Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog du corps

Actualité de la recherche sur le corps en SHS (ISSN : 2269-8337)

Publié le par leblogducorps.over-blog.com
Du Grain à moudre

Du Grain à moudre

Syndiquer le contenu par Hervé Gardette Le site de l'émission
Emission Du Grain à moudre

du lundi au jeudi de 18h20 à 19h

Ecoutez l'émission 39 minutes

Sport de haut niveau : où finit le corps, où commence la machine ? 3

12.07.2012 - 18:20 Ajouter à ma liste de lectureRecevoir l'émission sur mon mobile


 

 

A moins d’une énorme surprise, Oscar Pistorius ne reviendra pas des Jeux olympiques de Londres avec une médaille.

Engagé dans l’épreuve d’athlétisme du relais 4 x 400 m,  le sprinteur sud-africain, aux performances plus qu’honnêtes sur la distance (sous les 46’’), sans toutefois tutoyer les sommets, devrait se contenter d’un rôle de figuration.

Qu’importe : il aura l’occasion d’étancher sa soif de performances quelques jours plus tard, à Londres, toujours, cette fois lors des jeux Paralympiques.

Oscar Pistorius sera le grand favori du 100 m, du 200 m et du 400 : distances sur lesquelles il est le tenant du titre.

Agé de 25 ans, Pistorius est un cas à part dans le monde du sport de haut niveau.

Amputé des 2 jambes -suite à une malformation- quelques mois seulement après sa naissance, venu sur le tard à l’athlétisme (il a 17 ans), le jeune homme, équipé de prothèses en fibres de carbone, va très vite surclasser ses rivaux handicapés, et revendiquer le droit de courir avec les valides. Un droit qui lui sera longtemps refusé, pour concurrence déloyale, ses prothèses étant censées lui donner un avantage sur ses concurrents.

Bernard Andrieu et Stéphane Proia I.Diakité ©Radio France

Ce n’est plus le cas désormais.

Oscar Pistorius l’a appris il y a tout juste une semaine : à Londres, il pourra courir aux côtés des valides.

Une présence aux JO passionnante à plus d’un titre : par sa portée symbolique pour les personnes handicapées ; mais aussi et surtout par les questions universelles que soulève cet athlète si particulier, involontairement chargé de redéfinir à lui seul les nouvelles frontières de l’humain.

« Sport de haut niveau : où finit le corps, où commence la machine ? »

C’est notre sujet du jour :

 

 

Invité(s) :
Bernard Andrieu, professeur en épistémologie du corps et des pratiques corporelles à l'Université Nancy 1
Stéphane Proia, psychologue, clinicien et psychothérapeute
Eric de Léséleuc, maître de conférences à l'Université Montpellier 1

Thème(s) : Idées| Sciences| Sport

Document(s)

Commenter cet article

Categories

Recent posts

Hosted by Overblog