Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog du corps

Actualité de la recherche sur le corps en SHS (ISSN : 2269-8337)

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

http://www.pulaval.com/img/livres/btlf/L97827637871761.jpg

www.pulaval.com

 

L’intelligence des corps
Journées d’études pluridisciplinaires
Université Paris Ouest Nanterre – ED 139
16 déc. 2010 | 17 déc. 2010 | 5 jan. 2011
Organisation : P.-L. BOULANGER, A. CUKIER, M. SCHUMM.


PROGRAMME PREVISIONNEL


Journée du 16 décembre (anthropologie)
9h00 Accueil et café.
9h30 Marion Schumm (Université de Nanterre, Doctorante en philosophie),
« Une autre genèse de l’intelligence : Husserl et Blumenberg. »
10h30 Étienne Bimbenet (Université Lyon 3, Anthropologie philosophique),
« L'intentionnalité corporelle : la moitié d'un programme. »
11h30 Pause café
11h45 David Le Breton (Université de Strasbourg, Anthropologie),
« Expériences de la douleur. »
12h45 Déjeuner.
14h45 Mathilde Lequin (Université de Nanterre, Doctorante en philosophie),
« L'intelligence du corps pré-humain : quelques pistes philosophiques ouvertes par
l'interprétation paléoanthropologique des fossiles d'hominidés. »
15h45 Jean-Claude Monod (CNRS, Philosophie allemande)
« Cercle de l'action, optique passive et réflexion humaine : de Gehlen à Blumenberg. »


Journée du 17 décembre (action et perception)
9h00 Accueil et café.
9h30 Pierre-Laurent Boulanger (Université de Nanterre, Doctorant en philosophie)
« Ce qu’il faut faire pour comprendre. Aptitudes sensorimotrices et contenu conceptuel. »
10h30 Michel Kreutzer (Université de Nanterre, Éthologie),
Titre à préciser.
11h30 Pause café
11h45 Bernard Andrieu (Université de Nancy, Staps et Philosophie),
« Une intelligence intercorporelle ? Une eco-sensibilité pour la préd’action. »
12h45 Déjeuner.
14h30 Valentina Ragno (Université de Nanterre, Doctorante en philosophie),
« L'intelligence dans l'absence. Pour une critique de la "métaphysique de la présence"
corporelle. »
15h30 Jean-Sébastien Hardy (Université de Paris IV, Doctorant en philosophie),
« La co-constitution ergonomique du mouvement et de la chose. Perspective
phénoménologique sur la motricité. »
16h30 Pause café
16h45 Frédéric Pouillaude (Université de Paris IV, Philosophie esthétique),
« L’alternative de la proprioception et du sens : danse et quotidienneté. »
Journée du 5 janvier (émotions et relations sociales)
9h00 Accueil et café.
9h30 Alexis Cukier (Université de Nanterre, Doctorant en philosophie),
« Empathie et contrôle social : intelligence et management des affects au travail »
10h30 Omar Zanna (Université de Rennes)
« Douleurs corporelles et interactions sociales. »
11h30 Pause café
11h45 Loïc Wacquant (Université de Berkeley, Sociologie),
« L’habitus comme intelligence incorporée. »
12h45 Déjeuner.
14h30 Bernard Rimé (Université de Louvain, Psychologie),
« L’empathie dans le partage social de l’émotion. »
15h30 Robert Damien (Université de Nanterre, Philosophie)
« L’autorité corporelle ou la naissance des dieux. »
16h45 Pause café
16h45 Anne-Marie Moulin (CNRS, Philosophie de la médecine)
« Intelligibilité et intelligence du corps : l'approche immunologique. »
17h45 Alain Berthoz (Collège de France, Physiologie de l’action et de la perception)
Titre à préciser.

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/7/5/8/9782130549857.jpg

 

Le Laboratoire junior "Enquête sur l'homme vivant : biologie, philosophie, pratiques artistiques (EHVI)" a le plaisir de recevoir Pierre ANCET, MCF de Philosophie à l'Université de Bourgogne, qui donnera une conférence sur le thème :


 
La perception des corps jugés monstrueux
(monstres, handicap et tératologie)

 
Cette conférence aura lieu le Vendredi 10 décembre, de 14h30 à 16h30, en F 113 (ENS de Lyon, site Descartes, 1er étage du Bâtiment Formation)

Résumé de la conférence :
 « L'indi–vidu dont le corps est jugé mons–trueux inter–roge les normes, normes bio–lo–gi–ques et normes socia–les, sur–tout lorsqu'il naît au sein de l?espèce humaine. Il n'est pas en effet de pire mons–truo–sité que celle qui s'appuie sur une cer–taine proxi–mité avec l'obser–va–teur. Mais cette proxi–mité engen–dre toute une série de réac–tions de défense, qui per–met–tent de réflé–chir de manière contem–po–raine à la façon dont nous envi–sa–geons le grave han–di–cap phy–si–que ou la défi–gu–ra–tion. Le rap–port aux corps jugés mons–trueux en Occident sera envi–sagé à tra–vers des réfé–ren–ces à la téra–to–lo–gie scien–ti–fi–que des XIXe et XXe siè–cles, contem–po–raine de l?appa–ri–tion des gran–des exhi–bi–tions popu–lai–res des corps (comme le cirque Barnum aux USA). Nous nous appuie–rons sur de nom–breu–ses images d'époque pour réflé–chir à l'évolution de ce regard. »


Axes de recherche de Pierre ANCET:
 

  • La question des normes, à travers l'articulation normes sociales / normes biologiques
  • L'expérience du corps vécu ou corps propre, et sa perturbation face au corps difforme ou jugé monstrueux et face au grave handicap physique
  • Bioéthique et philosophie de la médecine : autour de la personne âgée et de la personne handicapée
  • Histoire des sciences biologiques et de la tératologie expérimentale

http://www.decitre.fr/gi/74/9782100543274FS.gif

 

 

Publications de Pierre ANCET :

  • Phénoménologie  du  corps  mons–trueux,  Paris,  Presses Universitaires  de  France,  coll.  « science,  his–toire  et  société », novem–bre 2006, ouvrage de 178 pages
  • « Le besoin de savoir (l?accès au dos–sier médi–cal per–son–na–lisé) » in DUGUET (A.M.) (dir.) Données Médicales et Dossier Médical de Santé. Séminaire d?Actualité du Droit Médical, Études @hos–pi–ta–liè–res, Bordeaux, 2006, p. 49-64.
  • « Les normes et la liberté du sujet », in Normes et pro–cé–du–res. La santé entre mena–ces et oppor–tu–ni–tés, Groupe Euro Cos, Paris, Éditions de Santé, 2006, p. 141-149.
  • « Les fon–de–ments théo–ri–ques de l?obser–va–tion des mons–tres dans l??uvre d?Etienne Geoffroy Saint-Hilaire », Cahiers Philosophiques, CNDP, Paris, 2006, p. 23-38.
  • « Le trai–te–ment anti–cipé des crises sani–tai–res », in La Santé média–ti–sée Groupe Euro Cos, Paris, Éditions de Santé, 2007



Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

http://noelpecout.blog.lemonde.fr/filescropped/511_329_415/2009/10/hygeia-health-magazine-november-1933-11209865182.1254693754.jpg

www.abookman.com/magazineshygeia.htm

 

 

Body and Mind in the History of Medicine and Health

 

European Association for the History of Medicine and Health (EAHMH)

2011 Biennial Conference

Utrecht, The Netherlands

1-4 September 2011

 

Co-organized by the Descartes Centre for the History and Philosophy of Sciences and the Humanities and by the University Medical Centre Utrecht.

 

Keynote speakers: Floris Cohen, Jacalyn Duffin, Annemaire Mol and Roger Smith

 

Deadline for proposals: 1 December 2010

 

Call for Papers

 

The EAHMH welcomes submissions for its biennial meeting, to be held in Utrecht, The Netherlands from 1-4 September 2011.  In the city whose name is closely linked to Rene Descartes, the Association welcomes abstracts on the general theme 'Body and Mind in the History of Medicine and Health'.

This theme encompasses research in any area where body and mind (and their

interaction) were pivotal subjects in the creation of concepts, practices and institutions in the lived experience of health and disease, but papers on any history of medicine topic will be considered.  Papers addressing recent debates concerning historiography and/or methodology are especially welcomed.  Papers dealing with the teaching of medical history in a concrete way, as well as incorporating personal experiences, are also invited.  It is hoped that a special session may be organized on the teaching of medical history.  Submissions relating to all historical periods and all regions are welcome, as are submissions from non-members.

 

Abstracts should not exceed one page and should include information concerning the scientific question examined, the sources and approach used and the (preliminary) results.  Abstracts should contain a title and the speaker's contact information (name, affiliation, address and email address).  In addition to single paper proposals, proposals for sessions including three or four papers are also invited.  All papers in pre-arranged sessions will be judged according to their individual merits.

 The Scientific Board of the EAHMH reserves the right to rearrange sessions in the light of proposals received.  Individual paper presentations will be limited to 20 minutes, allowing for 10 minutes of discussion.  Please submit all proposals for papers and sessions to EAHMHconference2011@umcutrecht.nl no later than 1 December 2010.

 

For further information, please see our website, http://www.eahmh.net 

 

Awards

 

The EAHMH is offering an award of EUR 500 for the best paper presented at the Utrecht conference by a PhD student The EAHMH is offering an award of EUR 3000 for the best medical history monograph published in the four years preceding the Utrecht conference.

 

For further details of the awards, please visit our website, http://www.eahmh.net 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

LES INTENTIONS DU CORPS: PSYCHANALYSE, BIOLOGIE ET SCIENCE

Mathieu Arminjon
2010 , Liber

 

"Alors que nous sommes entrés de plain-pied dans le siècle du cerveau, on peut se demander s’il reste encore une place pour le projet freudien. Or, si la psychanalyse veut renouer le dialogue avec les sciences contemporaines, c’est certainement du côté de son enracinement biologique que tout se jouera. Pour autant, le positionnement du freudisme vis-à-vis des sciences biologiques n’est pas sans poser quelques problèmes. La psychanalyse se présente en effet comme une discipline protéiforme dont la cohérence interne peut paraître discutable. Le freudisme relève en effet d’un double projet contradictoire. D’un côté, il prétend procéder à une naturalisation du psychisme, c’est-à-dire à l’explication des mécanismes psychiques selon les lois et la méthode des sciences naturelles (physique, biologie). De l’autre, il entend établir une herméneutique des productions psychiques, et attribuer à cet exercice un statut à la fois heuristique et thérapeutique. Présenté ainsi, il semble s’attaquer frontalement à ce qui oppose, depuis toujours, sciences de la nature et sciences humaines. Devant le gouffre séparant le freudisme de lui-même, certains ont appelé la psychanalyse à renoncer à l’une ou l’autre de ses deux ambitions. La présente étude se donne pour but principal de montrer comment le double projet freudien s’avère bien fondé dès lors qu’il ne s’agit pas de penser ses deux versants sur un continuum, mais sur le mode d’une articulation méthodologique pertinente. Malgré  les différences de lexique, de mode d’exposition, au-delà même des tentatives de décrédibilisation, le projet freudien peut encore jouer un rôle au sein des débats qui animent les sciences de l’esprit les plus contemporaines"

 

http://www.editionsliber.org.

 

TABLE DES MATIÈRES

Introduction 
Première partie
Homéostasie, intentionnalité et représentation cérébrale.
La solution freudienne
Chapitre 1 L’homéostasie
    Claude Bernard et le milieu interne;  Milieu intérieur et fixité; L’homéodynamisme; Cannon, naissance de l’homéostasie; Homéostasie, variabilité et adaptabilité; Implications de la théorie homéostatique; Version freudienne de la constance; Homéostasie, dynamogénie: de l’holisme aux émotions

Chapitre 2 Les émotions et le «moi cérébral»
    Physiologie et sentiments: Darwin et l’expression des émotions; William James: naturaliser l’émotion; L’opposition: Sherrington et Cannon; William James, un malentendu tenace; Cortex moteur et sensitif

Chapitre 3 Les cartes somatiques et le problème du corps «représenté»
    Les cartes somatosensorielles; De l’homéostasie au «moi neural»; Les valeurs physiologiques; Le problème de la représentation du corps

Chapitre 4 Pulsion, cartes somatosensorielles et marqueurs somatiques
    De Meynert à Freud; Le moi freudien; Du réflexe à la pulsion; La pulsion et sa représentation

Deuxième partie
Freud, Damasio et l’homéostat psychique

Chapitre 5 L’angoisse: théorie freudienne des émotions
    La protothéorie de l’angoisse; Angoisse et peur; La première théorie de l’angoisse; Angoisse et phylogenèse; La seconde théorie de l’angoisse

Chapitre 6 Du biologique au biologos
    De la biologie à la psychologie; Le tournant de 1900; La détresse infantile; Vers un biologos

Chapitre 7 Biologos et homeologos
    Théorie de la présélection émotionnelle des choix d’action; Théorie de la sélection émotionnelle des choix d’action; Le refoulement; Les styles cognitifs; Retour sur la théorie de l’angoisse signal; Quel type de retour à Freud?

Troisième partie
La pulsion de mort ou la biologie freudienne assumée

Chapitre 8 Que faire de la pulsion de mort?
    Les «Actuelles sur la guerre et la mort»; «L’inquiétante étrangeté»; La répétition; Vers l’au-delà du principe de plaisir; Les limites du principe de plaisir; De la répétition à la mort; Mort et biologie; Freud et la mort cellulaire

Chapitre 9 Pulsion de mort et homéostasie
    Le problème du monisme; Retour à l’Esquisse; Retour à l’homéostasie; L’Esquisse assumée; Freud et la biologie: quelques remarques critiques

Quatrième partie
Le double projet freudien et l’épistémologie de la fiction

Chapitre 10 Entre naturalisme et herméneutique
    Une psychanalyse scientifique: intersubjectivité et fonctionnalisme; Widlöcher: la tentation fonctionnaliste, au détriment de la pulsion; La critique de l’énergétisme freudien; L’acte contre la biologie; L’action, la représentation et la biologie; Vers quelle épistémologie?

Chapitre 11 De la fiction en neuroscience à la fiction dans la cure psychanalytique
    Inconscient freudien et inconscient cognitif; Le troisième inconscient, ni latent ni refoulé; Un refoulement structural; La «découverte» freudienne de la conscience; La construction analytique

Chapitre 12 L’épistémologie freudienne
    La psychanalyse comme Naturwissenschaft; La construction de la science; Le conventionnalisme; Les limites du réductionnisme; Freud et la philosophie de l’esprit; L’agnosticisme psycho-physique

Chapitre 13 Un cadre épistémologique pour la fiction psychanalytique
    Une psychologie irréductible mais acausale?; De l’indétermination de la traduction à l’élimination des représentations; Psychanalyse et fonctionnalisme: une erreur commune; L’exemple de l’immunologie; De l’utilité du mentalisme; La fiction en science

Cinquième partie
La psychanalyse à l’heure de l’espace global de travail

Chapitre 14 Les théories contemporaines de la conscience
    La théorie de l’interpreter; La confédération cérébrale; Les «mauvaises habitudes» de la philosophie de l’esprit; Conscience, cablâge innés et virtuels; L’espace global de travai; La conscience expliquée ou éliminée?

Chapitre 15 Pandémonium et hypothèse de l’inconscient
    Le psychisme comme pandémonium; L’interprétation psychanalytique comme schème intentionnel; La construction de l’inconscient; L’inconscient n’est-il rien d’autre que du neurobiologique?; L’interprétation psychanalytique

Chapitre 16 L’efficacité de la cure
    Autrui comme conscience externe; Autostimulation et hétérostimulation; L’IRMf en temps réel; De la neuroplasticité à la reconsolidation

Conclusion; Bibliographie

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

http://a21.idata.over-blog.com/305x500/0/43/21/15/dopage_site.jpg

 

Droiits de ll’’homme et dopage
3ème Conférence Internationale pluridisciplinaire organisée par
le Conseil de l’Europe et l’Université Rennes 2 en association avec l’Université
Politecnica de Madrid du 24 au 26 mars 2011 à Rennes (France)
Dés 1963, Le Conseil de l’Europe tente de définir le dopage comme une “intention” de multiplication
du rendement humain dans la performance d’un athlète par l’administration d’une “substance
étrangère à l’organisme ou de toute substance physiologique prise en quantités anormales…”. Le
premier volet d’action consistera en la mise en oeuvre de la Résolution 67 (12) qui invite, dès 1967,
les États membres à se doter de règlement antidoping (CDDS (98) 90 part III, p. 23). “La résolution a
été formulée à une époque où les questions qui y étaient soulevées commençaient à intéresser la
conscience collective européenne du fait de leur traitement dans les médias” (Conseil de l’Europe,
1999, Etude des législations nationales relatives au sport en Europe, Strasbourg, éditions du Conseil
de l’Europe, p. 82).
Le deuxième volet développé par le Conseil de l’Europe intervient dans le cadre plus large de la
Charte européenne du sport pour tous [Résolution (76) 41]. Son article 5 évoque, en effet, des
“mesures à prendre pour protéger le sport et les sportifs de toute exploitation à des fins politiques,
commerciales ou financières, et de pratiques abusives ou avilissantes, y compris l’usage de drogues”.
Ce dernier point ne doit pas éluder la question plus générale de l’abus de sport ou d’avilissement par
le sport, y compris l’exploitation des êtres humains (article 8 de la même résolution).
La Charte européenne contre le dopage dans le sport − R(84) 19 adoptée le 25/09/1984 − a étendu
les moyens d’actions: recherche, éducation et mobilisation des fonds publics sont préconisées.
Comme trop souvent sur ce type de question, cette charte n’est pas juridiquement contraignante,
elle contribuera cependant à la ratification, en 1989, de la Convention européenne contre le dopage
qui, depuis son entrée en application en mars 1990 vise différents objectifs comme rendre ardu
l’accès et l’utilisation de drogues, tels les stéroïdes anabolisants (nommément cités), assister les
mises en place des tests antidopage, y compris en dehors des périodes compétitives. Elle a pour
particularité de s’appliquer potentiellement à tout pays européen et extra-européen.
De fait le dopage tel qu’il est perçu et traité aujourd’hui pose un problème de société qui dépasse de
très loin la seule problématique de la santé des athlètes: celui de la perduration d’une activité qui
loin de respecter les valeurs à son principe et à son fondement (fair-play, égalité des chances,
loyauté, activité saine, etc.) se trouve transformée en système déviant fait de tricherie, d’inégalité, et
amenant potentiellement des risques pour la santé. Mais, malgré les nombreuses mesures prises,
qu’elles soient répressives ou préventives, à l’échelon national, européen ou mondial, force est de
constater que le problème du dopage perdure. Il s’amplifie même probablement avec des techniques
sans cesse affinées et des moyens toujours plus performants qui rendent difficile sa détection.
Non seulement la lutte contre le dopage reste un défi constant mais introduit des problèmes
éthiques.
La lutte antidopage a en effet introduit un certain nombre d’effets pervers et, il semble légitime de
se demander si, dans sa forme actuelle, elle respecte l’équité entre citoyens [Brissoneau, C., Bodin,
D., Delamarche, A., Péchillon, E. (2007-2008). Doping in professionnal sport. Final report. Remis le 25
mai 2008 à la Commission de l’Union Européenne, dans le cadre du projet évaluatif « Doping in
professionnal sport ». Éditions de l'union européenne, Direction générale des politiques internes de
l'union, Département thématique B - Politiques structurelles et de cohésion.
http://www.europarl.europa.eu/activities/committees/studies/download.do?file=22128#search=%2
0dopage] ? Et plus simplement respecte-t-elle la “déclaration universelle des droits de l’homme” ? Le
sportif et plus particulièrement le sportif de haut niveau est en effet soumis à des contrôles, à des
suivis, à une “traçabilité”, à des atteintes à la vie privée auxquels échappent la plupart des citoyens
ordinaires qui consomment de la drogue et que personne ne songerait à imposer aux cadres ou à
l’intelligentsia politique et économique.
C’est précisément à cette dimension liant éthique, droits de l’homme et nécessité de lutte contre le
dopage en tant qu’atteinte à la santé des athlètes et plus particulièrement des jeunes que cette
conférence entend aborder à travers des contributions scientifiques (Anthropologie, Droit,
Histoire, Philosophie, Psychologie, Science de l’Education, Sociologie) qui s’appuieront sur des
recherches, études et analyses en cours.
Deux questions principales structureront cette conférence :
1. 1. Pourquoi le dopage viole-t-il les principes des Droits de l’Homme ?
2. La lutte contre le dopage peut-elle justifier les pratiques discriminatoires ?
La conférence sera en deux langues : anglais et français – la salle principale bénéficiant d’une
traduction simultanée.
Toute proposition de communication doit être faite en word times 12 interligne simple selon le
document joint avant le 15 décembre 2010. Les propositions sont à envoyer à :
dominique.bodin@uhb.fr.
Les communications seront uniquement orales et dureront 15 minutes. Elles seront suivies d’un
débat.
Une session spéciale doctorants aura lieu.
Les communications retenues feront l’objet :
- L’ensemble des contributions seront incluses dans des actes publiés aux éditions du Conseil de
l’Europe.
- Après sélection les 15 meilleures d’entre elles d’une publication dans des revues scientifiques
- Les 8 meilleures contributions de doctorants seront publiées dans un numéro thématique d’une
revue scientifique
Les contributeurs devront faire parvenir leur texte définitif le 25 février 2011 à l’attention de
dominique.bodin@uhb.fr selon les normes jointes.
Prochainement un site Internet fournissant l’ensemble des renseignements (programme, comité
scientifique, lieu, etc.) sera disponible.
Proposiitiion de communiicatiion
Droiits de ll’’homme et dopage
3ème Conférence Internationale pluridisciplinaire organisée par
le Conseil de l’Europe et l’Université Rennes 2
du 24 au 26 mars 2011 à Rennes (France)
Titre de la communication :
Langue choisie pour effectuer la conférence : Anglais - Français
Nom du ou des communicant(s) :
Laboratoire(s) d’appartenance(s) :
Fonctions :
Adresse institutionnelle :
Pays :
Email :
Téléphone :
Résumé (2500 caractères espaces compris) au maximum :
3 mots clefs :
Consiignes aux auteurs
Droiits de ll’’homme et dopage
3ème Conférence Internationale pluridisciplinaire organisée par
le Conseil de l’Europe et l’Université Rennes 2
du 24 au 26 mars 2011 à Rennes (France)
Texte
Le manuscrit doit comporter 25000 caractères maximum espaces compris bibliographie et notes de
bas de pages comprises. Il sera écrit en interligne simple, Times new roman 12. Les marges sont
standards : 2,5 cm de chaque côté. Le texte est présenté justifié. Les pages sont numérotées à partir
de la première page en bas à droite.
Quelle que soit le texte (titres, corpus, etc.) vous ne devez en aucun cas utiliser une mise en page
automatique.
Titres
Le titre est centré Times 14 gras (seule la première lettre est en majuscule). Le titre est suivi du nom
puis du prénom de son ou de ses auteurs, Times 12, (seule la première lettre du nom et du prénom
sont en majuscules), suivi de la fonction et du nom de l’université, du laboratoire ou de l’institution
de rattachement (Times 12).
Les autres titres suivent le standard suivant à chaque fois en Times 12 :
I. Chapitre
1. Sous-chapitre
A. Paragraphe
a. Sous-paragraphe
Graphiques et figures
Les graphiques et figures sont directement insérés dans le texte avec une légende en-dessous du
texte en Times 12 gras. Les figures et graphiques ne sont pas numérotés.
Notes
Les notes sont enregistrées en fin de document. Elles font l’objet d’une page séparée. Elles sont à
éviter au maximum.
Bibliographie
Elle est écrite en Times 12. Lorsqu’un auteur a écrit plusieurs textes ou ouvrages une même année
ceux-ci seront référencés chronologiquement et affublés d’une lettre en minuscule qui sera
répertoriée dans le texte. Seules les références utilisées dans le texte peuvent apparaître en
bibliographie. La bibliographie sera organisée alphabétiquement et pour chaque auteur
chronologiquement de l’ouvrage le plus ancien au plus récent.
Ouvrage
Duret, P. (1996). Anthropologie de la fraternité dans les cités. Paris, Puf, coll. Le Sociologue
Ouvrage collectif.
Bodin, D., Robène, L., Héas, S. (2004). Sports et violences en Europe. Strasbourg, Éditions du Conseil
de l’Europe.
Chapitre d’ouvrage ou acte de colloque
El Houlali, El Houssaïne, H. (2001). La planche du salut in D. Bodin (dir.) Sports et violences. Paris,
Chiron, coll. Sports Études, 133-146.
Article scientifique
Defrance, J. (1994). La sociologie anthropologique de Pierre Bourdieu. Genèse, concepts , pertinence.
Staps, 35, , 29-39.
Bellavance, G., Valex, M., Ratté, M. (2004). Le goût des autres. Une analyse des répertoires culturels
de nouvelles élites omnivores. Sociologie et sociétés, vol. XXXVI, n° 1, 27-58.
Rapport ou thèse
Debarbieux, E. (2002). L’oppression quotidienne. Recherches sur une délinquance des mineurs.
Rapport remis à l’Institut des Hautes études de la sécurité intérieure. Janvier 2002. (pour un rapport,
un document dactylographié ou une thèse. Pour cette dernière faire apparaître de plus, l’université
et l’UFR d’appartenances).
Citations
Elles seront écrites dans le texte en italique et entre guillemets « à la française ». Elles seront
précédées ou suivies du nom de l’auteur (ou des auteurs), de la date de la première parution et du
numéro de page : (Duret, 1996, 27). Si le texte a fait l’objet de plusieurs éditions. La date dans le
texte est celle de la première édition. En bibliographie la référence sera suivie de (5ème édition 1999)
ou dans le cas d’une traduction de (traduction française 1994). Lorsque le même ouvrage du même
auteur est cité une deuxième fois la date sera remplacée par op. cit. : (Duret, op. cit. 35). Une citation
comportant plusieurs auteurs fera apparaître tous les auteurs à la première citation et seulement
celle de l’auteur principal suivi de et al. dans les citations suivantes.
Livraison du manuscrit
Le manuscrit est à envoyer à : dominique.bodin@uhb.fr, sous deux formats :
1. sous format d’un fichier .doc et,
2. sous format d’un fichier .rtf

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/4/0/4/9782749211404.jpg

 

Mercredi 1 décembre 2010 - 18H. à 20H.

James Gammill

Invité par Simone Korff-Sausse et Karl Leo Schwering

« En supervision avec Mélanie Klein

Evocations de son enseignement et de sa personnalité. »

Renseignements et inscriptions

UFR Sciences Humaines Cliniques-Département de Formation Permanente

26 rue de Paradis- 75480 PARIS cedex 10 -  tel : 01 57 27 63 90

Formation continue : 15 euros -  Individuel : 10 euros -  Etudiant : 2 euros

 

 

Vendredi 3 décembre de 12H. à 14H.

Groupe de recherche sur l’approche psychanalytique du handicap

Les cliniques de l'extrême : nouvelles approches, nouvelles recherches, questions inédites.

Henri Jacques Stiker

Directeur de recherche, Paris 7-Denis Diderot,( Anthropologie historique)

Rédacteur en chef de la Revue Alter

Auteur de Corps infirmes et société, Dunod 2005

Et Les métamorphoses du handicap de 1970 à nos jours, PU Grenoble, 2009.

« Comment le handicap nous instruit sur nous-mêmes et sur la société ? »

U.F.R Sciences Humaines Cliniques. Université Paris Diderot, Paris 7

26 rue de Paradis, 75 010 Paris. (salle indiquée sur place) 

 

Lundi 6 décembre 2010 à 20 h 30

Séminaire Babylone

Simone Korff Sausse

« La première demeure. Les traces du prénatal dans l'oeuvre de Henry Moore »

Discutant : Maurice CORCOS

Institut Mutualiste MontsourisDépartement de Psychiatrie de l'Adolescent

42, Boulevard Jourdan-75014 Paris - Amphithéâtre de l'IMM, Hall d'accueil

M° Porte d'Orléans - RER Cité Universitaire (01.56.61.69.19 - Contact : HYPERLINK

"corinne.dugre-lebigre@imm.fr" corinne.dugre-lebigre@imm.fr)

 

 

 

14 décembre 2010- 19H 30 à 21H 30

Séminaire :Traumatisme, handicap et créativité

organisé par Simone Korff -Sausse et Régine Waintrater

2010-2011 : Figures du traumatisme et du handicap dans la littérature



UFR Sciences Humaines Cliniques -
Université Paris Diderot Paris 7

26 rue de Paradis, 75 010 Paris. (salle indiquée sur place) 




Françoise Neau,

Psychanalyste, Maître de conférences, UFR SHC, Paris 7. 


« La force de la faiblesse: au delà du handicap et du traumatisme ».


Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

1http://thefutureofthings.com/upload/items_icons/NanoArt-2006_large.jpg
http://thefutureofthings.com/upload/items_icons/NanoArt-2006_large.jpg

 

"The digital

image above by Chris Robinson is one of the contenders in the NanoArt 2006 Competition. Robinson is a visual artist who teaches digital and 3D art imaging at the University of South Carolina and is an NSF multidisciplinary investigator interested in the role of science and technology in contemporary culture".


Images & mirages @ nanosciences


La Fabrique Culturelle (CIAM)
Université de Toulouse-2 Le Mirail
du 8 au 16 décembre 2010
Les avancées des sciences de la matière, et tout particulièrement les nanosciences,
renouvellent considérablement la dialectique du visible et de l’invisible, de même qu’elles
interrogent sur la matière, ses potentialités, ses flexibilités. En permettant de concevoir,
d’observer et de fabriquer des objets à l’échelle nanométrique, de nouveaux outils
scientifiques de la connaissance offrent désormais au regard les images d’un « visible
invisible » relevant de la physique quantique. Ces images qui donnent accès au nanomètre
(un millionième de millimètre) et dont la présence dans le domaine de la vulgarisation
scientifique se fait de plus en plus intense, ne peuvent que renouveler le questionnement sur
le régime du voir comme sur les relations que celui-ci entretient avec le savoir et les
imaginaires. L’organisation du visible dont l’évolution est constante ouvre ainsi la voie vers
des représentations, des images et des objets imprévus et novateurs qui ne sont pas sans
interpeller les sciences humaines et sociales dans leur exploration de la cognition et de
l’esthétique.
Artistes et designers, physiciens et chimistes, biologistes et cogniticiens, philosophes et
sociologues, critiques d’art et galeristes sont invités, à partir de l’examen de la fabrication
des images et du travail de la matière, à croiser leurs regards, leurs connaissances et leurs
savoir-faire à l’occasion d’un colloque international (9 et 10 décembre) mais aussi d’une
exposition (8 au 16 décembre).
Le colloque analysera les impacts de certains outils scientifiques (comme les microscopes à
sonde locale), la dynamique de la représentation et de la simulation, les rapports entre le
perçu et le réel, les modalités de la réception et de l’interprétation de ce nouveau monde des
formes mais aussi les dérives cognitives voire commerciales. En s’appropriant ou en
détournant les images et les artefacts scientifiques, quel est l’ordre des significations que
leur apportent les artistes, que conservent-ils du contenu d’origine, quelles dimensions
originales leur confèrent-ils et de quels messages les chargent-ils ?
L’exposition dont le vernissage aura lieu le 8 décembre présentera les oeuvres des artistes
invités mais aussi un volet scientifique incluant l’accès à des nanodémonstrateurs. Certains
d’entre eux, conçus conjointement par des artistes et des scientifiques, donneront à voir – et
à ressentir – des effets de physique, de chimie et de technologie ayant lieu à de très petites
dimensions.
3
Comité scientifique de la manifestation
Anne Sauvageot, (LISST/CERS), Université Toulouse 2
Xavier Bouju, (CEMES), CNRS, Toulouse
Xavier Marie, (LPCNO), INSA, Toulouse
Comité d’organisation du colloque
Anne Sauvageot, (LISST/CERS), Université Toulouse 2
Xavier Bouju, (CEMES), CNRS, Toulouse
Xavier Marie, (LPCNO), INSA, Toulouse
Christian Satgé, Art Média, La Fabrique
Natacha Détré, (LISST/CERS), Université Toulouse 2
Nathalie Boudet, (CEMES), CNRS, Toulouse
La Fabrique Culturelle
Université de Toulouse-2 Le Mirail
5 allées Antonio Machado
31058 – Toulouse CEDEX 9
Accès
● A partir de l’aéroport Toulouse-Blagnac, Navette Centre Ville, arrêt Jean Jaurès ou
Gare Matabiau. Puis métro ligne A, direction Basso Cambo, Station Mirail Université.
La Fabrique se trouve à l’entrée de l’Université, rue Vauquelin.
● A partir de la gare Matabiau, métro ligne A, direction Basso Cambo, Station Mirail
Université. La Fabrique se trouve à l’entrée de l’Université, rue Vauquelin.
Pour tous renseignements complémentaires, contactez :
● Natacha Détré, chargée de production :
natacha.detre@free.fr - 06 61 54 74 85
● Nathalie Boudet, chargée de mission «Nano & Société » :
nathalie.boudet@cemes.fr - 05 62 25 79 86
Site internet de la manifestation
www.images-mirages-nanosciences.fr
Entrée gratuite, sous réserve des places disponibles (cf. bulletin d’inscription)
4
Programme du Colloque
Images & mirages @ nanosciences
9 et 10 décembre 2010
La Fabrique Culturelle (CIAM)
Université de Toulouse-2 Le Mirail
Jeudi 9 décembre 2010
8 h 45 : Accueil
9 h 15 : Introduction
Marie-Christine Jaillet, Vice Présidente du Conseil Scientifique de l’Université de Toulouse 2
le Mirail
Anne Sauvageot (LISST/CERS), Xavier Marie (LPCNO, INSA), Xavier Bouju (CEMES,
CNRS)
9h30 : Les échelles du visible
Les seuils nanométriques et les régimes du visible. Qu’est-ce que « voir » dans l’univers
quantique ?
Présidence : Christian Joachim
Intervenants :
Joël Chevrier, Université Joseph Fourier et Institut Néel, Grenoble, Pour faire le portrait d’un
électron
Giancarlo Faini, LPN, CNRS, Paris, Michel Paysant, artiste, Onlab, Paris, Redonner à voir
Bruno Lhonneur, Ophélie Frayssinet, Lycée Rive Gauche, Toulouse, 24 dollars rings -
Assemblages-formes
Pause
11h15 : Les outils du visible
Les microscopes et leur imagerie : les filtres du réel et du visible
Présidence : André Gourdon
Intervenants :
Alain Esteve, LAAS, Toulouse, Modélisation et représentation des nano et bionanotechnologies
Vincent Bontems, LARSIM, Paris, Le cycle de vie des images « nanos »
Grith Ruhland, artiste, Dresde, Pantoffel für Pantoffeltierchen
Alain Josseau, artiste, Toulouse, Starfighter
12h45 : Déjeuner
5
14h : Imager, représenter, simuler
Les modalités épistémiques et esthétiques des images
Présidence : Joël Chevrier
Intervenants :
Bruno Chaudret, LCC-CNRS, Toulouse, Formes et Organisations en Nanosciences :
l’exemple de la Nature
Annie Luciani, ICA, IPG, Grenoble, Du phénomène au modèle sensible : une cascade de
représentations. Le cas exemplaire de la sensorialisation virtuelle de nanophénomènes
Xavier Guchet, Nosophi, Université Paris 1, Des images ni vraies ni fausses
Alessandro Scali, artiste, Turin, Oltre le colonne d’Ercole
Pause
15h45 : Visions et visées artistiques sur les nanos
L’inscription d’une esthétique nanotechnologique dans le contexte scientifique et artistique
Présidence : Gérald Dujardin
Intervenants : Niki Baccile, LCMCP, Université Pierre et Marie Curie, Paris, Voyage dans les
nanosciences et l’art contemporain
Sacha Loeve, CETCOPRA, Université Paris 1, Les nano technologies comme question
esthétique
Stefano Raimondi, critique d’art, The Blank, Bergame, A new language : the paradox of
complexity analyzed through a nano lens
Boo Chapple, artiste, Sydney, Transjuicer 2
17h30 : Débat
Vendredi 10 décembre
9h : Transpositions et interprétations
Du macro au nano et inversement, quelles transpositions et interprétations pour le
scientifique, l’artiste et le public ?
Présidence : Xavier Guchet
Intervenants :
Christian Joachim, GNS CEMES-CNRS, Toulouse, Atomes ou Hylémorphisme
Christine Allamel-Raffin, IRIST, Université de Strasbourg, Interpréter dans les sciences et
les arts : points communs et différences
Muriel Lefebvre, LERASS, Université Toulouse 1, Sylvie Laval, IDETCOM, Université
Toulouse 1, Entre visibilité et invisibilité. Images des nanosciences et de leurs acteurs dans
les médias
Marie-Hélène Bouju, chorégraphe, Toulouse, Christophe Ruetsch, compositeur, Eole,
Toulouse, vdW
Pause
6
10h45 : Du scientifique à l’artistique
Les postures de l’artiste en milieu scientifique – résidence, collaborations, etc.
Présidence : Vincent Bontems
Intervenants : Jérôme Planes, INA, CEA, Grenoble, Sylvie Sauvaigo, MARA, CEA, Grenoble,
Valérie Legembre, artiste résidence CEA, EXEO, une résidence artistique dans un centre de
recherche
Laurence Ressier, LPCNO, INSA Toulouse, Alain Josseau, artiste, Toulouse
Nanolithographie d’un ciel étoilé… ou « quand l’infiniment grand devient infiniment petit… »
François Dufour, Lycée Rive Gauche, Toulouse, Assemblages-formes
12h30 : Déjeuner
14h : Du réel et de l’artificiel
Questionnements ontologiques : nouveaux concepts, nouvelles ruptures ?
Présidence : Annie Luciani
Intervenants :
André Gourdon, GNS CEMES-CNRS, Toulouse, Nanomachines moléculaires
Tiana Delhomme, LITUS, CEA Grenoble, Intervention et interfaces multisensorielles :de
l’intelligence ambiante à l’intelligence sensible
Paul Thomas, School of art, College of Fine Arts, University of New South Wales,
Paddington, Examining life at a nano level
Zoë Papadopoulo, artiste, Londres, Cathrine Kramer, artiste, Londres, The Cloud Project
Pause
15h45 : Langages et codes visuels des nanos
Conventions et espaces de liberté pour le scientifique et l’artiste
Présidence : Giancarlo Faini
Intervenants :
Gérald Dujardin, Institut des Sciences Moléculaires d’Orsay, Université Paris-Sud, Au delà
des images et des mirages
Vincent Dusastre, Revue Natural Materials
Chris Robinson, Art/NanoCenter, University of South Carolina, The artist as mediator in
Seeing Nanotechnology
17h15 : Débat

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

Corps, travail et statut social

L'apport de la paléoanthropologie funéraire aux sciences historiques

Body, Work and Social Status

The contribution of funerary paleo-anthropology in the historic sciences

Publié le vendredi 17 septembre 2010 par Marie Pellen

Résumé

L’archéologie funéraire fournit des données trop souvent insatisfaisantes sur l’identité des défunts. Si certaines sépultures, en particulier celles des élites, apportent des renseignements relativement précis, les sépultures des individus de rang plus modeste voire pauvre sont généralement moins lisibles. Parmi ceux-ci, les artisans sont particulièrement difficiles à identifier en raison de l’absence de données matérielles explicites, mettant ainsi en évidence les limites de l’archéologie.

Annonce

L’étude des ossements selon une approche paléoanthropologique – essentiellement paléopathologique – pourrait apporter des éléments nouveaux à ces recherches ; le diagnostic de pathologies caractéristiques de telle ou telle activité artisanale devrait pouvoir mener à l’identification professionnelle du défunt. Une identification sociale pourrait parallèlement être envisagée.
La table ronde proposée autour du thème CORPS, TRAVAIL ET STATUT SOCIAL vise tout d’abord à évaluer le potentiel de l’approche paléoanthropologique dans des études basées sur l’identification professionnelle et éventuellement sociale du défunt. Ensuite, l’élaboration d’une méthodologie pourra être envisagée. Enfin, il s’agira d’appliquer les résultats fournis par les études paléoanthropologiques aux problématiques historico-archéologiques (histoire sociale, histoire des mentalités, histoire des religions, iconographie, etc.). L’approche comparatiste (dans le temps et dans l’espace), solidement fondée sur l’universalité du sujet qu’est le corps, permettra de minimiser les lacunes spécifiques à chaque contexte chrono-culturel.

JEUDI 25 NOVEMBRE 2010

13 h 30 Accueil

14 h 00

  • Anne-Catherine Gillis (Halma-Ipel, Lille 3), Introduction : les artisans et la mort
  • Alain Caubet (Rennes 1), Les corps déformés par le travail (xixe-xxe siècle)
  • Georges Gillis (CHUV, Lausanne), Le vieillissement des travailleurs
Discussion — Pause

16 h 15

  • Édouard Felsenheld (UMR 8167, Paris IV-Sorbonne), Sport et travail dans les traités de Galien
  • Éric Boës (Inrap), La caractérisation du statut social des individus dans les hypogées de la Nécropolis d’Alexandrie est-elle possible à partir de l’examen des ossements ?
  • Valérie Delattre (Inrap), Lecture archéo-anthropologique du statut social du corps différent dans les communautés passées
Discussion

18 h 30 Fin de la 1ère session

VENDREDI 26 NOVEMBRE 2010

8 h 30 Accueil

9 h 00

  • Christiane Kramar (Genève), Apport de la paléopathologie à l’identification sociale des gens du passé : le mode de vie des populations galloromaines, d’Avenches (Vaud–Suisse)
  • Germaine Depierre (Université de Bourgogne, Dijon), Pathologies dues à l’utilisation répétée d’un membre inférieur
  • Antoine Drizenko (Lille 2), Le médecin Galien a-t-il délivré des « certificats de complaisance » pour exemption de travail ?
Discussion — Pause

11 h 15

  • Pascal Balin (Halma-Ipel, Lille 3), La musicienne sous le regard des médecins : un cas d’avortement dans le corpus hippocratique
  • Athina Chatzidimitriou (Ministère hellénique de la Culture), Craftsmen and other Manual labourers in the Attic Vase painting of the Archaic and Classical Period
Discussion

12 h 30 Déjeuner

14 h 00

  • Anagnostis Agelarakis (Adelphi University, New York), Auditory Exostoses, Infracranial Skeleto-muscular Changes and Maritime Activities at Thasos Island: a Nexus between Archaeo-anthropologic and Ethnohistoric Studies
  • Philippe Charlier (Hôpital de Garches), Lésions ostéo-articulaires liées au travail : apports mutuels de l’anthropologie médico-légale et de l’ostéoarchéologie
  • Anna Lagia (University of Chicago, Chicago), Health Inequalities in the Classical City: Skeletal
  • Evidence for Socioeconomic Differentials in the Polis of Athens during the Classical, Hellenistic and Early Roman Periods
Discussion — Pause

15 h 30

  • Paola Catalano (Beni archeologici di Roma), Lavorare a Roma in età imperiale : nuove prospettive dalle indagini antropologiche
  • Maria Luisa Lo Gerfo (Sicile), La momification en Sicile, lieux et pratiques funéraires :
  • expression et idéologie de la société
Discussion

17 h 30

William Van Andringa (Halma-Ipel, Lille 3), Conclusions

Fichiers attachés
Lieu
  • Villeneuve d'Ascq (59653) (Salle des Colloques, Maison de la Recherche, Université Lille 3)
Dates
  • jeudi 25 novembre 2010
  • vendredi 26 novembre 2010
Contact
  • GILLIS Anne-Catherine
    courriel : Anne-Catherine [point] Gillis (at) etu.univ-lille3 [point] fr
    Halma-Ipel–UMR 8164
    Université Lille 3
    Pont de Bois
    BP 60149
    59653 Villeneuve d'Ascq
  • AUBRY Christine
    courriel : christine [point] aubry (at) univ-lille3 [point] fr
    Halma-Ipel–UMR 8164
    Université Lille 3
    Pont de Bois
    BP 60149
    59653 Villeneuve d'Ascq
Url de référence
Source de l'information
  • Christine Aubry
    courriel : christine [point] aubry (at) univ-lille3 [point] fr

Pour citer cette annonce

« Corps, travail et statut social », Journée d'étude, Calenda, publié le vendredi 17 septembre 2010, http://calenda.revues.org/nouvelle17363.html

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

Séminaire Transmission, rituels et mémoire 

co-organisé par Régine Azria, Sabrina Mervin, Sophie Nizard

 

(2e et 4e mardis du mois de 15 h à 17 h du 9 novembre 2010 au 14 juin

salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris.

 

 

Programme

 

 

mardi 09/11  : séance d’introduction

 

mardi 23 /11 : Paolo Pinto,  Rituel, Corps et Expérience Religieuse dans le soufisme en Syrie                               contemporaine.

 

mardi 14/12  : Isabelle Jonveaux,  Transmission et initiation à la pratique ascétique dans la vie                           monastique contemporaine.

 

mardi 11/01    : Sabrina Mervin, "Vous n'effacerez pas notre mémoire" : les rituels de Achoura,                             approche comparative (Inde, Liban).           

 

mardi 25/01    : Agnès Devictor,  "Filmer la mort".  Filmer ses propres morts de guerre ou quand la                   construction cinématographique de la figure au martyr tend à occulter celle du                             cadavre. Etude du cas du cinéma iranien de la guerre Iran-Irak.

 

mardi 8/02      : Enric Porqueres, Noms, prénoms et identification familiale chez les Xuetes de                               Majorque au XVIIe siècle.

 

mardi 8/03     : Emma Aubin-Boltanski, Apparitions, visions et extases. Le corps à l'épreuve de                            l'image sainte.

 

mardi 22/03    : Anny Dayan-Rosenman, Transmettre l'absence obsédante des corps. Littérature et                      cinéma dans la transmission de la mémoire collective de la shoah.

 

mardi 26/04    : Régine Azria, Le deuil impossible ou  "l'absence obsédante des corps".                                        Ritualisations laïques et religieuses de la mémoire de la shoah.

 

mardi 10/05    : Nicoletta Diasio, Quel corps est en jeu dans la transmission ?

 

mardi 24/05    : Sophie Nizard, La transmission d'une pratique corporelle "discrète" : le bain                               rituel.

 

mardi 14/06    : séance de conclusion.

Voir les commentaires

Publié le par leblogducorps.over-blog.com

 

Publicado originalmente en EP3
Este documento tiene copyright.

http://www.filosofos.org

http://www.youtube.com/watch?v=0VpDiNB7VSk

 

Fragmento de Pornotopía de Beatriz Preciado

"En plena guerra fría, el joven Hugh Hefner crea la que pronto se convertiría en la revista para adultos más vendida del mundo: Playboy. Lo que el público desconoce es su pionera labor como artífice de las casas del placer: Playboy no era simplemente una revista de chicas con o sin bikini, sino un vasto proyecto arquitectónico-mediático que tenía como objetivo desplazar la casa heterosexual como núcleo de consumo y reproducción proponiendo frente a ésta nuevos espacios destinados a la producción de placer y de capital. Esta es la reflexión que Beatriz Preciado propone en su nuevo libro, Pornotopía, finalista del Premio Herralde y del que a continuación ofrecemos un revelador fragmento".

"7. La Mansión Playboy: La invención del burdel multimedia

El periodo de expansión global del capitalismo que siguió a la Segunda Guerra Mundial fue para Estados Unidos una bacanal de consumo, drogas e información. La economía de guerra que había conducido en Europa hasta el Tercer Reich y los campos de exterminio y en Estados Unidos hasta la bomba atómica, se había transformado en una economía de superconsumo. La sociedad norteamericana, confortablemente sentada en los salones de sus casas suburbanas, veía la tele mientras se comía los derivados de las tecnologías bélicas. La seguridad de la nueva vida que el capitalismo prometía residía en una pareja reproductiva, la propiedad privada de un recinto unifamiliar, un poco de césped, un interior doméstico con aire acondicionado, insecticidas, latas de conservas, plásticos, y un automóvil para desplazarse hasta las zonas comerciales.

Al analizar este periodo, Kristin Ross define como «privatización» el proceso por el que «las nuevas clases medias se replegaron en sus confortables interiores domésticos, cocinas eléctricas, recintos privados para automóviles; todo un mundo interior moldeado por una nueva concepción de la vida conyugal, una ideología de la felicidad ba sada en la nueva unidad de consumo de la clase media: la pareja, y la despolitización como respuesta al creciente control burocrático de la vida cotidiana». Es cierto que los esfuerzos de Playboy por reformular el espacio interior podrían interpretarse como parte de este proceso de privatización; sin embargo, sus finalidades y estrategias, paradójicamente, tienen muy poco que ver con esta noción de privacidad. Las fantasías de áticos urbanos y las mansiones Playboy representarán una alternativa radical a la vivienda unifamiliar de la década de 1950. Frente a la casa heterosexual como espacio reproductivo, Playboy va a dibujar una ficción erótica capaz de funcionar al mismo tiempo como domicilio y como centro de producción. Estos espacios Playboy no serán simples enclaves domésticos, sino espacios transaccionales en los que se operan mutaciones que llevarán desde el espacio doméstico tradicional que dominaba a principios del siglo xx hasta una nueva posdomesticidad característica de la era farmacopornográfica: un nuevo régimen de vida a la vez público y doméstico, hogareño y espectacular, íntimo y sobreexpuesto. Los espacios Playboy serán el síntoma del desplazamiento desde los interiores característicos de la modernidad disciplinaria (espacio doméstico, colegio, prisión, hospital, etc.) como cápsulas de producción de la subjetividad, hacia un nuevo tipo de interioridad posdisciplinaria.

Playboy y sus enclaves de invención de placer y subjetividad son cruciales en la transformación del régimen disciplinario en farmacopornográfico. El capitalismo farmacopornográfico podría definirse como un nuevo régimen de control del cuerpo y de producción de la subjetividad que emerge tras la Segunda Guerra Mundial, con la aparición de nuevos materiales sintéticos para el consumo y la reconstrucción corporal (como los plásticos y la silicona), la comercialización farmacológica de sustancias endocrinas para separar heterosexualidad y reproducción (como la píldora anticonceptiva, inventada en 1947) y la transformación de la pornografía en cultura de masas. Este capitalismo caliente difiere radicalmente del capitalismo puritano del siglo xix que Foucault había caracterizado como disciplinario: las premisas de penalización de toda actividad sexual que no tenga fines reproductivos y de la masturbación se han visto sustituidas por la obtención de capital a través de la regulación de la reproducción y de la incitación a la masturbación multimedia a escala global. A este capitalismo le interesan los cuerpos y sus placeres, saca beneficio del carácter politoxicómano y compulsivamente masturbatorio de la subjetividad moderna.

La Segunda Guerra Mundial, la extensión de la violencia como cultura del cuerpo y las transformaciones biotecnológicas habían contribuido a desarticular la red de percepciones y afectos que constituían el sujeto disciplinario. Sobre esta subjetividad maltrecha y postraumática vendrá a injertarse una nueva red sensorial y emocional facilitada por la economía de consumo y la cultura del ocio y el entretenimiento. La mutación farmacopornográfica comienza en el salón de cada casa.

Pronto, en medio de una guerra que cada vez parecía menos fría, el interior de la casa de Hugh Hefner atraerá una atención mediática sin precedentes. Exteriormente, nadie hubiera distinguido la Mansión Playboy entre otras casas señoriales del Gold Coast de Chicago de no ser porque la revista Playboy había abierto sus puertas a la mirada americana. Tras el frontispicio convencional de un edificio decimonónico se escondía el mayor polvorín sexual del mundo, o al menos eso era lo que la revista Playboy aseguraba.

En diciembre de 1959, Hefner compró una mansión señorial, de ladrillo y piedra, en el 1340 de North State Parkway, en el Gold Coast de Chicago, no lejos del lago Michigan. La casa había sido construida en 1899 por el arquitecto James Gamble Rogers, conocido por haber diseñado numerosos edificios institucionales, como la Universidades de Yale o Columbia, a finales del siglo xix, imitando las construcciones góticas europeas, utilizando acero recubierto de molduras y tratando la piedra con ácido para envejecerla. Pensada primero como edificio institucional y centro cívico, la casa, que había llevado hasta entonces el nombre de George S. Isham, había sido el centro de una vida social intensa a comienzos del siglo xx. Durante la Gran Depresión fue transformada en condominio de pisos, pero la segunda planta conservó su estructura para uso público, con su gran chimenea de mármol, salón de baile y cocina de hotel. Hefner decidió reformar sus casi 1.800 m2 y presentar la antigua casa en las páginas de la revista Playboy convertida no ya en un ático sino en un auténtico castillo urbano de soltero.

Los costes de las obras (3 millones de dólares) superaron con creces el precio de compra de la casa. Resulta interesante que, a diferencia de lo previsto en el diseño de Donald Jay para la primera casa Playboy, Hefner decidiera no tocar la fachada, que permaneció idéntica a la original. Los dispositivos de visibilización del interior previstos por Hefner era más sutiles y sofisticados que la fachada moderna de cristal transparente que los diseños de Mies van der Rohe habían popularizado en América. La revista, la televisión y el cine se convertirían en auténticas ventanas multimedia a través de las que acceder a la privacidad de la Mansión. Una vez más, Playboy ponía de manifiesto que lo específicamente moderno no era tanto la estética del cristal y el cemento como el despliegue de lo privado a través de los medios de comunicación".

Voir les commentaires

1 2 3 > >>

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog