Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 Le Blog du corps

Actualité de la recherche sur le corps en SHS (ISSN : 2269-8337)

Le corps révolté

Appel à communications
  
Le corps révolté. Ethnographies des actions collectives urbaines
  
Gabriela Coman, PhD
  
Atelier proposé dans le cadre du Colloque international de l’ACSALF, Crise et mise en crise
23-26 octobre 2012, UQAM, Montréal (www.acsalf.ca)
  
Depuis quelques années, le nombre de protestations dans le monde entier augmente de manière exponentielle (Bertho, 2012). Qu’il s’agisse de soulèvements contre les régimes politiques en place, d’oppositions aux plans (inter)nationaux de restructuration économique ou de résistances contre l’exploitation polluante des ressources naturelles, cette multiplication des formes d’action collective indique le franchissement des limites de l’acceptable et le glissement vers un au-delà de la négociation politique (Fassin, 2005).

Plus qu’auparavant, la ville est devenue le théâtre de ces actions et cela tant pour celles et ceux qui n’ont pas de moyens institutionnels pour exprimer leur mécontentement (Bayat, 2010), que pour celles et ceux qui déplacent les conflits de travail en milieu urbain. Comme le remarque David Harvey (2012), les lieux publics de la ville sont devenus des sites incontournables de la contestation. Pensons à titre d’exemple aux travailleurs grecs et espagnols qui manifestent dans les rues des grandes villes, aux révoltes des Tunisiens, à l’occupation de la Place Tahir par les Egyptiens, aux flash-mobs des étudiants chiliens, aux confrontations dans les rues de Téhéran entre les critiques et les représentants du régime en place, aux mouvements M15/Indignados ou Occupy Wall Street déclinés sous diverses formes dans plusieurs pays.
Il s’agit en même temps d’une rencontre entre l’espace intime qu’est le corps et l’espace (du) commun représenté par les lieux publics de la ville. De l’immolation de Mohamad Bouazizi en Tunisie au suicide d’un retraité grec, en passant par les grèves de la faim annoncées par les étudiants québécois et les luttes avec les policiers, on assiste à une mobilisation publique et politique des corps. En marche ou occupant des lieux, déguisés ou non, de différents âges et genres, subissant des violences, les corps révoltés rendent compte des rapports de pouvoir au sein de la société.

Cet atelier propose de regarder les vagues protestataires des dernières années en explorant leurs expressions physiques dans la ville. Plus particulièrement, cet atelier entend questionner les dimensions spécifiques attachées à la manifestation publique des mécontentements et des revendications dans l’espace urbain à travers la présence corporelle et ses corollaires, tels que la voix et la parole. Le corps avec ses expressions visibles ou audibles est ainsi posé comme un « opérateur social », à la fois révélateur des configurations sociales, des identités individuelles et de leurs transformations, et instrument pour façonner la société (Balandier, 2004). Quelle est la portée de cette corporalisation collective de la protestation dans les contextes sociopolitiques récents ? En quoi cela nous informe-t-il sur les rapports au politique et aux dispositifs institutionnels existants ? De quelle manière cette mise en commun des corps contribue-t-elle à la construction d’un espace politique commun, comme le suggère David Harvey (2012) ?

Nous invitons les chercheur-e-s à proposer des ethnographies de protestations urbaines menées dans divers espaces géographiques, politiques et culturels, qui utilisent une pluralité d’approches théoriques et méthodologiques. L’objectif de l’atelier est de mettre en dialogue ces expériences diverses dans une perspective comparative, qui pourrait nous permettre de dégager des réflexions sur les ressemblances entre ces manifestations. Les propositions pourront s’inscrire dans une des directions suivantes, celles-ci n’étant toutefois pas exclusives : 1) mise en scène du corps révolté ; 2) corps protestataire et rapport à l’espace urbain ; 3) corps policier et corps révolté ; 4) vie quotidienne dans les « zones occupées ».
 

Bayat, Asef, 2010, Life as Politics. How Ordinary People Change the Middle East, Stanford University Press, California.

Balandier, Georges, 2004, « Ce que « disent » le corps et le sport », Corps et culture [En ligne], Numéro 6/7 |  2004.
Bertho, Alain, 2012, Interview, Émission « Les matins de France Culture », France Culture, 14 février 2012
Fassin, Didier, 2005, « L’ordre moral du monde. Essai d’anthropologie de l’intolérable », Les constructions de l’intolérable. Études d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, sous la dir. de Didier Fassin et Patrice Bourdelais, La Découverte, Paris, p. 17-50.

Harvey, David, 2012, David Harvey at Occupy London / November 12, 2011 / International Day of Solidarity, http://vimeo.com/32069224

 
Pour participer à cet atelier, veuillez envoyer le plus tôt possible le titre de votre communication, de même que votre affiliation. Un résumé sera ultérieurement requis. L’adresse de correspondance est gabriela_coman@hotmail.com.



Gabriela COMAN
Département de Sociologie
Université de Montréal
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article