Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog du corps

Actualité de la recherche sur le corps en SHS (ISSN : 2269-8337)

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

« Nager au-delà des frontières » - Prochainement - Thalassa ...

thalassa.france3.fr/index-fr.php?page=prochainement
Le site officiel de Thalassa, le magazine de la mer, présenté par Georges Pernoud. Bande annonce et extrait exclusif de la prochaine émission.

Nager au-delà des frontières (extrait) - Thalassa - France 3

thalassa.france3.fr/index-fr.php?page=prochainement&rep=3628

4 traversées pour 5 continents Avec les papouans en Papouasie, avec les Inupiats du détroit (à la limite du cercle arctique) de Béring, de part et d'autre du

 

Accueil - Nager au-delà des frontières

www.nageraudeladesfrontieres.com/

Toute l'équipe de l'expédition "Nager au-delà des frontières" est actuellement à Wales, petit village Eskimo situé au bord de la mer de Béring (décalage horaire

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

Sang et passion au Moyen Âge

salle Duby - MMSH, 5 rue du château de l'horloge
Aix-en-Provence, France (13100)
vendredi 30 novembre 2012

 

Le sang occupe une place centrale dans la culture médiévale. Symbole de mort lorsqu’il s’échappe du corps en trop grande quantité, il peut être signe de péché et d’horreur, mais également d’alliance, de purification et de rédemption comme en témoignent la force de l’analogie entre le Sang du Christ comme symbole de sa Passion et la place dévolue au sang dans l’anthropologie médiévale des passions humaines. La journée d’étude voudrait envisager sous plusieurs angles ce rapport étroit entre le Sang et la Passion, le sang et les passions en recoupant l’aspect politico-social de la violence, celui religieux de la spiritualité et des représentations mentales, sans oublier la part essentielle des émotions.

 


Programme

9h00-12h30
Présidence : Christine Orobitg AMU, TELEMME

Jean-Hervé Foulon AMU, TELEMME, « La vision du sang entre violence et rédemption dans quelques sources narratives de l'an mil au milieu du XIIe siècle»

Elisabeth Lusset Paris X – Nanterre, « Cum sanguinis effusione. De l’importance du sang dans les violences commises par les clercs réguliers au bas Moyen Âge »

Laurent Smagghe Paris IV – Sorbonne, Des « veines grosses et pleines de sang » : convocation du fluide sanguin dans la représentation et l’expression des émotions princières à la fin du Moyen Âge
Franck Collard Paris X – Nanterre, « Rex abhorret a sanguine? Passions politiques et effusion de sang sous le règne de Charles VII »

14h00-17h00

Présidence : Jacques Dalarun IRHT

Serge-Thomas Bonino Institut catholique de Toulouse, « Rachetés par son sang. La Rédemption selon Thomas d'Aquin »

Benoît-Michel Tock Université de Strasbourg, « La mouche et le sang: l'importance de la pureté du sang dans les miracles eucharistiques »

Damien Boquet AMU, TELEMME, « Sang et passions des saintes femmes au XIIIe siècle »

Aucun commentaire:

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com
Human Stock Exchange

Human Stock Exchange Tome 1 - Dargaud

www.dargaud.com/human-stock-exchange/.../human-stock-exchange...

Human Stock Exchange Tome 1 : Avec ce premier tome d'H.$.E (Human $tock Exchange), Xavier Dorison et Thomas Allart nous plongent dans une histoire

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

 


 
Une révolution rituelle

CORPS ET SCIENCES SOCIALES
présentation critique d'ouvrages
en présence de leurs auteurs
http://www.mshparisnord.fr/fr/actualites/manifestations-scientifiques/item/1318-l-corps-r-et-sciences-sociales.html

Nous avons le plaisir de vous rappeler la prochaine séance du séminaire «Corps» et sciences sociales :

vendredi 7 décembre 2012
, de 10h à 13h
à Fondation Maison des sciences de l’homme
190-198 avenue de France, 75013
métro Quai de la gare
Tél : 01 49 54 20 00

Entrée libre et gratuite

Au programme
"Qu’avons-nous le droit de faire
de nos cendres ?
"

  Arnaud Esquerre
Les os, les cendres et l’État
Paris, Fayard, 2011


http://www.laviedesidees.fr/Ce-qu-il-reste-des-reliques.html
François Michaud Nérard
Une révolution rituelle. Accompagner la crémation
Paris, Les éditions de l’Atelier, août 2012


Lecteurs
Gaëlle Clavandier et Lucas Guffanti

Ce séminaire vise à rendre raison de la floraison saisissante depuis le milieu des années 90 en histoire, sociologie, anthropologie, science politique, d’ouvrages consacrés aux questions du corps, de la santé, de l’administration du vivant. Elle incite à inventorier, par delà singularités apparentes et spécificités disciplinaires, les pensés et impensés communs à cette humeur du temps si soucieuse du destin du corps et du biologique. Ce séminaire se tient sous l’égide conjointe de la MSH Paris Nord et du PRI « Médecine, santé et sciences sociales » de la Fondation MSH Paris et est intégré dans deux masters de l’EHESS.


Organisateurs scientifiques
Dominique Memmi
directrice de recherche en science politique et sociologie, CNRS

 dominique.memmi@csu.cnrs.fr

Stéphanie Hennette Vauchez
professeure de droit, université Paris Ouest Nanterre


Sébastien Lemerle
maître de conférence, sociologie, université Paris Ouest Nanterre

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

 

"Seeking Panelists for Berkshires 2014 in Toronto

I am seeking two other scholars to create a three scholar panel for the upcoming Berkshires in Toronto. I am especially interested in potential panelists focused on bodies in media but would also be interested in putting together a more general post World War II panel. My own paper examines the embodied fantasy of the character of Lucy Ricardo in the postwar television sitcom I Love Lucy. I examine the ways that the body of the character of Lucy was simultaneously constructed and reconstructed by the show’s writers and production team, Lucille Ball, and ultimately the audience themselves, to both subvert and fulfill postwar gender and sexual norms. I also focus on how the show deliberately blurred the lines between fantasy of the show and the “reality” of Lucille Ball and Desi Arnaz’s actual marriage".

Thanks!

Heather Stanley
Ph.D. (A.B.D.)
Department of History, University of Saskatchewan

Email: hms111@mail.usask.ca

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

"PULSIONS" le spectacle de fin d'études de la 24e promotion

 PULSIONS
Spectacle de fin d'études de la 24e promotion
Mise en scène Laurent Laffargue - Compagnie du Soleil Bleu

Création au Cnac - Décembre 2012
Cirque rénové de Châlons-en-Champagne

 

PULSIONS, le spectacle de fin d'études de la 24e promotion du Centre national des arts du cirque (Cnac) mis en scène par Laurent Laffargue - Compagnie du Soleil Bleu

CREATION du 6 au 13 décembre 2012

en collaboration avec la Comète
Scène nationale de Châlons-en-Champagne

Conseillé à partir de 8 ans


6, 7, 8, 11 et 12 décembre – 20h30
9 décembre – 16h

Séance scolaire Collèges et Lycées
13 décembre – 14h30

 

Info / Réservation (du lundi au vendredi )
+33 (0)3 26 21 12 43
  

(270 Ko)            

 

 

Le dossier de présentation (2,59 Mo) ou format livre numérique

La seconde phase du cursus du Cnac, dite d'insertion professionnelle, consiste en la création et la présentation du spectacle de fin d’études qui valident le diplôme du Dma.

Pour la 24e promotion, le Cnac en a confié la mise en scène à Laurent Laffargue - Compagnie du Soleil Bleu. 

Laurent Laffargue est un metteur en scène de théâtre et d’opéra, comédien, fidèle au théâtre francophone classique et contemporain.

Après de nombreuses créations comme Terminus de l’auteur australien Daniel Keene, La Grande Magie d’Eduardo De Filippo, Après la répétition de Ingmar Bergman,… il écrit en collaboration avec Sonia Millot Casteljaloux (une version seul en scène, interprétée par lui-même, et une version avec 10 comédiens). Il en a rédigé le scénario pour son film Les Rois du monde dont le tournage est prévu en 2014.

En janvier 2013, Laurent Laffargue met en scène à La Coursive – scène nationale de la Rochelle, Le monologue de Molly Bloom, extrait d’Ulysse de James Joyce, avec Céline Sallette.

Laurent Laffargue est associé depuis trois années au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers.

________

Extrait du dossier de presse

Paresse, orgueil, gourmandise, luxure, avarice, colère, envie… autant de tentations qui guettent chacun en son for intérieur, au plus secret de ses ardeurs. Crucifiés par la morale, ces vices font pourtant les délices de la société marchande qui sans cesse les excitent en douce pour développer son commerce des désirs et réjouir les âmes en peine.
Guidés par le metteur en scène Laurent Laffargue, les 17 étudiants de la 24e promotion du Centre national des arts du cirque explorent les sept péchés capitaux, dont l’imaginaire traverse les arts et résonne puissamment avec les turbulences de notre époque. Jouant avec le flux des images qui bombardent au quotidien l’inconscience collective, les acrobates mettent la normalité sens dessus dessous et donnent corps à l’usage ambigu des valeurs.
Par la grâce du cirque, qui se décline ici en dix spécialités différentes, ils révèlent nos paradoxes et sèment le trouble… jusqu’au frisson.

Distribution artistique

Metteur en scène Laurent Laffargue - Assistant à la mise en scène Sébastien Laurier  - Stagiaire à la mise en scène Manon Colomb de Daunant  - Scénographes Philippe Casaban et Eric Charbeau - Musicien, compositeur Hervé Rigaud - Création Lumière xxx - Régisseur général (création) Nicolas Brun - Régisseur général / Chef monteur (tournée) Julien Mugica - Rigger aérien Fill de Block / Atelier du Trapèze - Régisseur plateau Jacques Girier - Régisseur lumière Vincent Griffaut  - Régisseur son Rémi Bourgeois

avec les étudiants de la 24e promotion

Elise Bjerkelund Reine Trapèze, contorsion - Emanuel Breno Caetano Corde lisse - Camille Chatelain Vélo acrobatique - Jonas Leclere Sangles - Juan Manuel Rueda Mât chinois - Simon Bruyninckx et Arne Sabbe Bascule coréenne - Laura Colin (voltigeuse) et Coraline Léger (porteuse) Trapèze duo fixe - Quatuor avec Marine Fourteau  (voltigeuse) et Angèle Guilbaud (porteuse) Cadre aérien, et Liza Lapert (voltigeuse) et Marcel Vidal Castells Portique coréen - Josa Kölbel (porteur) et Bellina Belinda Sörensson (voltigeuse) Trapèze fixe - Coline Mazurek (voltigeuse) et Valentin Verdure (porteur)  Portés acrobatiques

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com
Teaching the body
Artistic Anatomy in the American Academy, from Copley, Rimmer, and Eakins to Contemporary Artists
 
This exhibition tells the story of the study of artistic anatomy in America, from John Singleton Copley to Kiki Smith and others. 
ABOUT ME:
My name is Naomi Slipp and I write about American art and human anatomy. A lot of people ask me why I study medical illustration and artistic anatomy – I don’t really have an answer. I don’t have unfulfilled dreams of being a doctor (art history was not my back-up career) or morbid desires to animate human cadavers á la Dr. Frankenstein. Instead, I think I love anatomical illustrations and works of artistic anatomy because they visualize for us what is going on inside of our own bodies – a mysterious terrain located right inside of us. This is something that artists have tried to express for hundreds of years – that fascinating and uncharted interior that is both complex and beautiful.

MY PROJECT:
As a required facet of my PhD fellowship, I am organizing an exhibition called Teaching the Body: Artistic Anatomy in the American Academy, from Copley, Rimmer, and Eakins to Contemporary Artists, to be held from January 31 - March 31, 2013 at the Boston University Art Gallery. This exhibition tells the story of the study of artistic anatomy in America from the first anatomy text of John Singleton Copley, created in 1756, to the contemporary works of Kiki Smith and others. Over eighty works in the exhibition [many never exhibited before], including drawings, prints, sculptures, paintings, and texts, illustrate the relationship between American art and medicine, a collaboration founded because of their shared interest in the human body and the study of anatomy.
Included in the exhibition are: illustrated anatomical lecture tickets; photographic stereoviews; anatomical sketches, studies, and models; pathological anatomy illustrations; and American anatomy books written for women and children. Fine art created by American artists Harriet Hosmer (1830-1908), Kiki Smith (1954- ), Thomas Eakins (1844-1916), William Rimmer (1816-1879), Hyman Bloom (1913-2009), Frank Duveneck (1848-1919), and many others, along with visual works from the "everyday" including magazines and prints, will illustrate the ways that artists studied artistic anatomy. Perhaps, most important, this exhibition examines both what that study meant for these artists and for the way we, today, think about our own bodies and how they work.
An illustrated catalogue [print run of 1000] comprised of a foreword, two scholarly essays, a series of color plates, an exhibition checklist, and a selected bibliography accompanies the exhibition. This catalogue illustrates many of these works of art for the first time, bringing them to the attention of a broad audience of readers, scholars and students. The first essay was written by one of my colleagues and discusses classical cast collections in nineteenth-century America, while the second essay written by me is about the study of artistic anatomy in American art.
In addition to this catalogue, extensive public programming throughout the duration of the exhibition, including two guest lectures, two guided tours, a scholarly panel/round-table, and daily film screenings, will enhance the scope and visibility of the exhibition. It is my hope that this programming will have a positive impact on the community and create a dialogue between two commonly polarized fields (art and science). We will be initiating collaborative programming with Massachusetts General Hospital, the College of Fine Arts, the BU Medical College & the Center for Science & Medical Journalism at Boston University, and the Massachusetts College of Art & Design. In looking at artworks created by artists and doctors, I hope to unite this diverse audience, bringing together people who are interested in art and those who are interested in medicine for a rich, shared conversation about what it means to occupy, treat & picture our own bodies.

WHAT DO I NEED YOUR HELP WITH?:
An exhibition costs a lot of money and so does a publication. While I have a small budget, I thought big when I began planning the show in the fall of 2010. It quickly became apparent that the benefits of the exhibition – addressing a subject that is unaddressed in scholarship and exhibiting many works that had never been seen before – also meant much higher costs to prepare these artworks for their début. As the costs of borrowing works of art from lenders and institutions mounted and mounted and mounted… I felt my exhibition slip further and further away from my original vision. I made hard decisions and cut half of my budget, applied for grant funding, and got creative with installation and programming costs. Recently, one of our funding sources fell through. We now face a shortfall of approximately $2,500 or 5% of the projected expenses.
This is about the time a friend suggested Kickstarter… So here we are: I am asking you to partner with me and the Boston University Art Gallery to bring Teaching the Body: Artistic Anatomy in the American Academy, from Copley, Rimmer, and Eakins to Contemporary Artists to life. Be a part of this amazing exhibition, fund as much or as little as you can. I believe that this show and the accompanying catalogue deserve to be great but this can only be accomplished with your help. Your donations will defray costs on all ends of the exhibition: publication costs, exhibition costs, & programming costs.
Remember, if we don't make our $2,500 goal, we don't get funded at all. If we happen to raise more than our stated goal, these additional funds will help to expand the catalogue and exhibition programming, and increase our ability to borrow and promote the exhibition. If you have other ideas for rewards or ways to publicize this campaign please message me!

IN RETURN FOR YOUR CONTRIBUTION:
You get that warm fuzzy feeling associated with helping a lowly graduate student, combined with a non-profit academic art gallery, mount a stellar exhibition and produce a beautiful scholarly publication.  If you are looking for the swag too, there are a variety of rewards at several pledge levels. And as a special bonus, everyone, at every pledge level, will receive update emails through the progression of the exhibition, its installation, and the opening!
Thank you for your time and remember: time is limited and every pledge helps. If you like my project, please share it with others.

Aucun commentaire:

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

Apnées. Retenir son souffle ! Immersion ou fusion ?

Apnoea. Holding your breath! Immersion or fusion?

Approches pluridisciplinaires

Pluridisciplinary approaches

*  *  *

Publié le mercredi 14 novembre 2012 par Elsa Zotian

Résumé

L’apnée, régulièrement médiatisée, interroge nos contemporains. L’apnée passionne, l’apnée nous coupe le souffle. Après Le Grand Bleu, Free Fall, court métrage sur l’apnée (Gautier-Néry) a été visionné plus de 12 millions de fois. Chacun de nous a essayé de retenir son souffle. Un apnéïste français (Mifsud) est capable de rester 11 minutes et 35 secondes sans respirer. Ce colloque entend contribuer à une meilleure compréhension des pratiques d’apnée. Quels imaginaires aquatiques ? Quelles adaptations de l’organisme ? Quels profils de pratiquants ? Quels plaisirs ? Comment devient-on apnéïste ? Autant de questions qui pourront être abordées lors de ce colloque pluridisciplinaire.

Annonce

Argumentaire

« C’est ma dernière inspiration, je le sais, ce que je ressens dans mon estomac ne me trompe pas ; c’est maintenant que je vais partir. Mon corps se tend, mes bras s’avancent, ma tête bascule ; je sens la fraicheur de l’eau me recouvrir entièrement ; le jaune s’estompe et laisse la place à un bleu très clair. Mes oreilles passent, la pesanteur me gagne ; il n’y a pas de doute, ma quête abyssale vient de commencer… »

Pierre Frolla [1]

Presque chacun d’entre nous a essayé un jour de retenir son souffle. Le plus longtemps possible tout simplement, ou alors en vue de rejoindre l’autre bout de la piscine… sous l’eau.

Le pouvoir de séduction de l’élément aquatique et de l’océan n’est plus une nouveauté en métropole, provoquant même l’étonnement de nos voisins : « une chose est sûre : que ce soit à la voile, à la rame ou à la nage, la mer est devenue le liquide amniotique dont rêvent nos voisins d’Outre-Pyrénées » écrit ce journaliste espagnol du Courrier International [2] qui poursuit sur le « phénomène » du Grand Bleu : « des millions d’adolescents s’identifient à l’homme-dauphin interprété par Jean-Marc Barr dans le Grand Bleu, films que seuls le monde francophone et les Japonais sont parvenus à décoder. » Olivier Mongin, dans la revue Esprit, le précédait, pointant la double interprétation possible d’un tel film : fable de l’enfant sauvage renonçant à la civilisation pour vivre sous l’eau ? ou au contraire, « aventure individualiste qui pousse le héros, une espèce de mutant, à disparaître au fond des mers dans un trou noir, happé par une nuit maritime qui le fascine à en mourir » ? [3] Pour Olivier Mongin, Le Grand Bleu décrit une mise à l’eau qui reflète l’épuisement des passions dans notre monde.

Néanmoins, l’eau semble être à la mode ; le bleu n’est-il pas cette couleur qui fait l’unanimité chez nos contemporains (Michel Pastoureau, 2003) ?

Le film Le Grand Bleu a marqué une génération de français, et plus récemment, Free Fall, court métrage réalisé par le couple Julie Gautier et Guillaume Néry a fait « le buzz » sur la toile avec plus de 12 millions de visionnages.

En effet, certains humains, à force de pratique, d’entraînement, de persévérance et de relâchement… ont dépassé leurs limites, voire les limites qui avaient pu être fixées par des médecins, pour atteindre des records incroyables : plus de 11’ sous l’eau sans respirer pour Stéphane Mifsud.

Que ressentent ces êtres exceptionnels qui atteignent des profondeurs incroyables ? Comment gèrent-ils les innombrables sensations qui inondent leurs corps ? Quels sont les mécanismes d’adaptation derrière de telles performances ? Qu’en est-il du novice qui découvre cette pratique ancestrale ? Le plaisir est-il au rendez-vous ? La peur ? Comment s’entraîne-t-on à ne pas respirer ? Comment devient-on apnéïste ?

L’apnée interroge, l’apnée passionne, l’apnée nous coupe le souffle. De fait, l’apnée s’invite régulièrement aux journaux télévisés : exploits et records ; accidents et décès. Car des risques objectifs existent.

Ce colloque entend nous faire découvrir et partager quelques dimensions du monde de l’apnée. Il souhaite réunir différents regards sur une pratique impressionnante, parfois énigmatique voire polémique, à propos de laquelle circulent de nombreuses croyances [4].

Il ambitionne de faire dialoguer savoirs théoriques et savoirs pratiques, pour une meilleure compréhension d’une pratique fascinante. Ainsi, le corps objectivement appréhendé, mesuré, évalué, sera mis en perspective avec le corps vécu, expérimenté subjectivement. De même, le milieu aquatique, aux qualités physiques spécifiques, pourra être interrogé par une approche subjective et symbolique de ce milieu.

Références

[1] P. Frolla, « Conclusions », in L’apnée. De la théorie à la pratique, dir. F. Lemaître, Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2011 (2007), pp. 417-418.

[2] Courrier International n°220, janvier 1995.

[3] O. Mongin, « Le Grand Bleu ou le trou noir de nos passions », revue Esprit, « Souffrance psychique et passions extrêmes », janvier 1990, pp. 84-99.

[4] Les médecins ont par exemple longtemps pensé que les poumons, en-deça de 50m de profondeur, risquaient de s’écraser. Un apnéïste comme Herbert Nitsch (the deapest man on earth – l’homme le plus profond au monde) repousse actuellement les limites de l’organisme, dans une forme de pratique que peu défendent aujourd’hui : le no limit (descente à l’aide d’une gueuse, et remontée à l’aide d’un ballon gonflé d’air). La dernière tentative de record d’Hebert Nitsch, en juin 2012, à 800 pieds (« extreme 800 ») soit 244 mètres, a mal tourné. Depuis, l’apnéïste est en convalescence et donne quelques nouvelles à ses fans, alors que les médecins étudient les effets de la narcose sur son organisme.

Axes des communications ou thématiques qui pourront être abordées :

Au sein de chaque thématique, les communications permettront ce dialogue des savoirs. Les propositions pourront être fondées sur des connaissances scientifiques de première main ou des recherches originales, des enquêtes de terrain, des savoirs issus de l’expérience, des témoignages. En ce sens, ce colloque présente une ambition pluridisciplinaire évidente.

  • Histoire de l’apnée

Les records, les compétitions, les fédérations, l’évolution des techniques et des représentations… On pourra ici interroger l’organisation de l’apnée en France et dans le monde. Quelles structures de pratique ? Différences entre AIDA, FFESSM et CMAS ? Analyse des records en apnée ?

  • L’élément aquatique, l’imaginaire

Symboliques aquatiques, pluralité des lieux et pluralité des eaux, ambivalences aquatiques…

  • Le corps dans l’eau, immersion ou fusion ?

Adaptations du corps ; se détendre sous l’eau ; l’écoute du corps, les sensations ; approches phénoménologiques de l’apnée : l’être dans l’eau ; quelles expériences corporelles de l’immersion ?

  • Respirations

Ventiler et respirer…Eduquer la respiration ?

Respiration, yoga, réflexologie, écoute corporelle, lâcher prise, détente…

  • S’engloutir, jusqu'où ?

Améliorer ses performances, son aisance, son aquaticité

Dépassement du corps / des corps de l’extrême ? / hallucinations ?

Apprentissage des sensations : la sensorimotricité ou l’écologie corporelle ? Comment se placer dans une écoute sensorielle de l’expérience d’immersion ?

  • Pratiquer ensemble

Approche des sociabilités liées à la pratique de l’apnée.

Le partage des expériences corporelles.

  • Les rituels

Approches ethnologiques de situations d’apnée, compétitives ou ludiques. La préparation mentale, le matériel….

  • Une pratique risquée ?

Peurs, risques, douleurs…. (barotraumatismes, syncopes, éducation à la sécurité, etc.)

  • Parcours d’apnéïstes

Trajectoires sportives, trajectoires géographiques, trajectoires sociales…

Conditions de soumission

Le résumé de deux pages minimum (format word ou pdf) environ devra présenter l’objet de la communication, la problématique, les références théoriques principales éventuelles, le type de données analysées, les principaux résultats, le plan de l’intervention et quelques références bibliographiques.

Il sera accompagné, en première page, de renseignements pratiques comprenant : nom, affiliation, téléphone, adresses postale et électronique.

Pour soumettre votre proposition, envoyez sous format électronique votre résumé aux adresses suivantes : mary.schirrer@univ-lorraine.fr & bernard.andrieu@univ-lorraine.fr

Une publication aux Presses Universitaires de Nancy réunira les meilleures contributions à ce colloque.

Les propositions écrites ne devront pas excéder 30000 signes environ et seront à envoyer avant le colloque. Iconographie libre de tous droits.

Comité scientifique

  • Mary Schirrer (Staps, Université de Lorraine, Lisec, EA 2310)
  • Bernard Andrieu (Staps, Université de Lorraine, APEMAC, EA 4360)
  • Marc Morieux (Staps, Université de Lorraine, responsable de La Licence professionnelle STAPS "Animation, Gestion et Organisation des A.P.S. : Activités Aquatiques")

Calendrier

Date limite de proposition : 4 mars 2013

Date de retour des avis : 18 mars 2013

Date de diffusion du programme : début avril 2013

Dates du colloque : mardi 14 et mercredi 15 mai 2013

Lieu du colloque : Faculté du Sport, 30 rue du Jardin Botanique, 54603 Villers-lès-Nancy,

Entrée libre pour les auditeurs

Participation au colloque : gratuit

Achat des actes : 20 euros, éditions PUN (Presses Universitaires de Nancy), Collection Epistémologie du corps

Contacts et renseignements complémentaires

Lieux

  • Faculté du sport
    Villers-lès-Nancy, France (54)

Dates

  • lundi 04 mars 2013

Fichiers attachés

Mots-clés

  • apnée, eau, adaptation, sensation, exploit

Contacts

  • Bernard Andrieu
    courriel : bernard [dot] andrieu [at] univ-lorraine [dot] fr
  • Mary Schirrer
    courriel : mary [dot] schirrer [at] univ-lorraine [dot] fr
  • Marc Morieux
    courriel : marc [dot] morieux [at] univ-lorraine [dot] fr

Source de l'information

  • Mary Schirrer
    courriel : mary [dot] schirrer [at] univ-lorraine [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Apnées. Retenir son souffle ! Immersion ou fusion ? », Appel à contribution , Calenda, Publié le mercredi 14 novembre 2012, http://calenda.org/227099

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

Student Research Assistants: Nancy Kwon, Walt Chiu, Katherine Miyaki
Nova’s participation was funded by the Faculty Fund at HEAD.

Nicolas Nova is a professor at HEAD in Geneva, Switzerland and member of the Near Future Laboratory.

http://curiousrituals.wordpress.com/

 

© 2010-2012 Media Design Practices

Nicolas Nova Presenting CURIOUS RITUALS @ Research ...

curiousrituals.wordpress.com/.../nicolas-nova-pres... - Traduire cette page
19 Jul 2012 – Gestural Interaction in the Digital Everyday (by Nova + Lab)

About « CURIOUS RITUALS

curiousrituals.wordpress.com/about/ - Traduire cette page

CURIOUS RITUALS is a research project conducted at Art Center College of Design (Pasadena) in July-August 2012 by Nicolas Nova (The Near Future

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

L'oeil et la main

L’œil et la main. Anatomies XVIe-XVIIIe siècles : outils, objets, symboles du savoir



Journée d’études organisée par l’ANR-Philomed et la BIU Santé, le 14 décembre 2012. Ouverte au public, elle se tiendra au 12 rue de l’Ecole de médecine, Paris 6e, Foyer des professeurs.

Renseignements : hcazes@uvic.ca


Pour l’anatomiste, œil et main sont des organes emblématiques de son art : voir pour donner à voir, toucher pour savoir, “démontrer” ce qui est découvert. Outils et objets de l’anatomie, l’œil et la main sont également les symboles de l’humanité (la main selon Anaxagore), de la science, ou encore de la création (l’union parfaite de l’œil et de la main, coordonnés idéalement en une immédiateté de la vision et de la mise en œuvre, définit traditionnellement l’art du peintre ou du sculpteur ). Ces organes représentent aussi, icôniquement, les modes et les statuts du savoir: manuel ou intellectuel, mécanique ou libéral, pratique ou théorique…

À la croisée de l’épistémologie, de l’écriture, de la pratique de la dissection et de l’édition, les études proposées toucheront / regarderont les sens, symboles et enjeux du discours et de la représentation des yeux et mains en anatomie.

Programme :

9h 40 Accueil des participants

10h Jean Céard (Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense) : “Un homme sans mains est-il encore un homme ?”

11h Anne-France Morand (Université Laval, Québec) : “Éloge de la main chez Galien.”

12h Jacqueline Vons (Université François Rabelais de Tours) : “André Vésale et l’anatomie de la main.”

13h-14h30 Déjeuner

14h30 Hélène Cazes (University of Victoria, Canada) : “Voir et savoir, le spectacle de la dissection selon Charles Estienne et l’art de l’anatomiste.”

15h30 Rafael Mandressi (Centre Alexandre Koyré) : « L’œil et la vérité : l’épistémologie sensorielle de l’anatomie de la Renaissance. »

16h30 Ariane Bayle (Université Jean Moulin-Lyon 3, Centre de recherche : CEDFL) et Michel Jourde (ENS de Lyon, Centre de recherche : CERPHI, UMR 5037) : “Imprimeurs et chirurgiens : le savoir, la main et le bien faire (1530-1580).”

Aucun commentaire:

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 > >>

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog