’il nommera la « Sur-Marionnette ». Cette proposition, certes radicale, et qui ne fut jamais mise en œuvre par l’artiste semble depuis trouver un écho dans les démarches artistiques du XXème siècle.

Le désir de l’artiste d’en finir avec les « faiblesses et les frissons de la chair » pourrait ainsi être mis au regard de nouvelles expériences artistiques contemporaines et corporelles ayant permis de repenser le corps, de retrouver une nouvelle corporéité humaine, morcelée et issue d’un appareillage  fait de prothèses propices au remembrement du vivant.

Perçu telle une entrave pour l’humain, le corps est modifié, « bricolé », livré à la chirurgie et aux mutations chimiques et physiques. L’appareillage corporel issu de ces mutations interroge notre humanité dans son essence, dans son statut de vivant et dans son engendrement. L’être humain se voit ainsi dépossédé de sa capacité à demeurer le seul à s’engendrer et à engendrer un autre humain. Il semble ainsi surgir d’une nouvelle fabrique qui fait voler en « éclats les frontières du corps » et sème le trouble et le doute (David Le Breton). 

Cette mise en déroute du corps pose le problème de l’incarnation. Le corps, hybridé et devenu surhumain accessoire ne procède plus que par une autre révolution.

Prenant appui sur des expériences artistiques contemporaines et sur des pratiques dites perfomatives ayant permis de repenser la question du corps, le colloque interrogera la mécanique du corps, une nouvelle (re)construction du vivant façonnées à partir des prothèses. Il s’agira de s’interroger sur le statut du vivant ? Quelle expressivité dès lors que l’humain est confronté à sa propre finitude, à l’accueil de nouveaux corps – implants, à son démembrement physique et social ?

La mise en œuvre d’un tel corps, perçu comme obsolescent, apparaissant dépouillé de tout affect et soumis à une certaine forme de transfiguration, impose de s’interroger sur des protocoles de simulacre ou de transgression du vivant.

Il est envisagé un dialogue entre la création plastique et l’approche de la prothèse. Le colloque permettra, par conséquent, de croiser les sciences du vivant avec le processus de création artistique. La réflexion sur l’art passera par une approche des démarches artistiques contemporaines notamment la thématique de l’hybridation. Comment l’expérience artistique peut être le lieu d’une résonance des mutations du corps, des OGM (Organisme Génétique Modifié) ? Ce croisement induit de nouvelles combinatoires, porteuses d’altérations du vivant et de la matrice (génétique) du corps.

Le colloque croisera des approches et des disciplines attentives aux représentations et aux enjeux du corps notamment, l’anthropologie, l’ethnographie, la médecine, l’éthique, les sciences de l’art et les arts plastiques, les arts numériques...

Le colloque réunira près d’une vingtaine d’intervenants.Communication  brièvement les grandes lignes et ce pour le 30 mars 2011.

 


  

Professeur Amos FERGOMBE

Université d’Artois

UFR Lettres et Arts

Équipe d’accueil TEXTES ET CULTURES

9 rue du Temple

BP 10665

62030 ARRAS CEDEX

 amos.fergombe@univ-artois.fr

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog