Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'ai avorté et je vais bien merci

21 Avril 2012 , Rédigé par leblogducorps.over-blog.com

 

C'est l'histoire d'un groupe de femmes qui en ont marre de s'entendre dire qu'elles vont mal
C'est l'histoire de l'appel lancé il y a un an pour dire qu'

elles ont avorté, et elles vont bien merci !

C'est l'histoire du blog qui a suivi pour laisser la place aux témoignages
Ce sont surtout ces histoires de femmes qui ont avorté et qui vont bien
qui ont fait 
un choix qui doit être respecté, 
qui ont exercé leur droit et ne sont ni inconséquentes ni idiotes

C'est enfin 
un livre issu de ces témoignages
qui sort aujourd"hui dans toutes les bonnes librairies
ou sur le site des éditions La Ville Brûle
Lire la suite

Phia Ménard

20 Avril 2012 , Rédigé par leblogducorps.over-blog.com

 

Phia Ménard
In “P.P.P.” (Perillous Parallel Position) transgender artist Phia Ménard, while manipulating with near half a ton of ice at the theatre Scena Travno, touched the audience with her intimate stage confession dedicated in her final address to the festival director Ivan Kralj, and the message “Do not let him leave”. She emphasized how this is one of the rare festivals with real understanding of artists
www.villette.com/.../HautesTensions-2012-Cie-Non-Nova-Phia-Mena...
Cie Non Nova/Phia Ménard - "Vortex" ... Parking : Parc de la Villette nord ... de quelques bouts de scotch et d'une arène de ventilateurs, Phia Ménard dirige une ...

Le Vortex est une circulation tourbillonnaire aussi appelée " oeil du cyclone"... Phia Ménard s'y engouffre et engage un corps à corps trouble, ambigu et fascinant avec une matière impalpable, imprévisible et indomptable : le vent.

Au-delà d'une performance, Vortex est une allégorie de la naissance et de la vie. De cet instant qui nous montre tel que l'on est sans carapaces, ni oripeaux. "...C'est le vent qui déshabille, qui retire les couches, qui effeuille qui érode le corps... pour en définitive laisser apparaître ce qu'il est vraiment." Phia Ménard

Vortex pose la question de l'identité : sous combien de couches nous cachons-nous, nous protégeons-nous ? Qui de la surface ou de la profondeur de l'Être sommeille en nous ? Comment échapper à l'emprise des artifices pour laisser paraître ce que nous sommes ?

 

Que fait-on de toutes ces matières qui nous entourent, nous enserrent, nous polluent ? Vortex de la Cie NON NOVA - Photo Jean Luc Beaujault
Que fait-on de toutes ces matières qui nous entourent, nous enserrent, nous polluent ? Vortex de la Cie NON NOVA - Photo Jean Luc Beaujault
Lire la suite

Est-ce le corps qui danse ?

19 Avril 2012 , Rédigé par leblogducorps.over-blog.com

 

Giovanni Lista, Francesco Vezzoli, un artiste vezzoso
Doïna Lemny, Brancusi : « La sculpture nous fait danser »
Pilar Saltini, La peinture est une conquête

DOSSIER : PHOTOGRAPHIE & DANSE
Michelle Debat, Photographie & danse
Michelle Debat, L'oiseau comme figure de la danse
Odile Duboc, Vols d’oiseaux
Anne Nordmann, La cartographie du réel
Odile Duboc, L’instantané chorégraphique
Michel Guérin, La trans(e)-parence, (éclair vs écran)
Philippe Guisgand, Ce que la photographie dit à la danse
Julie Perrin, Le chorégraphique traversé par la photographie. À propos du temps dans la composition : Rainer, Paxton et Charmatz
Patricia Brignone, Danse & photographie : éloge de l’indiciel
Myriam Gourfink et Françoise Rognerud, La danseuse photographe : la photographie comme « état de témoin »
Alix de Morant, « Io e un altro : deux femmes, une seule peau »
Christian Gattinoni, Toutes sortes de corps en transit images
Bernard Andrieu, Est-ce le corps qui danse ?
Jacqueline Salmon, Tout mouvement regardé avec l’intention de regarder de la danse
Corinne Mercadier, Ce qu'a vu la photographie
Daniel Linehan, Faire c’est non pas dire mais c’est montrer …, à propos de Montage for Three (2009) de Daniel Linehan
Danièle Meaux, Le livre de photographies comme espace d’une chorégraphie (à propos de Prague de Magdi Senadji)
Isabelle Giovacchini, Révérences
Mathias Auclair, Les danseuses de l’Opéra de Paris et la photographie (1860-1914)
CosimoChiarelli, Etienne Bertrand Weill, danseur d’images
Louise Provencher, Échographie(s). Ou de quelques images de l’écoute
Michelle Debat, Où il est question de « danseuses absolues »
Daniel Dobbels, La photographie est
Mathilde Monnier, À partir de la danse…
Edwige Phitoussi, Processus imageants dans la recherche chorégraphique d’Alban Richard
Jacinto Lageira, João Fiadeiro. Repli dans le noir
Germana Civera, L’image en partage : à propos de Splendeur inespérée de Germana Civera

Lire la suite

PENSER LE CORPS

18 Avril 2012 , Rédigé par leblogducorps.over-blog.com

Livre électronique 4 | 2004 - Penser le corps - Méthodos
Détails
Contributeur : UMR 8519 - Savoir et textes (Auteur)
Publication : 02/05/2004
Langue : Français
Éditeur : Savoirs textes langage - UMR 8163
Revue : Méthodos
ISBN 10 : 2-82180-448-2
ISBN : 978-2-82180-448-7

 

UNIVERSITE DE GAFSA

INSTITUT SUPERIEUR DES ETUDES APPLIQUEES EN HUMANITES DE GAFSA

DEPARTMENT D’ANGLAIS

Colloque International

PENSER LE CORPS

dans la pensée, l’art et la langue 

22-23-24 Novembre 2012

Argumentaire

     Si le corps dans ses simples manifestations, est la forme de notre présence dans ce monde, toutes les questions qui s’y posent et toutes les problématiques qu’il  relève, constituent un point d’intersection entre plusieurs disciplines  comme la philosophie, l’anthropologie, la psychologie, la sociologie, la religion, la médecine, la linguistique, l’intelligence artificielle, la science de l’informatique.

      En effet, même si le degré de l’attention accordée par ces disciplines se différencie de l’une à l’autre et se distingue même d’une culture à l’autre, le corps demeure tout de même un sujet singulièrement interverti. Certes, leurs réponses à la question du corps, peuvent être une « géographie culturelle » en retenant les diverses significations que pourrait prendre le terme « géographie ».

     Ainsi, nos conceptions et nos perceptions émanent de nos corps et constituent, en conséquence, le fondement de cette notion dite « géographie culturelle ». Les dualités comme le sacré et le profane, le désir et le mal, le bon et le mauvais, le centre et la marge, le pur et l’impur, et même la féminité et la masculinité, ne sont que des dualités versatiles d’une société à une autre, même si elles entretiennent une parenté biologique. Ceci désigne que nous ne pouvons ni vivre ni penser hors de nos corps parce qu’il est, non seulement l’objet de pensée, mais aussi la pensée elle-même. C’est avec nos corps que nous existons et  que nous pouvons concevoir l’existence aussi bien pour nous-mêmes que pour les autres. Il s’agit de percevoir cette existence et de la faire apercevoir aux autres. Mieux encore, nous apercevons, d’une part, des signes sémiotiques ayant des significations variables et nous concevons de l’autre, l’existence et nos corps sous forme de percepts, de concepts et de métaphores qui sont utiles à notre survie.

     Le corps a, donc, ses propres questions, voire tout ce qui  inquiète et incite toute culture à réagir ou à être déstabilisée. Des questions qui l’embrouillent et l’obligent à briser son silence. D’ailleurs, l’histoire culturelle témoigne, en Occident comme en Orient, d’une relation qui oscille entre la marginalisation et l’apprivoisement, entre l’esclavagisme et la reconnaissance, ce qui signifie, en somme, que cette relation représente en soi une problématique.

     Ainsi, « le corps pense » et « penser le corps » posent conjointement plusieurs questionnements qui émergent avec le développement de plusieurs champs de réflexion. Ce colloque tente d’aborder des différentes problématiques se rapportant au corps selon les idées réparties à travers cet argumentaire. Parallèlement, bien qu’il ne soit pas de nature à remplir toutes les promesses qui ont été énoncées, il compte, essentiellement, participer à l’élaboration d’une lecture illuminative d’une partie de la problématique du corps selon les axes suivants sans exclure d’autres pistes de réflexions :

 

Ecrire le corps et le corps écrit

-Le corps dans le poème

-Le corps narrateur et le corps narré

-Le corps dans le théâtre

Le corps et la question de la divergence

-Le corps dans le langage

-Le corps et la métaphore

- Le corps et la publicité

             -Le corps et l’idée de l’ordre

******************

Ce colloque est organisé par le département Anglais a  l'Institut supérieur des études appliquées en humanités de Gafsa (ISEAHG – Tunisie).

Les propositions de communication sont à envoyer, avant le 30 Juin 2012, en fichier joint (format WORD) aux adresses suivantes : zitzit@excite.com. Les communications peuvent être en Français ou en Anglais ou en Arabe Les participants seront informés de leur participation avant le 31 Juillet 2012.

Elles comporteront un titre et un résumé de 200 mots, qui précisera le sujet, le corpus d'étude et l'approche proposée. Elles comporteront aussi des informations pratiques (nom, prénom, institution, adresse postale, téléphone et adresse électronique).

Responsable : Institut supérieur des études appliquées en humanités de Gafsa

Adresse : Institut Supérieur des études appliquées en humanités de Gafsa, Cité des Jeunes, 2100 Gafsa

 

 

Responsable : Zitouni Hatem

 

Adresse : Cité des Jeunes 2133 Gafsa- Tunisie

Lire la suite

Le corps de l'enseignant

17 Avril 2012 , Rédigé par leblogducorps.over-blog.com

Appel à contribution

Mercredi 15 août 2012

Le corps de l’enseignant : gestes, voix et postures

Publié le lundi 16 avril 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Appel à contributions, Synergies France n° 11. Le numéro 11 de Synergies France portera sur le corps de l’enseignant : gestes, voix et postures. Les contributions pour ce numéro de la revue Synergies France devront traiter du corps et / ou de la voix de l’enseignant. Les contributeurs provenant de disciplines comme la didactique et les sciences de l’éducation sont bien sûr les bienvenues ainsi que d’autres disciplines telles que la médecine, l’orthophonie, la phonétique, la psychologie, les études de la gestuelle, etc. Il sera question de la formation des enseignants mais aussi, plus généralement du corps dans la classe. Les études visant à décrire la voix et / ou la gestuelle didactique sont encouragées ainsi que les études plus expérimentales sur l’impact de la voix ou de la gestuelle sur la transmission et l’apprentissage.

Annonce

Appel à contributions, Synergies France n° 11 : “Le corps de l’enseignant : gestes, voix et postures”

« […] l’enseignement n’est pas qu’une question de savoir. Les mots sont dits par une personne qui s’adresse à d’autres personnes. Ils sont portés par une voix, une intention et une présence physique. Le savoir n’est pas le seul élément constituant de l’enseignement qui est, ne l’oublions pas, une forme orale non détachée de la personne qui l’énonce. » (Cicurel, 2011 : 6).

Argumentaire 

Tout comme le comédien, l’enseignant utilise son corps et sa voix comme outils de travail, à la fois en tant que stratégie de transmission et en tant qu’outil d’animation. Cependant, le corps de l’enseignant et en particulier les techniques de la voix et de la gestuelle constituent un “angle mort” des recherches en éducation et en didactique. En formation des maitres comme à l’université, les heures accordées à la formation sur ce thème sont souvent assurées par des intervenants dont la voix est certes un outil privilégié (chanteurs, acteurs…) mais qui n’ont qu’une connaissance limitée du milieu d’exercice des enseignants. En conséquence, il subsiste un décalage entre leurs propositions de formation et la réalité des situations professionnelles. La gestuelle, quant à elle, est souvent considérée à tort comme accessoire. Or, son impact sur la compréhension en langue maternelle comme étrangère, sur l’apprentissage et sur la mémorisation est tel (Tellier, Alibali, Hostetter) qu’il est regrettable qu’elle n’occupe pas une place plus importante en formation.

Les contributions pour ce numéro de la revue Synergies France devront traiter du corps et/ou de la voix de l’enseignant. Les contributeurs provenant de disciplines comme la didactique et les sciences de l’éducation sont bien sûr les bienvenues ainsi que d’autres disciplines telles que la médecine, l’orthophonie, la phonétique, la psychologie, les études de la gestuelle, etc.

Il sera question de la formation des enseignants mais aussi, plus généralement du corps dans la classe. Les études visant à décrire la voix et/ou la gestuelle didactique sont encouragées ainsi que les études plus expérimentales sur l’impact de la voix ou de la gestuelle sur la transmission et l’apprentissage.

Les différents axes proposés sont les suivants (ils peuvent bien entendu être combinés entre eux) :

1. Voix de l’enseignant : caractéristiques et pathologies

1.1- La voix de l’enseignant et ses caractéristiques prosodiques et acoustiques

L’INSERM (2006 : 139) définit la voix didactique comme une voix projetée (65 à 80 dB), mise en place lorsque le locuteur a l’intention d’agir sur l’auditeur (intéresser, faire passer un message, expliquer, convaincre, enthousiasmer…). En situation de classe, l’enseignant est amené à projeter sa voix de façon prolongée (Rantala et coll., 1998 ; Sapienza et coll., 1999). Les caractéristiques prosodiques de la voix de l’enseignant varient en fonction du public à qui il s’adresse, en fonction de la disposition de l’auditoire et des conditions environnementales particulières.

Dans cet axe, les contributions porteront sur la description de la voix didactique dans différentes conditions (par exemple : modulations de la voix d’un même individu dans des conditions sonores différentes) ou dans différentes fonctions pédagogiques (voix lors de la gestion de classe vs dans la délivrance de consignes vs dans l’explication…).

1.2- L’effort vocal et les pathologies de la voix chez l’enseignant

L’effort vocal est une des caractéristiques évidentes de la profession d’enseignant à la fois du point de vue de la durée d’utilisation de la voix et de l’intensité vocale requise. Les problèmes de voix de l’enseignant sont fréquents et ils génèrent une forme de souffrance au travail. Les arrêts de travail consécutifs aux troubles de la voix représentent ainsi un réel enjeu de santé publique (Inserm, 2007).

On peut définir l’effort vocal de façon globale comme une tentative d’adaptation de l’enseignant à l’ensemble de ces contraintes ; le forçage vocal peut lui être défini comme un effort excessif associé à un risque de complication (Garnier, 2007).

Dans cet axe, les contributions porteront sur les caractéristiques de l’effort vocal et l’impact de certains paramètres (stress, bruit ambiant) sur cet effort.

2. Posturo-Mimo-Gestuelle de l’enseignant : aspects, fonctions, impacts

2.1- Le geste pédagogique

Le geste pédagogique (ou GP), au sens où nous l’entendons, est principalement un geste des bras et des mains (mais il peut aussi être composé de mimiques faciales) utilisé par l’enseignant dans un but pédagogique (Tellier, 2008).

La matière enseignée peut avoir un impact sur la quantité de gestes produits, sur la taille de l’espace gestuel utilisé tout comme sur l’iconicité des gestes (Tellier, 2008 ; Mahut et al., 2005 ; Alibali et al., 1997 ; Goldin-Meadow, 1999 ; Singer et al., 2005 ; notamment).

Dans cet axe, les contributions pourront porter sur la fonctionnalité du GP, sur des comparaisons de la gestuelle d’un enseignant dans différentes conditions ou sur la gestuelle de différents enseignants dans la même condition. Les études expérimentales sur l’impact du geste de l’enseignant sur la compréhension et la mémorisation des savoirs par l’apprenant seront également les bienvenues.

2.2- Les postures, la gestion de l’espace classe

Ces différents aspects du non-verbal en classe ont été décrits dans divers travaux sur l’éducation en général déjà anciens (Grant et Grant Hennings, 1971 ; De Landsheere et Delchambre, 1979, parmi d’autres). Dans les années 80, plusieurs chercheurs semblent s’intéresser à la communication non verbale en classe de langue. Les manifestations étudiées sont vastes et revêtent des appellations différentes. Ainsi Ferraõ Tavares (1985) parle d’« interactions comportementales » ou de « comportements kinésiques », Foerster (1990) étudie les comportements proxémiques et leurs rôles fonctionnels dans la classe.

Dans cet axe, les contributions pourront porter sur les déplacements de l’enseignant, l’utilisation du tableau, les différentes postures en fonction des tâches pédagogiques, etc.

2.3- Le visage de l’enseignant

Le visage de l’enseignant est un élément encore trop peu étudié.

Beattie (1977) reconnait l’apport du geste dans les interactions entre enseignant et apprenants et explique comment l’enseignant peut encourager silencieusement (sourire, acquiescement, contact visuel, etc.) l’élève en train de produire un énoncé oral en langue cible. Péchou et Lange (1988) argumentent en faveur de la mimique faciale ; plus largement ce qu’elles appellent le mimo-gestuel (sourires, acquiescements du regard, hochements de la tête mais aussi froncements des sourcils, visage fermé, négation de la tête…), qui traduit l’humeur de l’enseignant et a une influence considérable sur les apprenants et leur participation en classe. Ces signaux, que l’on nomme signaux de feedback ou de backchannel en linguistique, jouent un rôle déterminant sur le déroulement d’une interaction et traduisent l’adhérence ou l’absence d’adhérence de l’interlocuteur aux propos du locuteur.

Dans cet axe, les contributions pourront porter sur une typologie fonctionnelle des expressions faciales de l’enseignant, sur la façon dont le regard coordonne les tours de parole, sur le fonctionnement général des signaux de feedback.

3- Le geste et/ou la voix en formation de formateurs

Un enseignant à l’aise avec sa voix et avec son corps et qui n’est pas en situation de forçage est plus à l’aise dans sa pratique et est plus agréable à écouter. Il serait vain de croire que l’enseignant novice possède naturellement des qualités pédagogiques, qu’il sait d’instinct utiliser sa voix sans l’abimer et mouvoir son corps de manière appropriée. La formation initiale s’en préoccupant peu, tout porte à croire que la « fée pédagogique » (Tagliante, 1994 : 63) s’est penchée sur le berceau du futur enseignant et lui a transmis le don d’utiliser sa voix et ses gestes à bon escient. Or, il apparait fondamental d’agir en amont, c’est-à-dire au niveau de la formation de formateurs et notamment de la formation initiale (Cadet et Tellier, 2007).

Les contributions pour cet axe porteront sur la présentation de dispositifs de formation sur la gestuelle et/ou la voix, sur des retours d’expériences, sur les résultats de formations professionnelles spécialisées, etc.

Coordination du numéro :

Lucile Cadet (Laboratoire Structures Formelles du Langage, UMR 7023/ Université Paris 8) et

Marion Tellier (Laboratoire Parole et Langage, UMR 7309 / Université d’Aix-Marseille)

  • Les articles seront prioritairement rédigés en langue française.
  • Les doctorants et jeunes chercheurs sont cordialement encouragés à proposer des articles.
Modalités de soumission

Les auteurs sont invités à envoyer leurs propositions de contributions (article complet) par courrier électronique à la rédaction (synergies.france@gmail.com)

avant le 15 aout 2012.

Les propositions devront comporter les références institutionnelles et scientifiques des auteurs, un titre explicite, un résumé significatif présentant notamment la démarche de recherche suivie et ses principaux résultats, de 3 à 5 mots-clés ainsi qu’une bibliographie permettant d’identifier le cadre théorique.

Chaque article sera évalué anonymement par deux membres du comité de lecture et un retour sera communiqué à tous les auteurs de propositions. Pour celles recueillant au moins un avis favorable, des consignes complémentaires sur le format de soumission des articles et des demandes d’éventuelles modifications seront indiquées aux auteurs et l’article dans sa forme définitive devra être envoyé à la rédaction pour début le printemps 2013 au plus tard. Il subira alors une seconde évaluation en double anonymat avant avis définitif sur sa publication.

La parution du numéro est prévue pour juin 2013.

Pour la rédaction des articles, les auteurs seront priés de bien vouloir se conformer dès l’envoi des propositions aux Spécifications rédactionnelles ci-après.

Comme de plus en plus de revues francophones, Synergies France applique les rectifications orthographiques proposées en 1990 par le Conseil supérieur de la langue française, recommandées par l’Académie dans sa dernière édition. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site : http://www.orthographe-recommandee.info/

Comités Synergies France

Constitution de l’équipe

  • Rédacteurs en chef : Dominique Ulma et Francis Yaiche
  • Secrétaire de rédaction : Claudine Bassou-Chpak

Comité scientifique

  • Évelyne Bérard (Directrice du CLA, Besançon)
  • Claude Condé (PU, Université de Franche-Comté)
  • Jean-Pierre Cuq (PU, Université de Nice Sophia Antipolis, Pdt de la FIPF)
  • Jean-Louis Dufays (PU, Université Catholique de Louvain, Belgique)
  • Salah Mejri (PU, Paris XII)
  • Muriel Molinié (MCF, Université de Cergy-Pontoise)
  • Teresa Muryn (PU, Université Pédagogique de Cracovie, Pologne)
  • Alain Rabatel (PU, Université de Lyon)
  • Jean-Paul Roumegas (CNOUS, Paris)
  • Laurence Siberry (MCF, Stranmillis University College, Belfast, Irlande du Nord)
  • Dominique Ulma (MCF, Université d’Angers)
  • Francis Yaiche (PU, Université Paris V)

Comité de lecture permanent

  • Cécile Bruley (Université Paris III)
  • Claudine Chpak (CLA, Besançon)
  • Claude Cortier (ENS LSH, Lyon)
  • Jean-Pierre Cuq (FIPF)
  • Fred Dervin (Université d’Helsinki, Finlande)
  • Jean-Louis Dufays (Université Catholique de Louvain, Belgique)
  • Chantal Forestal (Université d’Aix-Marseille l)
  • Greta Komur (Université de Haute Alsace)
  • Jacqueline Lafont-Terranova (Université d’Orléans)
  • Aleksandra Ljalikova (Université de Tallinn, Estonie)
  • Teresa Muryn (PU, Université Pédagogique de Cracovie, Pologne)
  • Alain Rabatel (PU, Université de Lyon)
  • Muriel Molinié (Université de Cergy-Pontoise)
  • Valérie Spaëth (Université de Franche-Comté)
  • Dominique Ulma (Université d’Angers)
  • Monica Vlad (Université Ovidius Constanta, Roumanie)
  • Francis Yaiche (Université Paris V)

Mots-clés
  • gestes, corps, voix, enseignant, enseignement, formation
Fichiers attachés
Date limite
  • mercredi 15 août 2012
Contact
  • Marion Tellier
    courriel : marion [point] tellier (at) lpl-aix [point] fr
Source de l'information
  • Marion Tellier
    courriel : marion [point] tellier (at) lpl-aix [point] fr

Pour citer cette annonce

« Le corps de l’enseignant : gestes, voix et postures », Appel à contribution, Calenda, publié le lundi 16 avril 2012, http://calenda.revues.org/nouvelle23496.html

Lire la suite

Chris Salter

15 Avril 2012 , Rédigé par leblogducorps.over-blog.com

 

 

Textes et documents rassemblés par Jean-Marc Larrue et Marie-Madeleine Mervant-Roux
Ce dossier sur le son au théâtre, que Théâtre / Public publie en deux volets - le premier, intitulé “Le passé audible”, dans le présent numéro, le second “Dire l’acoustique”, dans le n°199 - combine l’histoire du théâtre à l’étude des médias et des technologies. Plus précisément, en analysant certaines des modalités d’intégration du son médiatisé, ou « son reproduit », sur la scène (de la fin du XIXe siècle à aujourd’hui), il vise à redonner à la dimension sonore du théâtre sa place essentielle. Car si le théâtre est le lieu où l’on voit, il a toujours été aussi - et tout autant - le lieu où l’on entend.

 

 

Premier chantier
Penser le son histoire, archives, témoignages
Jonathan Sterne, Daniel Deshays, Serge Cardinal, Frédéric Dallaire et Joël Huthwohl.

Deuxième chantier
Fin XIX - début XXe siècle : le tournant acoustique
Patrick Feaster, Melissa Van Drie, Stéphane Tralongo et Marion Denizot.


Troisième chantier
Scène, intermédialité et technologies audio
Jean-Marc Larrue, Giusy Pisano, Marie-Madeleine Mervant-Roux, Réal La Rochelle, Chris Salter et Eric Vautrin.

Quatrième chantier
Le théâtre et les arts du son
Mireille Brangé, Justine Martini, Laura Odello, Mathilde Sobottke, Laure Fernandez, Jeanne Bovet et Yukie Mase.


Et un hommage à Laurent Terzieff
Texte de Jean-Pierre Jourdain, photos de Bernard Michel Palazon.

Notes
Gérard Lépinois :

Sur la peinture de Lucian Freud
Qu’est-ce qu’une économie irréelle ?
Photo de couverture
La scène du Monument-National,boulevard Saint-Laurent, à Montréal.
Photo et montage : Hugo B. Lefort

 

Justement, en consultant ces derniers jours les numéros de Théâtre/ Public consacrés au son, TGarden, une création des collectifs Sponge et FoAM, et Schwelle, de Chris Salter et Michael Schumacher.


Peut-être les connaissez-vous déjà, dans tous les cas cela pourrait vous intéresser. Voici des liens expliquant leur travail:
http://www.chrissalter.com/projects.php
http://hexagram.concordia.ca/~xinwei/sponge.org/projects/m3_tg_intro.html


Voir  ce qu'écrit Chris Salter dans son article à propos de ces deux créations (« Dramaturgies du son. Conception sonore interactive pour la performance sur scène », Théâtre/ Public, n° 197, « Le son au théâtre – I. Le passé audible », mars 2010, p.73-76).

Lire la suite

Le corps révolté

13 Avril 2012 , Rédigé par leblogducorps.over-blog.com

Appel à communications
  
Le corps révolté. Ethnographies des actions collectives urbaines
  
Gabriela Coman, PhD
  
Atelier proposé dans le cadre du Colloque international de l’ACSALF, Crise et mise en crise
23-26 octobre 2012, UQAM, Montréal (www.acsalf.ca)
  
Depuis quelques années, le nombre de protestations dans le monde entier augmente de manière exponentielle (Bertho, 2012). Qu’il s’agisse de soulèvements contre les régimes politiques en place, d’oppositions aux plans (inter)nationaux de restructuration économique ou de résistances contre l’exploitation polluante des ressources naturelles, cette multiplication des formes d’action collective indique le franchissement des limites de l’acceptable et le glissement vers un au-delà de la négociation politique (Fassin, 2005).

Plus qu’auparavant, la ville est devenue le théâtre de ces actions et cela tant pour celles et ceux qui n’ont pas de moyens institutionnels pour exprimer leur mécontentement (Bayat, 2010), que pour celles et ceux qui déplacent les conflits de travail en milieu urbain. Comme le remarque David Harvey (2012), les lieux publics de la ville sont devenus des sites incontournables de la contestation. Pensons à titre d’exemple aux travailleurs grecs et espagnols qui manifestent dans les rues des grandes villes, aux révoltes des Tunisiens, à l’occupation de la Place Tahir par les Egyptiens, aux flash-mobs des étudiants chiliens, aux confrontations dans les rues de Téhéran entre les critiques et les représentants du régime en place, aux mouvements M15/Indignados ou Occupy Wall Street déclinés sous diverses formes dans plusieurs pays.
Il s’agit en même temps d’une rencontre entre l’espace intime qu’est le corps et l’espace (du) commun représenté par les lieux publics de la ville. De l’immolation de Mohamad Bouazizi en Tunisie au suicide d’un retraité grec, en passant par les grèves de la faim annoncées par les étudiants québécois et les luttes avec les policiers, on assiste à une mobilisation publique et politique des corps. En marche ou occupant des lieux, déguisés ou non, de différents âges et genres, subissant des violences, les corps révoltés rendent compte des rapports de pouvoir au sein de la société.

Cet atelier propose de regarder les vagues protestataires des dernières années en explorant leurs expressions physiques dans la ville. Plus particulièrement, cet atelier entend questionner les dimensions spécifiques attachées à la manifestation publique des mécontentements et des revendications dans l’espace urbain à travers la présence corporelle et ses corollaires, tels que la voix et la parole. Le corps avec ses expressions visibles ou audibles est ainsi posé comme un « opérateur social », à la fois révélateur des configurations sociales, des identités individuelles et de leurs transformations, et instrument pour façonner la société (Balandier, 2004). Quelle est la portée de cette corporalisation collective de la protestation dans les contextes sociopolitiques récents ? En quoi cela nous informe-t-il sur les rapports au politique et aux dispositifs institutionnels existants ? De quelle manière cette mise en commun des corps contribue-t-elle à la construction d’un espace politique commun, comme le suggère David Harvey (2012) ?

Nous invitons les chercheur-e-s à proposer des ethnographies de protestations urbaines menées dans divers espaces géographiques, politiques et culturels, qui utilisent une pluralité d’approches théoriques et méthodologiques. L’objectif de l’atelier est de mettre en dialogue ces expériences diverses dans une perspective comparative, qui pourrait nous permettre de dégager des réflexions sur les ressemblances entre ces manifestations. Les propositions pourront s’inscrire dans une des directions suivantes, celles-ci n’étant toutefois pas exclusives : 1) mise en scène du corps révolté ; 2) corps protestataire et rapport à l’espace urbain ; 3) corps policier et corps révolté ; 4) vie quotidienne dans les « zones occupées ».
 

Bayat, Asef, 2010, Life as Politics. How Ordinary People Change the Middle East, Stanford University Press, California.

Balandier, Georges, 2004, « Ce que « disent » le corps et le sport », Corps et culture [En ligne], Numéro 6/7 |  2004.
Bertho, Alain, 2012, Interview, Émission « Les matins de France Culture », France Culture, 14 février 2012
Fassin, Didier, 2005, « L’ordre moral du monde. Essai d’anthropologie de l’intolérable », Les constructions de l’intolérable. Études d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, sous la dir. de Didier Fassin et Patrice Bourdelais, La Découverte, Paris, p. 17-50.

Harvey, David, 2012, David Harvey at Occupy London / November 12, 2011 / International Day of Solidarity, http://vimeo.com/32069224

 
Pour participer à cet atelier, veuillez envoyer le plus tôt possible le titre de votre communication, de même que votre affiliation. Un résumé sera ultérieurement requis. L’adresse de correspondance est gabriela_coman@hotmail.com.



Gabriela COMAN
Département de Sociologie
Université de Montréal
Lire la suite

Georges Perec, le corps à la lettre

12 Avril 2012 , Rédigé par leblogducorps.over-blog.com

Auteur Maryline Heck
Edition José Corti
Année 2012

www.jose-corti.fr/titreslesessais/Georges_perec_heck.html
Maryline Heck | Georges Perec Le corps à la lettre éditions Corti, 2012. Édition JoséCorti. José CortiLe corps pourrait passer pour le grand absent de l'œuvre 
Lire la suite

Katia Boyadjan

11 Avril 2012 , Rédigé par leblogducorps.over-blog.com

www.katia-boyadjian.com/

Daniel Juré artiste plasticien, peintre, photographe, céramiste, Katia Boyadjian photographe, biographies, expositions, publications, presse, oeuvres, atelier en

Lire la suite

Zn corps urbains

10 Avril 2012 , Rédigé par leblogducorps.over-blog.com

EN CORPS URBAINS - les artistes et la ville - édito Nathalie Marteau - Jean-François Chougnet
  • EN CORPS URBAINS - les artistes et la ville - édito Nathalie Marteau - Jean-François Chougnet

 

SÉQUENCE 1 :

« QUAND LES ARTS DE LA SCÈNE CROISENT L’URBANISME »

[Spectacle]
TAGFISH - COLLECTIF BERLIN
du mercredi 11 au vendredi 13 avril 2012 à 20h30 au Merlan


[Intervention - débat]
EN ATTENDANT... - Hans-Jurgen BEST et Patrick VERBAUWEN
jeudi 12 avril à 22h15 au Merlan (à l’issue de la représentation)

 


SÉQUENCE 2 :

« QUAND LES ARTISTES ET LES HABITANTS SE RENCONTRENT… »

[Conversation déplacée]
CONGRÈS DES EXPERTS - ICI-MÊME [Gr]
vendredi 20 avril 2012 à 20h30 au Merlan


[Parcours déambulatoire]
C’EST DÉJÀ DEMAIN - CLARA LE PICARD – Cie À TABLE

samedi 12 mai 2012 à 18h, rdv au Merlan 

 

[Documentaire sonore]
DE VIE EN VILLE - LA BELLE ÉQUIPE
samedi 12 mai 2012 à 20h30  au Merlan


[Table ronde]
LE DIALOGUE ENTRE LES ARTISTES ET LES HABITANTS : QUELS ENJEUX, QUELS INTÉRÊTS ?

mardi 15 mai à 19h au Merlan

 


SÉQUENCE 3 :

« QUAND LA VILLE S’APPRÉHENDE PAR LE CORPS »

[Ciné-conférence]
LES CORPS DANS LA VILLE : UN CINÉMA CONTINU ! - THIERRY PAQUOT
jeudi 24 mai à 20h30 au Merlan


[Spectacle intime pour spectateur unique]
THE SMILE OFF YOUR FACE - ONTROEREND GOED
du 6 au 9 juin - de 16h à 19h et de 21h à 00h  au Merlan


[Promenades sensorielles]

PROMENADES BLANCHES - MATHIAS POISSON & ALAIN MICHARD
du 6 au 9 juin à 19h + samedi à 15h / rdv au Merlan

 

[Dispositif sonore mobile]
CONCERTS DE SONS DE VILLE - ICI MÊME [Gr.]
du 6 au 9 juin  à 7h (rdv métro Bougainville) et à 19h (rdv pl Bernard Dubois) + le 8 juin à 22h (rdv pl Bernard Dubois)


[Cinéma]
Programmation réalisée par IMAGE DE VILLE

du 6 au 9 juin  à 19h30 au cinéma du Merlan

Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>